www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Vient de paraître » Lettres de la « Der des Der »

Lettres de la « Der des Der »

par Catherine Labaume-Howard


jeudi 12 mai 2011, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Présentation par l’éditeur : Ces lettres ont été retrouvées en 1986 au fond d’un placard, dans un vieux sac de pommes de terre... Leur auteur, Pierre Suberviolle, engagé volontaire à l’insu de son père le 7 août 1914, alors qu’il n’a que 17 ans, écrit à sa famille durant plus de 51 mois. Mobilisé en tant que chauffeur mécanicien, il combat sur les fronts de l’est et du nord de la France, avant de rejoindre l’armée d’Orient à Salonique, et de sillonner l’Albanie, la Macédoine et la Grèce. Rapatrié en octobre 1917, versé dans les chars d’assaut, il est blessé au visage près de Dunkerque peu avant l’armistice.

De ces années de guerre, nous avons ces lettres, surprenantes à plus d’un titre. Mais ce qui apparaît surtout, au-delà d’une guerre évoquée comme avec d’infinies précautions, c’est une peinture fort réaliste d’une certaine bourgeoisie provinciale au sein de laquelle, même si la profondeur des sentiments ne fait pas de doute, il est souvent - quasiment toujours - question d’argent, de relations flatteuses et de principes moraux.

Enfin, cet ouvrage contient également nombre de photos, dont beaucoup sont inédites car œuvres de l’auteur lui-même, des cartes postales et aussi divers documents, tel ce curieux avertissement, tout à fait officiel (“Le moustique, voilà l’ennemi !”) dont l’ironie grinçante ne cesse d’interpeller.
Ce que Pierre Suberviolle livre ici, de son écriture souvent teintée d’humour malgré les circonstances, c’est donc la longue “tranche de vie” d’un jeune homme ordinaire et de sa famille dans un monde devenu fou. Ainsi, comme il l’écrit lui-même, une lettre, c’est d’abord « une communion d’âmes ».

Cet ouvrage contient environ 80 photos originales et documents en noir & blanc.

L’auteur : Catherine Labaume-Howard est née à Montauban dans la maison de son grand-père, Pierre Suberviolle. Aujourd’hui retraitée, elle vit dans l’Aude et se consacre à l’écriture.

L’avis de Michel Guironnet : Profitant d’une permission, Pierre Suberviolle se rend ; en mars 1916 ; au Château La Fontaine à Brétigny sur Orge retrouver un ami de sa famille, Monsieur Barthe…et surtout Marie Antoinette pour qui il nourrit de tendres sentiments (Elle deviendra d’ailleurs son épouse quelques mois après l’Armistice !) [1].

Pierre vient dire au revoir à ses amis. Dans quelques jours, il va embarquer pour rejoindre l’Armée du Front d’Orient. Il sert alors au 20e Escadron du Train comme chauffeur mécanicien et conduit un camion transportant aussi bien des poteaux que du ravitaillement. [2].

Le 20 mars 1916, à Toulon, il monte à bord du Théodore Mante. [3].

Ayant longtemps travaillé sur l’itinéraire des Poilus d’Orient grâce aux nombreux documents confiés par nos lecteurs ; c’est cette partie du livre qui m’a le plus intéressé.

A.J Navarre écrit dans « Les services automobiles pendant la guerre » [4] : « Les transports jouèrent sur les fronts d’Orient un rôle plus important encore, s’il est possible, que sur le front français, car on ne put trouver sur place aucune ressource, et l’absence de voies ferrées et même de bonnes routes était presque totale.

Si, au cours de l’expédition infructueuse des Dardanelles, l’automobile a été très peu utilisée, il en fut tout autrement sur le front de Macédoine.
Nos premiers contingents automobiles débarquèrent à Salonique durant les premiers jours d’octobre 1915, sous le commandement du capitaine de Chefdebien.

Trois mois plus tard, le chef d’escadron Terme prenait la direction du service automobile de l’armée d’Orient ; il l’a conservée jusqu’à la fin de la guerre »

Ce doit être le Chef d’Escadron Terme dont Pierre deviendra le chauffeur fin août 1917.

« Le trafic de France à Salonique se faisait par bateaux. Le rendement aurait été parfait sans la lenteur des communications qu’expliquaient les précautions prises en vue d’éviter les sous marins ennemis nombreux et agressifs dans les eaux méditerranéennes ».

Pierre raconte à « Mérotte », avec une pointe d’humour et dans un style très alerte, cette traversée en Méditerranée ; un sous marin allemand à l’affut de sa proie.

Ses lettres sont de véritables descriptions des pays qu’il traverse au volant de son camion…et j’ai beaucoup appris !

Des journaux de poilus tenus au fil des jours nous livrent le récit des batailles sur le front d’Orient. Rien de tel dans les courriers de Pierre Suberviolle. Grâce à ses « Lettres de la Der des Der » nous ressentons, près d’un siècle après, « le vécu intérieur » des Poilus d’Orient.

N’est ce pas là l’essentiel ?

- Lire un autre avis sur ce livre

- Le site de l’éditeur

Commander l’ouvrage chez votre libraire internet :



8.3 Bouton Commandez 120-60

Notes

[1Lorsqu’il arrive dans l’allée centrale du Château, admirant son architecture, il ignore certainement que mon grand oncle Emmanuel Chandioux était, il y a quatre ans, perché sur un échafaudage, occupé à restaurer les belles pierres de taille de la façade !

[2Peut être, sur les routes de l’Est, a-t-il croisé Léonard Rouffie au volant de son autobus affecté au service du R.V.F (Ravitaillement en Viande Fraiche) ?

[3C’est sur ce bateau ; renommé Mustapha II ; qu’embarquera le 15 mai 1917 Elie Burnod pour rejoindre l’Armée d’Orient.

[4publié chez Delagrave en 1919

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 Message

  • Lettres de la « Der des Der » 15 mai 2011 09:54, par cath. howard

    Merci Michel Guironnet pour cet excellent compte-rendu de mon livre, vous en avez très bien saisi l’essentiel. J’ai beaucoup apprécié les détails donnés en notes de bas de page....Si cela vous intéresse, je peux vous communiquer des illustrations non publiées (en couleur, ou soumises à droits d’auteur, ou faute de place...) notamment une superbe série de cartes postales de Salonique ramenées par Pierre S.- des aquarelles signées de 1916-1917 qui ont gardé toutes leur fraicheur. C.L.H.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP