www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » « Mémoires de guerre » : en août 1914, avec le 78e régiment d’infanterie » Les « Mémoires de guerre » du Lieutenant Charles Rungs (6e épisode)

Les « Mémoires de guerre » du Lieutenant Charles Rungs (6e épisode)

Avec le 78e régiment d’infanterie, retraite sur Beaumont puis Raucourt et préparatifs du combat


jeudi 30 janvier 2014, par Andrée Rungs, Michel Guironnet

Répondre à cet article

Bloqué à Yoncq (Ardennes) depuis la veille, 25 août 1914, au matin avec sa 11e Compagnie (3e bataillon du 78e RI), le Lieutenant Charles Rungs « n’y tenant plus », se lève dans la nuit « pour avoir des renseignements » : « Nous n’avions pas d’ordres... A trois heures (du matin) je mets la compagnie sur pied, et nous attendons la suite à venir »... Les journées des 26 et 27 août seront bien remplies !

JPEG - 257.6 ko
Théâtre des opérations
Agrandissement de la carte IGN sur Géoportail
« 26 août (1914) : dans la nuit arrive l’ordre de passer la Meuse au pont de bateaux de la ferme de l’Alma et de se diriger sur Beaumont avec mission d’organiser le secteur Bois de Failly, ligne Létanne Beaumont. Le 63e vers le Bois de Failly, le 78e vers la ligne Létanne Beaumont ; secteur délimité par le chemin de Létanne au Bois de Failly » JMO de la 45e Brigade 26 N 508/4.

Beaumont – 26 août

A six heures, le Corps d’armée nous fait dire que le Régiment va se rassembler à Beaumont (en Argonne).

En route sur Beaumont : 11e Cie de direction, (celle du Lieutenant Rungs).

  • itinéraire : chemin passant au sud du 307.
    Je fractionne mon peloton et tout en marchant et maudissant le 50e qui marche en sens inverse sur la même route encaissée [1], je regarde les obus de l’artillerie lourde allemande qui éclatent bien (en) avant de la nôtre.

Deux kilomètres sont faits. Un bruit de galop de cheval me fait tourner (la tête). C’était le capitaine de la 12e (Compagnie), le capitaine Theillac de Flamenchie [2] qui par ordre du Lieutenant Colonel me prévenait de revenir à Yonck ; la colonne ne pouvait défiler sur cette route offrant le flanc au tir de l’artillerie. Nous revenons à Yonck ; on forme les faisceaux dans un champ à l’Ouest et nous draguons à nouveau jusqu’à neuf heures.

  • itinéraire : route au Sud, puis prendre la route de Stonne à Beaumont.
    Nous avons mis deux heures 45 pour faire ces six kilomètres.
JPEG - 255.9 ko
Détail d’une carte dans le JMO du 63e RI
Au bord de la Meuse, la ferme de l’Alma où les troupes traversent la rivière. De l’autre côté,le Bois de Failly et, à quelques kilomètres, Létanne et Beaumont (document extrait du JMO 26 N 656/7)
Compte rendu, très laconique, de 12 heures passées au 78e régiment d’infanterie, le 26 août :
« - 2 h 20 : ordre reçu : franchir la Meuse au pont établi par le Génie à la ferme de l’Alma. Le régiment, après s’être rassemblé à Moulins, s’y porte par la route de Mézières et le chemin forestier du N.O au S.O.

  • 6 h 50 : le pont est franchi.
  • 9 h : le 1er Bataillon arrive à Beaumont, le 2e Bataillon est en Avant-Poste du Bois de Failly à Letanne.
  • 11 h : ordre reçu : aller occuper et organiser défensivement la position cote 241, Letanne (inclus) sur la rive gauche de la Meuse. Le 3e Bataillon a rejoint. »
    Extrait du JMO du 78e (26 N 663/1)



Ce 3e bataillon qui rejoint les deux autres du 78e RI est celui du Lieutenant Rungs. Il est parti, lui, de Yoncq le matin même. Ce détachement avait passé la Meuse la veille, aux côtés d’un bataillon du 63e RI (voir l’épisode N°5).

« La Brigade va immédiatement s’établir entre Létanne et le chemin de terre au Nord, qui venant de la Meuse conduit au Nord de Beaumont. A droite de la route se trouve la 48e Brigade, puis le Corps Colonial vers Inor, à gauche, une brigade de réserve.

  • 1er Bataillon en première ligne ; interdire le passage de la Meuse.
  • 2e Bataillon prolongera avec deux Cies le 1er Bataillon ; 2 Cies en réserve.
  • 3e Bataillon : 2 Cies organiseront (12e et 11e) une position de repli au nord de la route de Letannes (sans occuper Letannes) ; les deux autres compagnies (9e et 10e) réserve du Régiment dans le petit mouvement de terrain entre Letannes et Beaumont.

Les sections de mitrailleuses se porteront au Nord de Letannes, un ouvrage a été fait pour elles par le Génie. Tous les outils de la division à la disposition. »

Il s’agit de la 1re compagnie du 12e bataillon du 6e régiment du Génie. Dans son JMO (26 N 1292/1) il est noté : « 26 août : parti de Pouilly à 6 h, destruction des ponts. La ½ de la Cie (est) à la disposition de la 45e Brigade, l’autre de la 46e, pour organisation de points d’appui, construction de tranchées et d’abris. Cantonnement à Beaumont, arrivée au cantonnement à 20 h, approvisionnement en vivres à 18 h ».

Les capitaines vont reconnaître les positions avec le Colonel. Avec mon sous-lieutenant nous déjeunons. A peine le repas terminé, le capitaine revient : « Allez reconnaître le secteur de la compagnie, jalonnez l’emplacement des tranchées. »

Une demi heure après, le travail était fait, les outils distribués, il n’y avait plus qu’à gagner les emplacements. Je dois dire que tout ce travail, comme celui du reste de la journée, s’est fait avec le calme des jours d’exercice ; nous n’avons pas eu affaire à un ennemi.

Pour mon peloton, je donnai l’ordre de rompre, pour la construction des tranchées, avec le règlement. Qu’avions nous surtout à craindre ? Le tir de l’artillerie. En conséquence, je prescrivis de faire une tranchée entièrement en profondeur, 1 m 50 au moins et de 50 cm de largeur. Je dois dire que le sol s’y prêtait, un sol de glaise pure.

Pendant le travail, une équipe me débroussaillait les alentours de Letannes : je gagnais ainsi 200 m de champ de tir et une autre équipe me rapportait les contre-vent et portes du village. Ces matériaux étaient destinés à couvrir la tranchée pendant le tir de l’artillerie, des rondins de bois facilitaient le placement et le déplacement de ces « pare éclats d’obus ». A cinq heures, mes renards étaient terrés.

JPEG - 131.6 ko
Creusement de tranchées par le 63e RI
(JMO 26 N 656/7)

A cinq heures trente (l’après midi) des obus tombaient sur la première ligne, sans l’atteindre. Notre artillerie lourde entra aussitôt en action. C’était la première fois que nous entendions le ronflement puissant de son lourd obus. Dix minutes après l’artillerie allemande était muette.

Puis tous les aviateurs partirent de Beaumont. Les obus claquèrent autour et au dessus dès qu’ils eurent franchi la Meuse. Ils étaient partis six. Vingt minutes après ils rentraient tous les six, deux en passant à 100 m au dessus de nous, nous disant bonjour. Trois durent repartir aussitôt après avoir atterri.

Mais ne croyez pas que les avions allemands avaient fait leur reconnaissance sans être inquiétés. J’en ai vu un, des deux qui venaient sur nous, faire demi-tour après avoir été encadré par les 4 obus d’une de nos batteries. Il devait avoir du plomb dans l’aile.

De quelle escadrille faisaient partie ces avions ? Voir la réponse très complète de Claude Thollon-Pommerol sur le Forum Pages 14-18 :
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/aviation-1914-1918/avions-beaumont-argonne-sujet_2454_1.htm
Voir également son site : http://www.asoublies1418.fr

La pluie se mit de la partie. Nos hommes, qui avaient arrondi le fond de leurs tranchées de façon à pouvoir s’asseoir et qui avaient garni les parois avec les avoines non rentrées, ne se plaignirent pas de ce contre-temps, d’autant plus que le pare-balles que j’avais fait installer leur servait de parapluie. Mais il n’en était pas ainsi pour tout le monde et à sept heures (du soir) beaucoup étaient transpercés.

A cette heure là, j’ai assisté à un tir de réglage de notre artillerie. Elle avait pris comme objectif tous les points culminants des environs ; les obus y tombaient comme posés avec la main.

Puis la nuit descendit, nuit noire et froide que coupaient de temps à autre les projecteurs d’un ouvrage situé plus au Sud-Est. Peut-être Montmedy ? Peut être aussi était-ce des projecteurs allemands.

Nous finissions de nous installer et la pluie tombait terriblement lorsque nous reçûmes l’ordre d’aller nous abriter par moitié dans le village de Letanne. Première moitié de 8 h à minuit, 2e moitié de minuit à 4 heures.

J’étais de la première bordée. Cela me gênait ou plutôt m’ennuyait beaucoup, car avec mon camarade Mayaud de la 9e Cie, qui se trouvait en réserve à 200 m de ma tranchée, nous avions commencé l’établissement d’un couloir d’un mètre de large, permettant à la réserve de venir nous doubler, sans crainte du tir de l’ennemi.

Nos outils demeurèrent en place et je ne sais si le travail fut continué. Car à onze heures du soir nous parvint cet ordre : « La Brigade va se porter en réserve du Corps d’Armée au carrefour des routes La Besace, Yonck et une route (qui je crois, n’ayant pas de carte, je ne puis affirmer) partait de la route Beaumont, Stonne et une autre allant vers Flaba ; la 46e brigade (qui fait division avec nous) va vous remplacer . »

« 21h 30 : Ordre reçu : les bataillons de 2e ligne du régiment (1er et 3e) se mettront en route immédiatement pour Varny-Forêt où ils constitueront avec le 63e la réserve générale du Corps d’Armée. Le 2e bataillon restera en position et les rejoindra dès qu’il aura été relevé par la 46e brigade. La marche s’effectue dans les conditions les plus pénibles par une nuit noire et sous une pluie torrentielle » Extrait du JMO du 78e RI (26 N 663/1).

Dans le JMO de la 45e Brigade (26 N 508/4) est noté ce passage : « Dans la soirée du 26 août, la 45e Brigade reçoit l’ordre de se porter à Warmiforêt à la disposition du Général Commandant le Corps d’Armée. Le 63e s’installe près de la route de Yoncq, le 78e près de Warmiforêt. »

L’ordre s’exécute, mais combien péniblement sous la pluie et dans la nuit et voici pourquoi : vers six heures du soir, la veille, en prévision très probablement d’une résistance longue et opiniâtre, il nous avait été distribué deux jours de vivres, trois cents cartouches par homme ; j’ai fait le compte avec mon capitaine, c’était un surcroît de charge de neuf kilos. Ces vivres avaient été placées dans les chambres de repos aménagées. Les hommes n’avaient sur eux qu’un jour de vivres, plus leurs munitions et le repas de grand’halte du matin.

Il fallut répartir le tout, le sucre, café, le riz, les haricots furent laissés en sac et portés à tour de rôle par les plus valables (c’est-à-dire valides). On ne savait où mettre les cartouches, la musette contenant deux jours de pain. On en mit dans toutes les poches. Et pour comble, impossible d’avoir les voitures, elles étaient toutes à La Besace.

A la guerre, comme à la guerre, avec quelques bons mots, on en prit son parti et lentement on (a) abandonné un travail bien fait, que chacun était bien décidé à défendre, pour le laisser au 107e et au 138e. [3]. On leur abandonna également tous les outils de parc qu’il nous était impossible de ramener à leurs voitures.

Et sous la pluie qui résultait d’un orage qui nous aveuglait, nous refîmes la route que la veille au matin nous avions faite.

27 (août) Bivouac d’abord près de La Besace, ensuite à Raucourt.

Il faisait nuit lorsque nous arrivâmes au petit bois, près d’une ferme dont je n’ai pas le nom [4]. Le 63e était en position, nous doublâmes la colonne et près d’un hameau sur la crête de la route (Flaba ?) d’où part une route allant sur La Besace nous attendîmes les ordres. L’État Major du Corps d’Armée était à ce hameau.

Il faisait nuit, la pluie, l’orage nous transperçaient. Néanmoins couchés les uns près des autres, presque les uns sur les autres, les hommes s’étaient endormis. Au petit jour, j’eus ce spectacle.

Autorisation fut donnée d’allumer du feu et chacun essaya de se sécher. J’en profitai pour me sécher les pieds. Puis vint le café et un léger casse-croûte.

Je m’endormis sous une haie. Il était bien sept heures, lorsque je fus tiré par l’oreille par un camarade de La Flèche, le capitaine Galle du 63e. « Tu dors quand chacun se démène comme un beau diable. Quand est-ce que tu vas chiper la petite balle en séton qui va te faire capitaine ou te donner la Croix ? » [5]

Et je m’étire et nous commençons avec le Lt Colonel Paulmier du 63e, une promenade de 200 m de long sur la route. Promenade qui dura plus d’une heure.

JPEG - 57.4 ko
Etat-Major du 63e Régiment d’Infanterie
Dans l’état-major du 63e régiment d’infanterie, on retrouve le Lieutenant Colonel Paulmier et le Capitaine Galle (JMO 26 N 656/7)

C’est là que j’appris que les Marsouins avaient pris une revanche à Inor ; ils avaient laissé franchir la Meuse (à l’ennemi), puis l’artillerie avait canardé le pont, et alors à la Française, la division coloniale avait rejeté dans la Meuse les troupes allemandes. L’eau en était rose, disait une heure après, le médecin major de 1re classe, un homme qui n’est pas de Marseille.

Pareil désastre était arrivé aux Allemands à Mouzy ou Rouffly ? et Remilly. La veille c’était à Sedan. Malheureusement pour nous, la Meuse était franchie au nord de Sedan, nous avons toujours caché cette nouvelle à nos sous-officiers et à nos hommes. Nous les avons au contraire exaltés, en leur portant les félicitations et les renseignements du général en chef, en leur disant que les Allemands ne pouvaient franchir la Meuse et que, s’il le fallait, nous tiendrions longtemps sur notre position qui était très très forte.

Et les heures passaient, passaient ; longues.

Vers midi, une nouvelle : des troupes sans artillerie, ont franchi la Meuse à gué à Rémilly [6]. Le XVIIe Corps les attaque. Des automobiles roulent nombreuses vers le quartier général du XIIe Corps, il y a forcément du nouveau.

Puis le 63e est porté sur Yonck. L’artillerie lourde tonne furieusement. De grands nuages de fumée obscurcissent l’horizon. Je regarde la carte : Mouzon, Amblimont, Breilly (peut-être Brévilly ?), brûlent. C’est donc que les envahisseurs sont repoussés, qu’ils transforment déjà le terrain en désert.
Bientôt je distingue, en gagnant une crête, les obus allemands qui couvrent nos lignes qui sont abritées. Notre artillerie donne de partout.

Deux heures (de l’après midi), le Colonel de Montluisard nous réunit.
« Le Régiment sera chargé de fouiller avant la nuit tous les bois de Flaba et de Raucourt où de l’Infanterie ennemie s’est maintenue ; le XVIIe Corps a repoussé les attaques de ce côté, il a même repris Angecourt qu’il avait perdu à midi. »

Direction Flaba et côte 332, 11e Compagnie de direction – 3e Bataillon en tête ; 2e Bataillon à gauche en échelon, 1er Bataillon suivra à 600 mètres.

Et me voilà parti avec mes éclaireurs. Les aviateurs allemands nous survolent. J’arrive à hauteur de La Besace. Halte d’une heure. Une batterie d’artillerie prend position à ma hauteur un peu au Sud Ouest de Flaba. Elle commande le ravin qui va à la Meuse. A quatre heures (de l’après midi), la 11e (compagnie) reçoit l’ordre de se porter à Flaba.

La chose était aisée ; le 14e d’Infanterie l’occupait déjà. Il y avait aussi une ambulance divisionnaire, nombreux étaient les blessés, l’affaire avait donc été chaude. La mousquetterie s’entendait bien. Je quitte Flaba et en suivant le ravin, je marche vers Raucourt, le clocher m’était donné comme direction. Le 1er Bataillon marche, lui, sur 332.

Alors se passe un fait que je ne puis passer sous silence.
Le capitaine de la batterie du 57e (régiment d’artillerie) qui était à ma hauteur avant d’arriver à Flaba, arrive près du Général Arlabosse qui marchait presque à ma hauteur.
« Mon Colonel, je vous supplie au nom de la France, ne vous engagez pas sans artillerie. J’ai prévenu mon Colonel de votre attaque et grâce à cette liaison vous allez bientôt être appuyé, mais mon Colonel est à 5 kilomètres d’ici ; attendez que nous recevions l’ordre de vous suivre ».

« L’ordre que j’ai reçu doit être exécuté avant la nuit, je ne dois pas attendre. En avant le 78e », crie alors le Général Arlabosse, toujours et pour cause, habillé en Colonel.

« Alors mon Colonel, dit le Capitaine d’artillerie, je vous suis et je me mets à vos ordres, j’en préviens mon Régiment ». Et c’est ainsi que nous reçûmes l’appui d’une batterie d’artillerie [7]

La marche était lente, rendue encore plus lente par l’ordre donné au bataillon de réserve de gagner Raucourt, de se mettre en liaison avec le 3e Bataillon. Six heures (du soir) étaient sonnées. Nous n’avions rien vu quand l’arrêt avant l’entrée sous bois fut sifflé. A ce moment le régiment était en demi cercle ; 3e bataillon au centre, encerclant la lisière du bois à l’Est de Raucourt, bois de la côte 332 et se terminait à Autrecourt. A notre droite, entre Yonck et Autrecourt, chargé de la même mission se trouvait le 63e.

La journée du 27 août 1914 au 78e RI d’après son JMO
« 27 août :

  • 2 h : le régiment arrive à Varny Forêt en tête de la brigade. Les hommes passent la nuit sur la route. Ils dorment sous des torrents d’eau.
  • 6 h : le 2e bataillon rejoint le régiment.
  • 13 h : ordre reçu : le régiment se portera en formation de combat à mi-chemin de La Besace et de Yonck, face au nord et y attendra l’ordre d’attaque.
  • 15 h : le régiment qui a marché en colonne double à larges intervalles est en place.
  • 16 h : ordre d’attaque. Direction générale de Télonne [8], le régiment aura sa gauche jalonnée par la route de La Besace à Raucourt.
  • 17 h : l’attaque a été retardée d’une heure par suite du retard dans l’arrivée de l’artillerie.
  • 19 h 30 : le régiment est arrivé à hauteur de la ferme Ennemane après une marche très pénible dans un secteur des plus accidentés.
  • 20 h 30 : le Colonel commandant le régiment se met en relations à Raucourt avec le Général commandant la 24e division. Le régiment bivouaque au petit bois à 500 mètres Est de la ferme Ennemane. Les hommes sont dans un état de fatigue extrême. Aucun ravitaillement ».



Effectif : 55 officiers, 3252 hommes de troupe - 3 évacués, 1 blessé, 205 chevaux

Pour lire la suite...

Notes

[1« Chacune des journées suivantes verra à peu près la répétition de la manœuvre du 24 (août 1914) : on tient, on se replie par ordre, puis on contre-attaque et on se replie encore… On commence à sentir que ces replis successifs sont imposés par la situation générale de toute l’armée française. Mais y a-t-il eu quelque part un événement malheureux ou s’agit d’une manœuvre de nos grands chefs ? » Écrit longtemps après les faits, l’historique du 50e régiment d’infanterie (1920) rend néanmoins bien compte des interrogations des soldats durant ses journées de La Retraite

[2Dans le JMO du 78e, son nom est orthographié tout simplement Teilhac. Il peut s’agir de Charles François Paul Teilhac de Flamenchie

[3Ce sont les deux régiments faisant partie de la 46e brigade d’infanterie qui va relever les troupes de la 45e

[4Il doit s’agir de Warniforêt

[5Il ne peut s’agir ici d’être décoré de la Croix de Guerre, décoration instituée en avril 1915. Il faut comprendre alors "avoir la Croix" comme les enfants l’ont comme récompense à l’école !

[6Aujourd’hui Remilly-Aillicourt.

[7Malgré mes recherches dans les journaux de marche des batteries de ce régiment, je n’ai pu identifier ce Capitaine du 57e R.A... régiment où, une soixantaine d’années plus tard, je fis mon année de service militaire, à Colmar puis à Bitche.

[8Il s’agit de Thelonne au nord de Raucourt, à quelques kilomètres au sud de Sedan

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP