www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Les photographies d’Antoine Carcenac » Un document exceptionnel : le rémouleur ambulant d’autrefois

Un document exceptionnel : le rémouleur ambulant d’autrefois


jeudi 20 février 2014, par Michel Carcenac

Répondre à cet article

Je vous laisse épiloguer sur les vêtements, tachés de confiture, des enfants, mais je fais remarquer qu’à cette époque l’on craignait les effets néfastes du soleil et que le chapeau était de mise.

Nous sommes devant la halle de Belvès et à l’arrière plan, à gauche, on voit la porte d’entrée fortifiée du castrum.

Le rémouleur, au regard si bon et si franc, est Jean-Marie Couret.

Il était parti de Razecueillé, près du col du Portet-d’Aspet, dans les Pyrénées, non pas avec un ours, mais avec une meule plus petite que celle-ci, qu’il tirait ou portait sur le dos quand la pente était trop raide, car il était d’une grande force. Il couchait dans les granges, se faisait offrir une soupe, et de la sorte il est arrivé à Belvès en Périgord. Mais là, son voyage s’est terminé après sa rencontre et son mariage avec la cuisinière de l’Hôtel où il descendait toutes les semaines, une demoiselle Lesvigne. Marie était le prénom habituel, mais Couret l’appelait Germaine, le prénom officiel, quand il était en colère.

Un Pyrénéen de cette trempe ne se sédentarise pas d’un jour à l’autre. Belvès étant maintenant son point d’attache, Jean-Marie part pour des tournées d’une semaine, jusqu’à trente kilomètres à la ronde. Son chien Turk l’aidait à tirer la meule. Le pécule amassé pendant sa guerre de 14-18 lui permet d’installer un atelier et de devenir sédentaire, tout en étant présent sur les foires de la région. Il ne se limite plus à l’affûtage et vend tous les outils qui coupent avant de devenir quincaillier.

Cette photo a été prise bien avant la guerre de 14, mais après le 24 septembre 1900, date de son mariage, puisqu’il porte son alliance. Il était né en 1875. La boite rectangulaire contient la réserve d’eau qui gouttait sur les lames.

Pour poser, Jean-Marie a ôté son béret et l’a accroché sur cette boîte. La chemise blanche, protégée par un tablier, n’a pas été mise pour l’occasion, le travail se faisait dans la dignité, les manches n’étaient pas retroussées.

Une meule de rechange est fixée sur le côté du bâti.

Cette photographie est un document, il n’y a plus de rémouleur. Les Pyrénéens ne s’expatrient plus, ils préfèrent attendre les skieurs et les touristes.

*****

Découvrir Le Périgord d’Antoine Carcenac  : (photographies 1899 - 1920).

Pour lire l’interview de Michel Carcenac

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

15 Messages

  • > Le rémouleur 6 décembre 2006 07:54, par Doche Gisele

    bonjour,

    J’avais imprimé cet article en Mars 2004 ;
    Ce qui m’interesse c’est que ce rémouleur est peut être de mon ascendance,car mon arrière gd.père était originaire d’Aspet ,et s’appelait Couret bernard.
    Je recherche ndonc le mariage de ce Jean marie (le rémouleur),mais j’ai fait tout le canton de Belvès et je ne l’ai pas trouvé.
    Comment avez vous eu sa date de mariage ? Avez vous des renseignements quant au lieu ou ils se sont mariés ?

    Il me serait agréable d’voir quelques « tuyaux » pour poursuivre mes recherches.

    Je vous en remercie par avance.

    Gisele Doche

    Répondre à ce message

    • > Le rémouleur ainsi qu’un mariage à BELVES 5 mars 2014 13:27, par BUGEAUD

      Bonjour Giséle.
      Faute de mieux ;je suppose que sur L’E-C de BELVES ;vous avez déniché ce mariage:COURET Bertrand/ BRUN Madeleine du 17/8/1892.
      Je pense que nous avons à faire à un collatéral de ce remouleur dont parle Michel CARCENAC ;puisqu’il exerce le même métier que celui.
      A moins que ce soit un cousin germain !
      Une piste donc.
      Amitiés.
      Jean-Paul BUGEAUD

      Répondre à ce message

  • > Le rémouleur 27 décembre 2006 18:42, par d’angell frederic

    monsieur,

    je recherche un conte provencal de noel où figure un rémouleur.c’est une histoire que je n’ai pas entendu depuis près de 30 ans, mais il me reste en mémoire qu’elle était trés impressionante et tragique car il me semble qu’un des personnages est puni( un arbre s’abat sur lui).je n ’ai que peu de souvenirs et tout élément qui pourrait me mettre sur la voie sera le bien venu.
    merci d’avance de votre réponse et bonnes fêtes

    mr d’angelo

    Répondre à ce message

  • Le rémouleur 26 septembre 2009 13:33, par YOESLE Mireille

    Bonjour ,
    je m’appelle Mireille YOESLE , j’ai 63 ans, je peux témoiger de ce métier : enfant et adolescence j’ai pu voir au pied de l’immeuble où logeait ma famille,dans le 20e arrondissement à PARIS ,des rémouleurs qui faisaient partie des petits métiers qui déambulaient dans la Capitale dans les années 50.
    Ce n’est pas si loin ; c’est vraiment un exemple de vie sociale comme on a pu la vivre alors.
    Cordialement.
    MIREILLE YOESLE

    Répondre à ce message

    • Le rémouleur 22 février 2014 06:51, par PAUL Evelyne

      Bonjour
      Je pense que nombreux sont ceux de mon époque (je suis née en 1946)qui ont connu « le rémouleur ».. J’entends encore « son cri » rééééééééééééémouleur ....c’était pour nous enfant l’attraction de la journée qui nous permettait de descendre dans la rue.(je suis de la région Parisienne)
      En parallèle, en revenant de la guerre, mon père n’ayant plus d’emploi, s’était mis pour un temps « Etameur »...et c’est de la même façon qu’il se signalait dans les rues.."ééééééééééééééétameur".
      Bonne journée à tous

      Répondre à ce message

  • Le rémouleur 26 septembre 2009 22:20, par Jane Charton

    Moi qui suis une nostalgique du passé,j’ai beaucoup apprécié ce document que je me suis empressée d’imprimer.J’ai une passion particulière pour les anciens métiers mais aussi pour les cartes postales anciennes que l’on envoyait lors des fêtes de Saint Nicolas,Sainte Catherine .......
    Bravo Michel !
    Jane

    Répondre à ce message

  • Le rémouleur 27 septembre 2009 08:38, par andrevessot

    Bonjour,

    J’ai toujours plaisir à admirer vos photos d’une qualité remarquable et surtout qui sont très parlantes. J’apprécie aussi votre sens de l’observation et du détail. Bravo pour le rémouleur, on s’y croirait. Bien cordialement.

    André

    Répondre à ce message

  • Un document exceptionnel : le rémouleur ambulant d’autrefois 22 février 2014 06:29, par Bergeon André

    Dans le département de l’Allier le rémouleur était surnommé le « Bezizi » du nom du bruit que faisait l’outil affûté sur la meule ( la Pierre )
    A. Bergeon

    Répondre à ce message

  • Un document exceptionnel : le rémouleur ambulant d’autrefois 22 février 2014 08:16, par Jean Pierre LAPEYRE

    il y a parmi les ancêtres de mon épouse, une histoire certainement semblable. Un rémouleur, Pierre CLAUX, né dans le Cantal, à Arnac en 1725, s’est marié dans le Nord, à Solre le Château en 1754, avec Marie Françoise LEBRUN, née dans cette ville. J’ai toujours pensé qu’il avait fait sa connaissance en faisant sa tournée de rémouleur.
    Bien amicalement

    Répondre à ce message

  • Un document exceptionnel : le rémouleur ambulant d’autrefois 22 février 2014 09:03, par Barrier Gérard

    Moi aussi je me souviens du rémouleur qui passait le Dimanche matin une fois par mois dans notre petite ville de Joué lès Tours en poussant sa petite chansonnette :
    ciseaux (OOOOO) couteaux(OOOOO) rasoirs (ooouuuuaaaarrr)
    et ajoutait : je ra..co..mode FAIENCE ET POR..CELAINE .

    Bonne Journée

    Gérard

    Répondre à ce message

  • J’ai apprécie cet article et les photos. Mon arrière grand père maternel (que je n’ai pas connu) était « aiguiseur », et possédait sans doute aussi une meule ambulante. Il était originaire d’un petit village du Piémont, prés de Coni. Mon grand père maternel était lui marchant ambulant de mercerie, ciseaux,etc. entre le Piémont et la France ( et peut être aussi un peu contrebandier)dans les années 1900-1920.Les hommes de ce village italien étaient presque tous colporteur, aiguiseur, réparateur de parapluie ou vitrier.
    J’ai connu dans mon enfance à Nice le rémouleur, le raccommodeur de faïence et surtout le vitrier qui lui aussi portait des vitres sur le dos et criait « viiiitrier », tous originaire du même village et amis ou connaissance de ma mère.

    Répondre à ce message

  • bonjour
    encore a NICE dans les annees 80
    j’ai connu le remouleur
    il faisait sa tournee plus a pied
    mais en voiture qu’il avait trafiquee pour pouvoir travailler une 4l il me semble
    je travaillais dans un palace de la promenade
    il n’avait que les vieux couteaux et les hachoirs car il bouffait la lame et a cause de son age
    nous lui donnions de l’ouvrage pour ses besoins
    aussi dans le quartier de la buffa
    passait de temps en temps le vitrier avec son chassis sur les epaules
    salutation
    yves

    Répondre à ce message

  • Un document exceptionnel : le rémouleur ambulant d’autrefois 24 février 2014 21:15, par Catherine Studer

    bonjour,
    quand je suis arrivée à Lyon en 2000, il y avait encore un rémouleur sur le marché de la Croix-Rousse. Ne le voyant plus, j’ai demandé ce qui lui était arrivé : on lui a volé son matériel... cela intéressait donc encore quelqu’un...

    Répondre à ce message

  • Un document exceptionnel : le rémouleur ambulant d’autrefois 24 février 2014 23:54, par Jean-François FONCIN

    Il y a encore (ou il y avait il y a très peu d’années) des rémouleurs ambulants. J’ai donné, plus peut-être par nostalgie que par utilité, une série d’outils à affuter à l’un d’entre eux qui passait à 77170 Brie Comte Robert. L’effet le plus certain de son travail a été un enduit « métallisé » sur la lame d’une faucille.
    Par ailleurs, il est question du chien « Turk » du rémouleur. Dans ma (lointaine) jeunesse alsacienne, les rémouleurs ambulants avaient un chien, dressé à sauter dans une « cage d’écureuil » pour actionner la meule, qui était appelé en dialecte « Schareschlifer » (= rémouleur) ; ce mot en était venu à désigner tout chien bâtard, et de là un enfant illégitime.

    Répondre à ce message

  • si ! ! il existe encore un remouleur 30 mars 2014 12:12, par nurdin jean luc

    Pour mon plaisir et apres avoir fabriqué ma « bricole » d’apres une photo vue sur le net je me fait plaisir sur les foires d’antan et autre féte du patrimoine, mon but est de transmettre la mémoire de notre pass

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP