www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Les métiers de nos ancêtres » Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier

Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier


mercredi 1er janvier 2003, par Stéphane Goupil

Répondre à cet article

Un de mes ancêtres (branche Goupil), Mesnil Louis Casimir (1814-1888), exerçait en l’église d’Amfreville la Campagne (27) le métier de sonneur journalier. Clocheux, sonneur, carillonneur, sacriste... Autant de terme qui nous ramène dans les campagnes d’autrefois et servent à désigner le sonneur de cloches. 

Malgré la révolution qui ordonne que les clochers des églises (décret du 3 ventôse an III - 21 février 1795) soient rasés, les cloches continuent de carillonner.

Finalement, la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) - promulgation des organiques du Concordat - autorise officiellement les sonneries de cloches : Dorénavant, celles-ci doivent être réglées par l’évêque en concertation avec le préfet. En dehors de celles fixées, aucune sonnerie ne pourra avoir lieu sans autorisation de la police locale.

Les sonneries locales vont ponctuer la vie de nos aïeux. Croyants ou non organisent leur journée en fonction de trois angélus quotidiens :

Notre clocheux Louis MESNIL donne le départ de la journée, dans les champs ; le charretier ne détèle pas avant celui de midi ; on ne rentre « à la soupe », qu’après celui du soir... Le tocsin assemble les habitants d’Amfreville la Campagne sur la place du village. Tous règlent montre et horloges sur les sonneries du clocher. Que le temps soient au cléricalisme ou à l’anticléricalisme, notre sonneur se trouve souvent pris entre deux feux et doit user de diplomatie.

Mais notre ancêtre ne passait pas sa vie à carillonner, ce travail était certainement complémentaire à une activité agricole.

Bien que situées dans les clochers, les cloches demeurent propriété de la commune. Entretien quotidien ou exceptionnel (chaque demi-siècle, une cloche de volée doit être virée d’un quart de tour, afin d’empêcher que le battant ne la détériore en un seul point et ne finisse par l’ébrécher), restauration, remplacements, sont souvent prétexte à chicanes et tracasseries administratives.


Les types de sonneries

1 : (Angélus) Les jours de travail, le matin, à midi et le soir, la cloche sera tintée trois coups, à trois distances égales : on la sonnera à la volée, ou on la tintera pendant cinq minutes. Cette sonnerie aura lieu avec la plus petite des cloches. Les angélus des fêtes majeures, et du soir des veilles des fêtes, pourront être sonnés avec toutes les cloches.

2 : Les messes basses seront annoncées par le tintement de douze coups de la plus petite des cloches.

3 : Les grandes messes des dimanches et des jours fériés seront annoncées, une heure auparavant, par une cloche qui sera sonnée à la volée pendant cinq minutes.

4 : Les vêpres seront annoncées comme la grand-messe.

5 : Une cloche sera seulement tintée pour annoncer les Saluts des dimanches, jours fériés de l’Eglise, jeudis, et ceux de fondation qui sont approuvés par l’évêque : cette sonnerie ne durera pas plus de cinq minutes. Pendant la procession du Saint-Sacrement, on sonnera à la volée le nombre de cloches répondant à la solennité.

6 : L’administration du Saint-Viatique aux malades sera indiquée en tirant dix-huit coups de cloches.

7 : Les prières pour les agonisants seront annoncées par le tintement lent et prolongé de la cloche qui durera cinq minutes.

8 : (Glas) Le trépas des fidèles sera annoncé par six tintements de la cloche, qui sera ensuite sonnée à la volée pendant dix minutes au plus.

9 : Une demi heure avant la célébration des funérailles, la cloche sera volée pendant dix minutes. L’heure de départ pour la levée du corps sera indiquée par la volée de cloches pendant six minutes ; elle finira par six tintements.

10 : Le catéchisme sera annoncé par le tintement d’une cloche, qui durera plus de cinq minutes.

11 : Les processions autres que celles de la messe seront annoncées par le son des cloches comme les grands-messes, en observant pour le nombre de degré de solennité.

12 : Les baptêmes seront annoncés par la volée d’une cloche pendant cinq minutes.

13 : Les matines, si elles ont lieu, seront annoncées comme les vêpres ; les cloches seront en volée au Te Deum selon le degré de solennité.

14 : ( Couvre feu ) il est expressément défendu de sonner après le coucher du soleil ou avant le lever, à peine d’amende de simple police.

15 : Le maire ou l’adjoint pourra, en cas d’incendie, requérir de sonner pour la réunion des citoyens.

16 : On ne pourra sonner pendant les orages, sous peine d’amende de simple police.

17 : Les maires et les adjoints, ainsi que le commissaire de police, seront chargés de veiller de l’exécution du présent règlement.

18 : Le présent sera imprimé pour être, à la diligence des maires, lu, publié et affiché dans toutes les communes.

P.-S.

Source essentielle :

« Les cloches de la terre » d’Alain Corbin chez Albin Michel

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

10 Messages

  • > Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 27 février 2005 16:40, par Bernard Galey

    Mon ancêtre le plus lointain, né en 1665, était aussi carillonneur à l’église de Taurignan-Castet dans l’Ariège.

    Je cherche à me documenter sur ce métier. Pouvez-vous m’aider ?

    Bernard Galey

    Répondre à ce message

    • > Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 14 septembre 2005 18:22, par QUENNELLE roland

      bonjour,je me présente : je m’appelle QUENNELLE roland j’ai : 45 ans , j’habite dans un petit village de l’Aisne(02) a MONCEAU-LES-LEUPS. je suis sonneur (de pére en fils) moi depuis :1974 . J’ai apprecié votre article .connaissez vous d’autres sonneurs comme moi .Je sonne dans le clocher avec les 3 cloches manuellement bien sur !!(une avec la main droite , la deuxieme avec la main gauche et la troisieme au pied) . J’ai 3 sonneries differentes : une pour les ceremonies (mariage-bapteme) une autre pour un enterrement homme et une pour un enterrement femme. Au plaisir de vous lire tres prochainement.Voici mon adresse email : roland.quennelle@club-internet.fr

      Répondre à ce message

      • > Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 14 septembre 2005 18:29, par Thierry Sabot

        Bonjour,

        Merci beaucoup pour cette très intéressante contribution à la suite de ce texte. Auriez-vous plus de renseignements ou de documents (photos...) sur le métier et l’histoire de vos ancêtres ? Si oui, je crois que les lecteurs de ce magazine-web seraient heureux de découvrir votre expérience de ce beau métier.

        Amicalement,

        Thierry Sabot

        Répondre à ce message

      • > Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 17 avril 2006 20:41, par Murraté Pierre

        Cher Monsieur Mesnil Bonsoir

        Je me présente Pierre Murrate résidant au Maroc depuis 5 ans séjournant actuellement a Tanger .Je viens de visiter le clocher de l’église évidemmment les Cloches ;qui n’ont pas servies depuis 33 ans .le systeme est électrifié .

        Seriez vous disposé a venir pour le 22 tout frais payé pour une cérémonie de Mariage tout frais payés +vos Honoraires
        ou alors nous donner astuces pour un petit faire ?

        Cordialement a vous

        Pierre

        Répondre à ce message

    • > Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 18 septembre 2006 23:30, par Thibaut Boudart

      Bonjour,
      Je suis président de la guilde des carillonneurs et amateurs d’art campanaire de Wallonie (Belgique) et sonneur occasionnel. Bravo pour votre témoignage, et pour votre travail (plaisir...)journalier !
      Chez moi, il y a 4 cloches (fa-sol-la-do). Les 4 sonnent à la volée mais seules 2 (la 1e et la 3e) possèdent un marteau. Toutes sont électrifiées mais j’ai remis des cordes. Pour les événements exceptionnels, je vais sonner à la main avec quelques amis. Notre gamme de sonnerie est étendue, et on a imposé à l’installateur de reprogrammer la commande électronique pour imiter notre sonnerie manuelle et donc retrouver des sonneries variées en fonction des événements (quand on ne sait pas sonner à la main, bien sûr). On distingue baptême (cloches 4-3), mariages (3-1), messe de semaine « festive » (3-2-1), messe basse à horaire spécial (2-1), grandes solennités (4-3-2-1), funérailles (1 à la volée, 3 tintée), glas femme (tintement 3-1-3 pendant 10 minutes à la sortie), glas homme (tintement 1-3-1, 10 minutes à la sortie), angélus de semaine (3 x 3 coups sur la 3, volée sur la 4), angélus spécial (à la commande : 3 x 3 coups sur la 1, volée sur la 1), angélus du dimanche midi (3 x 3 coups sur la 1, volée 3-2). L’heure est sonnée sur la 1e et la demie sur la 3e.
      J’ai réalisé un petit travail sur quelques sonneries types en Wallonie, en espérant que les installateurs d’aujourd’hui pourront ranimer les sonneries de jadis, que les électriciens d’il y a 30 ans et plus ont contribué de faire disparaître.
      Bonne continuation à tous.

      Voir en ligne : http://www.carillons.be

      Répondre à ce message

  • Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 10 avril 2008 22:52, par globule76

    bonjour,

    j’ai un de mes ailleul qui était compteur à l’église,et je voulais savoir si il y avait une similitude avec sonneur ou carillonneur ?Et dans le cas contraire,quelqu’un pourrait il me dire en quoi consistait le métier de mon ailleul ?

    merci beaucoup

    Damien

    Répondre à ce message

    • Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 12 avril 2009 15:26, par quennelle roland

      bonjour ,je ne connais pas la similitude, mais moi je suis sonneur et non carilloneur comme ils le sont dans le nooord !!! attention mon adresse mail a changer : roland.quennelle@orange.fr. je viens de sonner pour paques tout seul comme un grand car d’ habitude ma soeur ou mon fils me donne un coup de main pour les sonneries de céremonies ,alors j’ai donc essayé cette sonnerie tout seul et yes !!. je dedie cette sonnerie a mon papa qui doit etre fier. je voudrais bien joindre des photos mais comment fait on je ne suis pas fort en informatique ! merci a bientot

      Répondre à ce message

  • Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 15 août 2010 10:42, par Daniel Panier

    En faisant ma généalogie, je lis aussi que le sonneur a aussi
    des attributions de sacristain, marguiller.
    C’est dans le bourg de Broué, d’où part ma souche,Aulet, que j’ai trouvé ce métier et dans « les métierss de nos ancêtres ».

    Répondre à ce message

  • Louis Casimir Mesnil, sonneur journalier 15 février 2011 21:39, par didier

    bonsoir on ma poser une question pourquoi que l’on 21 coup de cloches avant la messe du dimanche merci

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP