www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Chroniques de nos ancêtres » Maurice Saradin, le soldat qui ramena une Provençale dans le (...)

Maurice Saradin, le soldat qui ramena une Provençale dans le Blaisois


vendredi 17 avril 2020, par Sonia Landgrebe

Répondre à cet article

Mon ascendance maternelle se trouve principalement concentrée sur les actuels départements du Loir-et-Cher et de l’Indre-et-Loire, avec un bout d’Eure-et-Loir et un filet de Vienne. Je n’imaginais pas découvrir une branche venant de bien plus loin ! Je vous propose de partir à la rencontre de Maurice SARADIN et Marguerite VEYAN, mes ancêtres à la 9e génération, au début du XVIIIe siècle.

Rien ne me prédisposait à imaginer la découverte que j’allais faire en explorant la piste de mes ascendants directs SARADIN (ou SARRADIN), lignée de journaliers, hommes de peine, vignerons, cultivateurs et marneurs [1] ayant vécu dans l’actuel Loir-et-Cher du début du XVIIe siècle à la fin du XIXe.
L’individu qui nous intéresse aujourd’hui, Maurice SARADIN (1701-1735), est mon ancêtre direct à la 9e génération.

Le berceau de la famille SARADIN

La famille de Maurice SARADIN est établie à Binas, village situé sur la route menant de Châteaudun à Beaugency, depuis au moins trois générations. Son arrière-grand-père Jean, l’ascendant SARADIN le plus ancien que j’aie pu identifier, y est décédé en 1631 ; il habitait le hameau de Chantôme au sud de la paroisse, entre Ouzouer-le-Marché et St Laurent-des-Bois. C’est dans ce lieu-dit qu’ont vécu son fils Martin et son petit-fils Jacques ; c’est également là que va grandir Maurice.

JPEG - 273.8 ko
Extrait de la carte de Cassini, années 1750

Chantôme, érigé en marquisat en 1696, comportait un château appartenant aux seigneurs de Chantôme, ainsi qu’une chapelle (tous deux seront détruits au XIXe siècle). A cette époque, le marquis de Chantôme est Gaston Jean Baptiste TERRAT, qui fut chancelier de Monsieur (Duc d’Orléans, frère de Louis XIV) et sera plus tard surintendant de la maison de ce dernier [2]. J’ignore si mes ancêtres SARADIN travaillaient pour lui, et s’ils l’apercevaient de temps en temps ...

Petite enfance de Maurice

Maurice SARADIN voit le jour au hameau de Chantôme le 4 mai 1701. Il est le fils de Jacques SARADIN et Anne GALLIOT ; son parrain et sa marraine sont Maurice GAUCHARD et Jeanne MONDAMER, qui ne semblent pas directement apparentés à la famille. Le parrain a signé d’une main sûre, il possédait donc une certaine instruction ; la marraine ne savait pas signer.

JPEG - 76.2 ko
Baptême de Maurice SARADIN, en 1701 à Binas
L’an mil sept cens un ce quatriesme may a eté presanté a l’Eglise un fils né de ce jour du legitime mariage de Jaques Saradin et Anne Galliau du village de Chantosme le quel a eté baptisé par moy prestre vicaire soub signé et et nommé Maurisse par Maurisse Gauchard et Jeanne Mondamer ses parin et marainne. Le parin a signé.

Le prénom Maurice semble nouveau dans la famille SARADIN ; en tout cas, je n’ai pas trouvé d’autre Maurice sur les deux générations précédentes, malgré des fratries assez nombreuses. Sans doute ce prénom a-t-il été donné à l’enfant par son parrain. On notera également que St Maurice était le saint protecteur du village de Binas, comme en témoigne le nom de l’église, construite au siècle précédent.

Pour comprendre dans quel contexte vient au monde le petit Maurice, intéressons-nous un moment à ses parents.
Jacques SARADIN, son père, s’est marié une première fois à l’âge de 19 ans. De cette première union, il a eu six enfants dont seulement deux, Marie et Martin, sont encore en vie lors de la naissance de Maurice. Veuf à 30 ans, il se remarie rapidement avec Anne GALLIOT, elle aussi native de Binas et âgée de 25 ans. De ce second lit naissent d’abord deux filles, Anne et Marguerite, dont j’ignore tout ; probablement étaient-elles encore de ce monde à la naissance de Maurice, car je n’ai pas trouvé d’acte de sépulture à leur nom dans les registres de Binas. Maurice est le troisième enfant de Jacques et Anne.

Malheureusement, je n’ai pas pu identifier le métier de Jacques car aucun des actes paroissiaux que j’ai trouvés ne le mentionne. En tout cas, il ne savait pas signer. Son propre père était vigneron, son demi-frère Pierre était homme de peine ; sans doute a-t-il exercé le même type d’activité, louant peut-être ses services à la journée pour tous types de corvées. L’ouvrage ne manquait pas dans les campagnes au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle ...

Lorsque Maurice vient au monde, son père a 37 ans et sa mère 32. Hélas, il ne connaîtra pas vraiment son père puisque ce dernier décède lorsqu’il est âgé de seulement six mois. La mort de Jacques n’a pas été subite, puisqu’il a eu le temps de recevoir le sacrement de pénitence et l’extrême-onction ; mais il n’avait que 38 ans, et laisse une jeune veuve avec plusieurs enfants.

L’union de Jacques et Anne n’aura duré que sept ans à peine. Anne ne se remariera pas ... et ne survivra pas très longtemps à son défunt mari, puisqu’elle décède à son tour en janvier 1706, à l’âge de 36 ans seulement. Maurice a quatre ans et demi ; il n’a pu garder que peu de souvenirs de celle qui lui a donné le jour.
Que se passe-t-il pour Maurice ensuite ? Je sais seulement qu’il perd sa demi-sœur Marie quelques mois après sa mère, en août 1706, au hameau d’Ablainville à Binas ; elle avait 18 ans. Mais elle ne vivait pas nécessairement avec lui, ce qui semble confirmé par le fait que les déclarants sont tous deux des oncles maternels de la défunte, non apparentés à Maurice.

Par qui Maurice a-t-il été recueilli, où a-t-il vécu ? Il avait de la famille (oncles et tantes) à Binas, mais aussi à Tripleville, village situé un peu plus au nord. Je n’ai trouvé aucun indice de sa présence dans les registres paroissiaux de ces deux communes, ce qui n’est pas en soi une preuve d’absence [3]. Le mystère reste donc entier ... et se prolonge pendant plus de deux décennies.

Le mariage de Maurice ... et une première surprise

C’est seulement en 1731, le 5 février précisément, que notre Maurice réapparaît : âgé de 29 ans, il se marie à Marchenoir, de l’autre côté de la forêt du même nom, à une douzaine de kilomètres au sud-ouest de Binas.
Parlons d’abord de sa promise. Maurice épouse Marguerite VEYEN, fille de feu Honoré et de Catherine REGNAUT. Pas d’autre indication sur celle-ci : ni sa paroisse d’origine, ni son âge, ni aucune mention d’autres membres de sa famille. L’acte est très succinct et ne donne même pas le nom des témoins, que l’on ne peut identifier que par leurs signatures pour ceux qui savaient signer ; aucun patronyme ne m’est connu parmi ces derniers. On apprend néanmoins deux choses intéressantes dans cet acte.

JPEG - 318 ko
Mariage de Maurice et Marguerite, en 1731 à Marchenoir
Ce jour d’huy 5e fevrier ont esté mariés apres une publication faite hier et dispense des autres de Monseigneur en datte d’hier bien insinué Maurice Sarradin fils de Jacques et d’Anne Galliot defunts et Margueritte Veyen fille de feu Honoré et de Catherine Regnaut lesquels ont reconnu pour leur enfant legitime Maurice agé de 26 mois et baptisé # en leur nom. Le tout p[rése]nce de temoins soussignés.
# le 23 sept 1728 dans la parroisse de Valbonne diocese de Grasse.

1. Dispense de deux bans
Pourquoi cette dispense ? La pratique, sans être rare, n’est pas si courante chez les familles non nobles ou non bourgeoises, d’autant qu’elle était payante et devait être demandée à l’évêque. Les motivations pouvaient être les suivantes [4] :
• nécessité de se marier rapidement en raison d’une grossesse
• nécessité de se marier rapidement avant une période d’interdit (Carême, Avent)
• en raison de la maladie ou de la mort redoutée d’une des deux parties
• en raison d’une profession qui nécessitait de se déplacer, en combinaison avec d’autres contraintes de temps (marchands ou soldats notamment)
• pour éviter les oppositions sociales : par exemple en cas de conflits entre les deux familles, ou d’un mariage considéré comme non conventionnel entre des époux avec un grand écart d’âge.
Dans le cas présent, aucune des raisons ci-dessus ne peut être totalement écartée, bien que certaines soient plus plausibles que d’autres. Nous y reviendrons.

2. Légitimation d’un enfant naturel
Le couple reconnaît pour son enfant légitime un petit Maurice âgé de 26 mois. Là encore, la chose n’était pas rare ; lorsque naissaient des enfants naturels, leur légitimation lors du mariage de la mère était fréquente pour leur éviter le statut de bâtard, que l’époux soit leur père biologique ou non. Mais le plus étonnant ici nous est apporté par la mention ajoutée en marge de l’acte : elle nous précise que le baptême de cet enfant a été célébré dans la paroisse de Valbonne, diocèse de Grasse (actuel département des Alpes-Maritimes), soit à près de 800 kilomètres de Binas.

Marguerite était-elle originaire de cette lointaine région ? S’agissait-il d’un enfant qu’elle aurait eu de père inconnu, avant de connaître Maurice (ce qui était peu probable vu le prénom de l’enfant) ? Ou ce dernier était-il vraiment allé là-bas ?

Baptême du petit Maurice ... et deuxième surprise

Evidemment, je me suis empressée d’aller rechercher l’acte de baptême de cet enfant, en date du 23 septembre 1728 à Valbonne :

JPEG - 88.1 ko
Baptême du petit Maurice SARADIN, en 1728 à Valbonne
Led. an et le vingt trois septembre a été baptisé Maurixe Saradain fils illégitime de Maurixe ainsi quil a declaré en presence d’Urbain Raimond et d’Antoine Courmon soubsignés du lieu de Bina eveché de Bloy en Blaisois a presant soldat en la ville d’Antibe dans le Regiment de Nivernois et de Marguerite Veianne du lieu de Seranon eveché de [Frejus ?] son parain a eté Jacques André de ce lieu et sa marraine Anne Veiane sa femme et sœur de lad. Marguerite signés

On remarquera à la fin de l’acte la croix, pour laquelle le curé a indiqué « marque dudit Maurixe Saradain ». Il ne savait donc pas signer, mais cette marque lui a néanmoins été symboliquement demandée. Les deux témoins, eux, ont signé.

Ainsi, Marguerite était bien originaire de Provence ... Et la deuxième surprise majeure, c’est que Maurice était soldat ! En garnison à Antibes, il a connu dans cette région une jeune femme avec qui il a eu une liaison, de laquelle est né un enfant à qui il a donné son prénom.

JPEG - 28.5 ko
Uniforme porté par les soldats

Qu’est-ce qui a bien pu amener le jeune homme, issu d’une lignée d’hommes de la terre implantés à Binas depuis au moins trois générations, à endosser l’uniforme ? Aucun moyen de le savoir, malheureusement. L’acte de baptême du petit Maurice est le seul où il est fait mention de son état ; à cette date, notre soldat a 27 ans. Il peut être dans l’armée depuis plusieurs années déjà.

Le régiment de Nivernais est un régiment d’infanterie créé en 1684 d’après la province du même nom, et qui sera rebaptisé régiment de La Marche-Prince en 1753. Parmi les batailles notables auxquelles a participé ce régiment, aucune n’est indiquée entre 1713 (Rhin) et 1733 (Italie) ; à cette première date Maurice était évidemment trop jeune, et à la seconde il était déjà retourné au pays, comme nous le verrons un peu plus loin. Nous ne connaissons donc pas son parcours à cette période.

PNG - 85 ko
Drapeau Nivernais

En revanche, nous pouvons nous représenter son apparence : l’article de Wikipédia consacré à ce régiment nous donne une illustration de l’uniforme porté par les soldats (à gauche). Nous connaissons également leur drapeau (à droite).
Le colonel et mestre de camp à cette époque, depuis 1719, est Jean Théophile de Béziade, marquis d’Avaray. Son frère prendra sa succession en 1734.

Comment fonctionnait l’armée française à cette époque ? « Les régiments français sous l’Ancien Régime constituaient la composante principale de ce que l’on appelait déjà à l’époque l’Armée française ou les Armées du Roi de France. Ils portaient les noms de leur propriétaire puis par la suite les noms de leur province ou ville de recrutement.
Comme les brigades aujourd’hui, chaque régiment avait sa spécialité (infanterie, cavalerie, etc.) et était appelé à servir sur les champs de bataille selon les exigences militaires. Comme pour la Marine, tout Français avait le droit de s’y engager, mais les offices de commandement des régiments et les hauts grades étaient réservés à la noblesse militaire (noblesse d’épée) et inaccessible au tiers-état.
Dans l’organisation territoriale de l’Ancien Régime, chaque régiment avait également le rôle d’assurer la sécurité de sa province. Il était alors placé sous l’autorité d’un gouvernement militaire. »
 [5]

Qui était Marguerite VEYAN ?

Intéressons-nous maintenant de plus près à l’épouse, Marguerite VEYEN ou plus souvent VEYAN (entre autres orthographes).
Malgré mes recherches, je n’ai pu collecter que peu d’informations à son sujet. J’ai trouvé à Valderoure, paroisse à l’époque appelée Val de Roure et rattachée à Seranon, la naissance de sa sœur Thérèse en 1699, et le décès de son père Honoré en 1704. Les VEYAN et les RAYNAULT (nom de sa mère) y sont très nombreux, ce qui ne facilite pas les recherches ... Mais surtout, il n’existe pas de registres paroissiaux en ligne avant 1696.
Or, il est probable que Marguerite soit née avant cette date. En effet, d’après l’âge indiqué à son décès, elle serait née vers 1689 ... Ce qui lui fait une belle différence d’âge avec Maurice : elle aurait eu douze ans de plus que lui. Elle aurait donc déjà été âgée de 39 ans à la naissance de leur enfant illégitime, et de 41 ans lors de leur mariage.

Même si les âges ne sont jamais très fiables dans les actes de sépulture, il est vraisemblable que Marguerite ait de toute façon été plus âgée que Maurice. Il ne semble pas qu’elle ait été mariée auparavant, ce qui est assez inhabituel pour l’époque, passé la trentaine. Elle ne devait pourtant pas être un mauvais parti, en tout cas du point de vue familial : son père était maréchal de forge. Etait-elle affligée d’une quelconque disgrâce ou infirmité ? Se refusait-elle au mariage, jusqu’à sa rencontre et son enfant naturel avec ce jeune soldat du Blaisois ? Ou bien aurait-elle été veuve, bien qu’aucun des deux actes (baptême du petit Maurice et mariage de Marguerite) ne l’évoque ? Nous en sommes réduits à des hypothèses.

En tout cas, Marguerite a accouché de son enfant illégitime à plus de quarante kilomètres (ou peut-être faudrait-il dire dix lieues) de Valderoure / Seranon où elle était domiciliée. Valbonne, où vivait sa sœur Anne avec son mari, se situait entre Valderoure et Antibes, cette dernière ville n’étant qu’à une petite quinzaine de kilomètres. Peut-être est-ce à Valbonne qu’elle a rencontré son beau soldat, et qu’ils se retrouvaient ...

JPEG - 245.9 ko
Valbonne se situe entre Valderoure et Antibes, à environ 40 kms de l’une
et 15 kms de l’autre (Google Maps)

Marguerite avait au moins quatre frères et sœurs, selon les informations que j’ai pu rassembler :

  • Anne, née vers 1683, mariée avec Jacques ANDRE (date et lieu inconnus) et décédée à Valbonne en 1738. Marguerite devait être proche de cette sœur aînée, car celle-ci est la marraine du petit Maurice ;
  • Honoré, né vers 1697, maréchal de forge comme son père, marié en 1717 à La Roque Esclapon (actuel département du Var) et décédé dans la même paroisse trente ans plus tard ;
  • Thérèse, née à Valderoure en 1699, mariée dans la même paroisse en 1727 avec Guillaume MIRAPEL ;
  • Boniface, naissance inconnue, marié à Valderoure en 1736 avec Elisabeth VEYAN.

Malheureusement, aucun des actes relatifs à cette fratrie ne m’en a appris davantage ni sur Marguerite, ni sur ses parents.
Elle aurait eu environ quinze ans au décès de son père. Quant à sa mère, je sais seulement qu’elle était encore en vie en 1736, bien après le départ de Marguerite pour le Blaisois.

Pourquoi la dispense de deux bans de mariage ?

Si l’on se penche à nouveau sur les raisons possibles de cette dispense, on peut maintenant formuler les hypothèses suivantes :
• Une grossesse : peu probable, à moins d’une fausse couche. La petite Madeleine est née plus d’un an après le mariage.
• Imminence d’une période d’interdit : après vérification, il s’avère qu’en 1731 le Carême a débuté le 7 février, soit deux jours après le mariage de Maurice et Marguerite. L’interdiction de se marier couvrait toute la période du Carême, soit quarante jours ; il est très possible que le couple n’ait pas souhaité attendre, pour légitimer une vie commune qui aurait été très mal vue hors des liens sacrés du mariage ...
• Maladie ou mort redoutée d’une des parties : peu probable, même si Maurice est mort bien jeune ; son décès survient tout de même plus de quatre ans après le mariage.
• Profession nécessitant des déplacements : si Maurice était toujours soldat au moment de cette union, alors cette hypothèse est très plausible.
• Risque d’opposition sociale : il est possible que certains n’aient pas vu d’un bon œil l’union de Maurice avec une ‘étrangère’ plus âgée que lui. Peut-être ce mariage hâtif, célébré dès le lendemain du premier et seul ban, avait-il aussi pour but d’éviter une opposition officielle.

Ainsi, plusieurs de ces raisons apparaissent plausibles. Parmi elles, je pencherais en priorité pour l’approche du Carême : si Marguerite venait d’arriver de Provence, n’ayant aucune famille dans la région, il fallait bien qu’elle puisse vivre avec Maurice avec leur enfant ; cela aurait été compliqué d’attendre plus de quarante jours ...

Une Provençale à Marchenoir : les premières années

Comment Marguerite a-t-elle fait le long voyage jusqu’à Marchenoir, avec son jeune enfant, vraisemblablement pendant l’hiver 1730-1731 ? En coche, à cheval ? ... Cela a dû prendre des semaines. Maurice était-il présent pour les accompagner ? Avait-il déjà renoncé à l’état de soldat, ou a-t-il quitté plus tard le service ?
A vrai dire, il est probable qu’au moment de son mariage, il ne soit déjà plus dans l’armée. Cela aurait sans doute été mentionné dans l’acte, et par ailleurs à compter de ce moment il a été présent à chaque événement familial.
Pour autant, je n’ai aucune indication sur son état à cette époque. Vivait-il de ses rentes de soldat ? Travaillait-il la terre ? Louait-il ses services à la journée ? Impossible de le savoir.

Quant à Marguerite, comment s’est-elle intégrée à son nouvel environnement, elle qui arrivait d’une province aussi éloignée, avec des coutumes sans doute différentes, et un « parler » probablement différent lui aussi ? En effet, à l’époque la langue principale dans sa province était le patois provençal ; le français ne devait être pour elle qu’une seconde langue ... De plus, elle avait certainement un fort accent provençal, qui devait sembler bien exotique à nos ancêtres du pays blaisois.

C’est à Marchenoir que s’est installé le couple avec son petit Maurice (nous n’avons pas d’indication sur le lieu exact où ils ont vécu). Hélas, ce dernier décède quelques mois après le mariage de ses parents, à l’âge de trois ans, en novembre 1731. L’acte, extrêmement bref, tient sur deux lignes ; on ne sait même pas qui a assisté à son inhumation. Marguerite est à nouveau enceinte ; en effet, elle accouchera en avril 1732 d’une petite Madeleine. Malheureusement, celle-ci décède à son tour à l’âge de sept mois seulement ; l’acte est tout aussi succinct que pour son frère aîné.

Près d’un an plus tard, en septembre 1733, c’est un petit François qui vient au monde. Son père a 32 ans, et sa mère déjà 44, si l’on se réfère toujours à l’âge calculé d’après son décès. Ce sera leur dernier enfant.

En février 1735, le couple est témoin au mariage d’Anne SARADIN, nièce de Maurice, avec un certain François CHARPIGNON à Tripleville. Leur paroisse de résidence n’est pas indiquée ; il est possible sinon probable que ce ne soit plus Marchenoir, mais Binas, village d’origine de notre Maurice. En effet, c’est là qu’ils habitent deux mois plus tard, en avril 1735, lorsque Maurice décède à l’âge de 33 ans seulement.

Aucun indice ne nous est parvenu sur la raison de son trépas ; nous savons seulement qu’il a reçu les sacrements de pénitence, d’eucharistie et d’extrême-onction. Plusieurs de ses proches ont été présents à l’inhumation : son épouse Marguerite, son demi-frère Martin SARADIN, son cousin germain Jean SARADIN (qui savait signer), son parrain Maurice GAUCHARD, et un certain Vincent HEZARD.

La seconde union de Marguerite

Marguerite se retrouve donc veuve après quatre ans de mariage, à l’âge supposé de 45 ou 46 ans, avec un enfant d’à peine 18 mois, le petit François. Elle ne restera pas seule longtemps : moins de deux mois après le décès de Maurice, elle épouse à Binas un certain François RIBY, originaire de St Laurent des Bois (village situé entre Binas et Marchenoir). Ce remariage paraît bien hâtif, mais sous l’Ancien Régime aucun délai de viduité [6] n’était imposé ; rien ne s’y opposait donc.

Etant né à St Laurent des Bois en 1697, le nouvel époux a 38 ans ; j’ignore si c’était une première union pour lui ou non. L’acte n’indique aucun veuvage, que ce soit pour lui ou pour Marguerite qui pourtant était veuve de fraîche date. Le métier de François n’est pas non plus mentionné ; on remarque juste sa signature au bas de l’acte, tracée d’une main maladroite.

Les trois bans ont été publiés selon les règles habituelles. On notera la présence de Jean SARADIN, « cousin » (sans précision) ; est-ce le même qu’au décès de Maurice ? Ce n’est pas certain car cette fois son nom n’apparaît pas parmi les signatures. Quoi qu’il en soit, cela semble indiquer que la famille SARADIN (ou en tout cas au moins un de ses membres) n’en a pas tenu rigueur à la jeune veuve de se remarier aussi vite.

François RIBY s’installe à Binas avec Marguerite. En tout cas c’est là qu’on retrouve le couple quatre ans plus tard, en septembre 1739 ; l’époux est aubergiste.
Leur union n’aura pas été longue : cette date est en effet celle du décès de Marguerite, âgée de 50 ans si l’on en croit l’acte de sépulture.

JPEG - 252.5 ko
Sépulture de Marguerite VEYAN, en 1739 à Binas

Cet acte confirme que Marguerite devait toujours être en bons termes avec la famille de son premier époux. En effet, tous les témoins présents à sa sépulture, en dehors de son second mari, font partie de cette famille : on relèvera notamment la présence de François CHARPIGNON dont elle avait assisté au mariage, et du même Jean SARADIN qui était présent au décès de Maurice, avec sa belle signature. Ici, ce dernier n’est plus indiqué « cousin germain », mais « cousin issu de germain » ; je n’ai pas encore réussi à établir avec certitude où il se situait dans l’arbre généalogique.

Marguerite n’a pas eu d’enfant de ce second mariage, qui n’aura duré lui aussi que quatre ans, comme le premier. Sans doute était-elle déjà trop âgée.

François, fils de Maurice et Marguerite

Seul survivant des enfants SARADIN-VEYAN, le petit François se retrouve donc orphelin de père et de mère, à l’âge de six ans seulement. A-t-il été élevé ensuite par son beau-père François RIBY ? Rien n’est moins sûr. Lorsque ce dernier décède en 1755, soit seize ans plus tard, à Ouzouer-le-Marché, son beau-fils François SARADIN, alors âgé de 21 ans, n’apparaît pas parmi les proches présents. Le mariage du jeune François, célébré deux ans plus tard à St Laurent des Bois alors qu’il était encore mineur au regard du mariage, nous apprend qu’il avait pour tuteur François CHARPIGNON ; comme nous l’avons vu plus haut, ce dernier est l’époux d’Anne SARADIN, cousine germaine du jeune François (elle avait 17 ans de plus que lui). Le jeune marié réside de droit à Tripleville, paroisse de son tuteur, mais de fait à St Laurent des Bois ; c’est là qu’il passera tout le reste de sa vie, avec son épouse Jeanne HASLE, originaire de La Ville aux Clercs, village situé à plus de trente kilomètres à l’ouest.

On notera une particularité intéressante : sur son acte de mariage et sur la plupart des actes de baptêmes de ses enfants, François est appelé « François Maurice », bien que ce second prénom n’ait jamais figuré sur son acte de baptême. Sans doute était-ce une façon de garder un lien avec son défunt père ...

Le fils du soldat et de la Provençale sera homme de peine, journalier ou encore fagoteur. Décédés tous les deux avant l’âge de quarante ans, François et Jeanne auront six enfants, dont mon ancêtre Pierre. Mais ceci est une autre histoire ...

Il s’en est fallu de peu !

François savait-il que sa mère était originaire de Provence, une province bien éloignée de son Blaisois natal ? A-t-il pu en transmettre quelque chose à ses propres enfants ? Rien n’est moins certain, tant il était jeune au moment où il s’est retrouvé orphelin.

En tout cas, l’information s’est perdue dans la nuit des temps, et il s’en est fallu d’un cheveu pour que je ne la trouve jamais ; si la mention marginale relative à un enfant illégitime n’avait pas mentionné son lieu de baptême, ou si le petit Maurice était décédé avant le mariage de ses parents, je n’aurais jamais su ni que Marguerite venait de Provence, ni que Maurice était soldat ...

Notes

[1Marneur : En agriculture, ouvrier qui pratique le marnage : amender une terre par un apport de marne, roche sédimentaire composée de calcaire et d’argile. / Ouvrier qui travaille dans une marnière, carrière de marne (Encyclopaedia Universalis).

[2Source : Journal de Paris I, 1715-1721, de Mathieu MARAIS.

[3Je n’ai pas non plus relevé de traces de lui à cette époque à Marchenoir, paroisse où nous le retrouvons bien plus tard.

[4Source : Carnet de familles, de C. Alexandre - https://familles.hypotheses.org/72

[6Délai de viduité : délai imposé par la loi aux femmes veuves ou divorcées avant de pouvoir contracter un nouveau mariage. En France, ce délai de 300 jours fut imposé aux femmes par le Code Napoléon, et abrogé en 2004.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

34 Messages

  • Bonjour Sonia,

    Merci à vous pour cette belle tranche d’histoire familiale : qu’ils nous emmènent loin nos ancêtres alors qu’on s’attend à ce qu’ils passent une vie tranquille confinés dans leur village. C’est compter sans l’éternel besoin en hommes de troupes et là le voyage commence… Si vous souhaitez en savoir plus sur le recrutement de Maurice, vous avez « en ligne » sur Mémoire des Hommes, le contrôle des troupes de l’ancien régime y compris le régiment « d’infanterie » du Nivernois en quatre registres (cotes SHD/GR Yc 611 à 614 - période 1684 - 1767) Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,Sonia
    Belle histoire de famille ,bien documentée que vous nous faites revivre agréablement :les migrations sont difficiles à suivre mais tellement intéressantes à comprendre.
    Merci et portez-vous bien.
    Martine

    Répondre à ce message

  • Bonjour Sonia,

    Et surtout merci pour ce beau récit.

    Dans mes ancêtres, j’ai la même histoire mais je n’ai pas retrouvé l’acte de naissance de mon ancêtre Anne SIMIAN/SIMIANO-SIMIANE-SOMIN (toutes les orthographes de son nom que j’ai trouvées) qui est née à Toulon en Provence et qui s’est retrouvée en Béarn à Pardies où elle est décédée. Elle avait épousé, sûrement en Provence puisque je n’ai pas retrouvé l’acte de mariage en Béarn, un Barbier/Maître chirurgien : PEDELABORDE Jean qui était originaire de ce village et qui y est revenu. J’ai supposé que Jean avait été dans l’armée mais rien ne m’a conforté dans mes suppositions.

    Mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Je suis sûre qu’un jour je trouverai cet acte de naissance et ce récit me donne confiance.

    Cordialement
    Paule

    Répondre à ce message

  • Merci pour ce récit Effectivement, quelle chance que ce mariage de retour chez lui et la mention en marge du baptême de l’enfant, dont le prêtre a voulu s’assurer avant de leur donner la bénédiction nuptiale. Le petit Maurice ayant 26 mois, rien n’empêchait votre ancêtre de se marier en Provence et là, vous n’auriez jamais rien retrouvé ! Il devait donc tenir à ce mariage chez lui où il avait conservé sa famille. Marguerite, elle, était manifestement loin de sa paroisse et du reste de sa famille, à part de sa soeur aînée la marraine, elle même bien éloignée géographiquement du berceau familial. La famille VEYAN a dû exploser lors du décès du père, très tôt (1704), les enfants devaient être jeunes et ont dû être répartis, voire placés. Pour les bans manquants, je pense que vous sous-estimez la force de la religion à l’époque. Il me semble qu’il eut été inconcevable pour la famille et le village que Maurice soldat revienne avec femme et enfant sans régulariser très rapidement devant l’Eglise. S’agissant de l’omniprésence de la famille de Maurice soldat auprès de la veuve (remariage et enterrement), je l’ai très souvent constatée dans ma propre généalogie. Outre l’empathie naturelle et la solidarité familiale qui était indispensable à l’époque, se posaient des problèmes d’héritage et de tutelle des enfants en cas de décès qui nécessitaient l’accord de la famille de ces derniers, en l’ocurrence, la famille de leur père. La famille du parent défunt avait donc son mot à dire sur le remariage du survivant et cela se voyait clairement dans les contrats de mariage de ces derniers et les successions des grands-parents si vous pouvez avoir un jour accès aux archives notariales. Bonne continuation dans vos recherches.

    Répondre à ce message

    • Bonjour Agnès,

      Merci infiniment pour votre commentaire, qui me montre que vous êtes bien rentrée dans le récit, ce qui me fait plaisir, mais qui m’apporte aussi des éclairages complémentaires très précieux !
      Ce qui m’a surprise c’est le remariage si rapide de Marguerite, moins de deux mois après le décès de Maurice. Dans les cas similaires que j’ai pu observer occasionnellement dans mon arbre, la famille du premier mari n’était généralement pas présente (ou en tout cas pas d’après les actes officiels). Mais effectivement cela devait sûrement varier selon l’héritage, les enfants ...
      J’ai bien aimé aussi vos remarques sur la jeunesse de Marguerite, et le poids de la religion qui a dû les amener à régulariser au plus vite leur situation.

      Merci et très bonne journée,
      Cordialement
      Sonia

      Répondre à ce message

  • Bonjour Sonia,
    J’ai beaucoup aimé votre récit, avec tous les blancs bien expliqués qui permettent de donner libre cours à l’imagination. Quelle vie romanesque pour ce couple, et pour cette femme étonnante ! Merci de nous avoir fait partager votre histoire.
    Odile

    Répondre à ce message

    • Bonjour Odile,

      Je suis ravie que ce récit vous ait plu. Effectivement on m’a fait la remarque qu’il y aurait de quoi écrire un roman ! Et vous avez raison, les « blancs » permettent de laisser travailler notre imagination, même si c’est frustrant de ne pas en savoir davantage ...

      Merci de votre passage,
      Cordialement
      Sonia

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Merci pour cette belle histoire. Ayant moi-même des ancêtres dans une paroisse possédant un fort militare(Château-Queyras(05)), j’avais remarqué en parcourant les registres que beaucoup de filles du village accouchaient d’enfants de soldats sans être mariés.

    Concernant votre ancêtre, Maurice Saradin, étant orphelin, et n’ayant probablement aucun héritage, l’armée a certainement été pour lui la seule solution pour gagner sa vie.

    Sinon, pour calculer l’âge des femmes, j’ai une méthode assez efficace : je prends l’année de naissance du dernier enfant et je retire 43 ans. Jusqu’ici, au XVIIIe siècle, dans mon arbre, ça a toujours fonctionné à un an près. Par contre, au XIXe, j’ai quelques femmes qui ont leur dernier enfant à 45 ou 46 ans.

    Répondre à ce message

    • Bonjour Balthazar,

      Sans doute avez-vous raison pour la motivation de Maurice à rentrer dans l’armée. Ce n’était peut-être pas la seule solution pour lui, mais une alternative probablement intéressante à une vie de pauvreté consacrée à cultiver la terre au service des autres pour bien peu de gain ...

      Votre expérience est intéressante par rapport à l’âge du dernier enfant. Si je l’applique à Marguerite VEYAN, en supposant qu’elle ait eu 43 ans au moment de la naissance de son dernier-né, mon ascendant François, cela semble corroborer l’estimation de son âge au moment du décès, puisqu’il n’y aurait eu qu’un an d’écart - ce qui à cette échelle ne représente pas grand-chose !

      Merci pour vos observations.
      Cordialement
      Sonia

      Répondre à ce message

  • Bonjour Sonia,
    Merci pour le partage de cette histoire touchante et surprenante. Si vous voulez plus de renseignements sur les circonstances de la naissance de cet enfant, il faudrait regarder dans les déclarations de grossesses. Elles étaient obligatoires lorsque la future mère n’était pas mariée. Ces déclarations avaient pour but d’éviter les avortements, les infanticides et de baptiser les bébés. Les circonstances de la conception sont toujours décrites en détails. Vous les trouverez sur le site des AD. J’en ai lu quelques unes aux AD du 04, certaines sont particulièrement .... éprouvantes (beaucoup de viols décrits avec détails, abus de confiance etc...) Encore merci pour le partage et bonne continuation dans la recherche. Bien cordialement.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Un grand merci pour votre récit qui m’a fait vivre la saga de Maurice et de Marguerite.

    Christian

    Répondre à ce message

  • Bonjour Sonia

    Je descends aussi du couple SARADIN/BIGOTTEAU mais par un autre enfant, Denis.

    Superbe histoire que vous nous avez délivré la

    Concernant le parrain Maurice GAUCHARD, il est possible que ce soit aussi l’un de mes ancêtres, o 4/6/1673 Binas, +5/11/1755 Binas qui était marchand blatier, mais je n’ai pas trouvé moi non plus de liens entre eux

    Amicalment

    Répondre à ce message

  • bonjour,
    Bravo et merci pour ce travail et cette publication. Le grand père de Maurice est Martin ( 1626-1676), mon ancêtre. J ai dans mes notes que Martin est fils de Louis. J avais fait l’arbre patronymique des SARRADIN/SARADIN et la commune qui revient souvent à cette époque est Binas ( ou ses hameaux, Chantome, Ablainville etc). Binas est d’ailleurs ma commune de naissance et mon père y habite encore !!!.

    Répondre à ce message

  • Merci à vous pour cette recherche passionnante et l’évocation de ces personnes qui vivent sous votre plume.

    Chaleureusement.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP