www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > La vie militaire > « Nos Poilus » > Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14

Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14

Par son petit-fils Christian Fontaine

Le jeudi 6 novembre 2008, par Christian Fontaine

Le dernier Poilu vient de disparaître et cela ne me laisse pas indifférent. En effet parmi mes ancêtres proches, j’en connais au moins deux qui ont participé à la Grande Guerre :

  • le frère de ma grand-mère paternelle, Maximilien LORION. De la classe 17 il se blesse à la jambe sur le bateau, puis fait fonction de brancardier à la guerre. Il meurt en 1971 au Tampon, à 73 ans.
  • mon grand-père paternel Raphaël FONTAINE. [1]. Grand-père (1888-1945) est décédé cinq ans avant ma naissance, jour pour jour, un 6 octobre. Je ne le connais que par photos et par les souvenirs de mon père, Hilaire, aujourd’hui âgé de 85 ans.

Raphaël naît en 1888 à La Pointe, au Tampon de Joseph FONTAINE et de Roséline LEPINAY, dans une famille de cultivateurs. Il ne connaît pas beaucoup l’école. Très vite il se retrouve aux champs avec bœufs et charrette.

En 1910, il a 22 ans et épouse Idalie LORION, 21 ans. Leurs parents respectifs sont alors vivants : pour l’un Joseph FONTAINE et Roseline LEPINAY, pour l’autre Pierre LORION et Joséphine SMITH.

Le jeune couple habite au 11e Km dans une petite case en bois couverte de bardeaux, une petite carapace contre « vents et marasmes ». Cette case je l’ai vue quand j’étais petit car ma marraine « Lisette » (en fait Anne Elisette), née en Juin 1915, y a habité avec sa sœur « Ariane » (en fait Marianne : 1924-1985) jusqu’à ce qu’elle soit vendue vers 1960.

Ce logis avait quatre pièces en tout, deux dont le parquet était fait de planches que l’on frottait avec des feuilles de bringellier avant de le brosser avec une « brosse-coco » et deux pièces en terre battue. Le soir on fermait ses portes à bascules. On dormait sur des matelas « maison » faits de pailles de maïs et autres. Le jour, on y entrait en surfant sur des patins glissants. La cuisine était à l’extérieur, à l’arrière.

La maison donnait sur une petite allée bordée de touffes de vétiver ou de muguet. Deux enfants, Saméry et Emery y naîtront avant que la guerre n’éclate en août 1914. Le premier en 1911 et le second en 1913. (La photo d’Idalie la montre tenant soit Lisette soit Ariane : ce qui lui donne soit 27 ans soit 36 ans).

La Réunion, colonie française est pauvre mais le cœur de ses habitants est français et patriote. Nombre de jeunes écrivent au gouverneur une lettre d’engagement pour aller défendre la patrie contre les Prussiens, ces gallophobes qui nous ont pris l’Alsace et la Lorraine. Raphaël, patriote français, brûle-t-il de prendre le bateau, d’aller se battre à 12 000 Km de son île et bouter l’ennemi hors de France ?

Comme Roland GARROS, né aussi en 1888, il est de la classe 1908, mais il n’a pas fait son service militaire car celui-ci avait été supprimé en 1907 pour ne reprendre qu’en 1913. Le gouvernement français ne voulait pas entretenir de caserne dans l’île car cela coûtait trop cher au budget de l’Etat. En plus la colonisation de Madagascar prenait de plus en plus d’importance à cause de sa superficie et de ses richesses potentielles (forêt, sous-sol, pierres semi-précieuses…) au grand dam de la Réunion qui se sentait abandonnée et dont la production sucrière s’effondrait.

Le contexte politique n’est pas différent de celui d’aujourd’hui : On veut montrer à la France que les Réunionnais sont français depuis toujours et si nécessaire en versant « l’impôt du sang ».

Mais Raphaël ne sera appelé sous les drapeaux qu’en 1915. En effet, ce bel homme plutôt grand, en bonne santé, à la poitrine large se distingue de la majorité de ses compatriotes, mal nourris, cachectiques, ravagés par l’alcoolisme et les diverses maladies, en bref sa société est en voie de paupérisation.

Raphaël est incorporé le 3 juillet 1915 dans les troupes coloniales [2] nous révèle son livret militaire. Il embarque à la Pointe des Galets le 5 à destination de la France. Il fait partie du 2e groupe d’artillerie de campagne d’Afrique à compter du 9 et il remplit la fonction de second canonnier.

Raphaël part-il sur un bateau réquisitionné, (est-ce « le Melbourne ? ») du port de la Pointe des Galets ? Discours et fanfares ont célébré les premiers départs de 1914. En est-il encore de même en 1915 ? On peut en douter. Sur le bateau, a-t-il droit à une couchette dans une cabine ? Non, les hommes de troupe couchent sur le pont (d’ailleurs il doit y faire meilleur) à même les nattes de vacoa en guise de matelas.
Pense-t-il alors à sa femme qui se retrouve seule avec trois enfants de 4 ans, 3 ans et 1 mois à nourrir [3] ?Il sait qu’ils peuvent compter sur l’aide de ses beaux-parents et de ses parents toujours vivants et sur la petite allocation journalière de 0 fr.75 majorée de 0 fr.25 par enfant après avoir rempli une demande à la mairie.

En verra-t-il du pays, lui qui n’a pas ouvert de livres de géographie ou d’histoire ? Diégo Suarez, première halte peut-être de quelques jours pour le réapprovisionnement. On embarque à nouveau pour l’Europe : On découvre Zanzibar et les épaves de bateaux. Cela prouve que les corsaires allemands sont à l’affût : vigilance donc. Le canal de Suez, que l’on parcourt de nuit pour éviter les torpilleurs allemands, et enfin Marseille. Tout cela a duré un mois ou deux.

Août 1915 : Débarquement à Marseille. Logement dans des casernes. Préparation militaire : exercices de tir et longues marches. Vaccinations obligatoires : anticholériques les 14, 20 et 28 août ; et antityphoidiques en novembre et décembre 1915.

Découverte de cette France qu’il ne connaît pas, que le premier FONTAINE avait quitté voilà deux siècles et demie. Rêve-t-il encore d’être plus vite au front et de se débarrasser des Teutons ? « On va rentrer dans un mois ou deux ! » pensait-on quelques mois auparavant, mais depuis on déchante. Baragouine-t-il ses premiers mots de français pour se faire comprendre ? On peut le supposer car la langue de Molière, il ne l’a pas entendue dans son île de paillotes, de cyclones et d’illettrisme sur laquelle règnent quelques privilégiés et dans le Sud les K/Véguen. Trouve-t-il un ami qui lui apprend à écrire pour qu’il puisse envoyer quelques nouvelles à sa famille ou écrit-on pour lui ? En tout cas le document ci-joint est signé Raphaël :

JPEG - 89.5 ko
Gardez cette prière en souvenir de cette horrible guerre - Raphaël

Dès 1915, les Allemands utilisent les gaz. 1916 : Verdun. Comme les effectifs fondent à Verdun, les Réunionnais connaîtront la dure réalité des combats à partir d’Avril 1916 Comment fait-il pour tenir ?

Pour mieux comprendre ce qui s’y passe, écoutons Charles FOUCQUE, un autre Poilu : « Pendant 5 jours, on roule à travers la France… A la tombée de la nuit, on repart et cette fois directement sur Verdun… A 5 km de la citadelle, on met pied à terre et à la file indienne c’est l’avance dans les boyaux… marchant comme par cœur dans une obscurité complète… Cachées dans les carrières, des batteries aveuglent de leurs fulgurations inattendues. Un grondement de tonnerre roule éperdument… La citadelle elle-même est criblée de trous d’obus, des casernes avoisinantes, il ne reste que quelques murs pantelants… Le boche attaque. Les ordres fusent. Les réponses sont souvent dramatiques : « Impossible, répond un officier d’artillerie, nos hommes sont gazés. On a été repérés ». L’officier qui parle a déjà une voix d’outre-tombe. Il meurt asphyxié deux heures plus tard…Novembre, décembre 1916. »

Grand-père en réchappe, mais à quel prix ! Enfin une bonne nouvelle, le ministre de la Guerre décide d’accorder une petite permission de 25 jours aux originaires des Colonies qui sont en Europe depuis 18 mois pour revenir voir leurs familles, sans compter le voyage.

Cela fait belle lurette que Raphaël n’a pas vu sa femme, ses deux fils et sa fille. Il est heureux de reprendre le bateau, même si le voyage a lieu dans la hantise des torpillages, car l’Allemand n’a pas dit encore son dernier mot.
Joie des retrouvailles inattendues mais les « vacances » de Mars 1917 terminées, a-t-il vraiment envie de repartir ? Il a vu tant de camarades tomber. Sa famille le ramène au Port car de deux choses l’une, soit il meurt au combat, soit il revient la tête haute. Il reprend donc le bateau non sans laisser Idalie dans « une situation très intéressante ». Géry naît en 1918 et meurt dans la même année.

11 novembre 1918, l’Allemagne capitule.

Grand-père est rapatrié début 19. Il est dirigé sur le dépôt des Isolés Coloniaux de Marseille le 26-2-19, en exécution de la Décision ministérielle n°1987 4/8 du 24 février 1919. Il doit arriver dans l’île fin avril 19. A-t-il touché la somme de 250 F représentative de l’indemnité fixe de démobilisation ? Probablement. Cette somme correspond à des dépenses de nourriture pour trois enfants, à cette époque.

Si Michel GEFFROY écrit dans son mémoire sur « Les Poilus de Bourbon » que « la même foule qu’en août 14 se presse sur les quais du Port. Ceux qui débarquent du navire ont bien changé, l’aspect général est différent, le regard surtout n’est plus le même. Une gravité et une certaine retenue dans les propos caractérisent ceux que l’expérience du front et des tranchées ont marqué à jamais » [4], on peut se demander s’il tient compte de la frousse qu’a provoqué l’épidémie de grippe espagnole de mars, avril, mai 1919 qui emporta près de 10 000 âmes dans l’île [5]. Mais Raphaël gagne les Hauts de l’île et c’est ce qui le sauvera sans doute.

Quelques années après est né mon père Hilaire FONTAINE qui grandit. L’enfant voit encore son père toussant souvent dans les années trente et quarante. Séquelles de l’inhalation des gaz au front. « Le voilà sous le pied de jacque un samedi avec un ami à lui raconter comment on montait à l’assaut de l’ennemi après avoir ingurgité un bon coup de gnôle, baïonnette au canon et les hommes transpercés que l’on repousse à coups de pieds et « le courant de l’eau » qui dégringole le long de votre colonne vertébrale. Atroces expériences.

Idalie meurt en Avril 1926 à 36 ans après avoir mis au monde 8 enfants [6], Elisette (1915-1980), Géry (1918-1918), Aldéry (1920-1961), Hilaire, Marianne (1924-1986) et Gilette (1926-1951).]] On comprend alors pourquoi Raphaël se remarie deux mois après avec Jeanne JANSON qui devra faire grandir les sept du 1er lit et s’occuper aussi des sept autres qu’elle aura entre 1927 et 1941 [7]. La vie de Raphaël est dure. Il n’est qu’ouvrier agricole. Le travail de la terre le courbe sur sa pioche et lorsque le travail est terminé, il lui faut la longueur du champ pour se redresser.

Il touchera une petite pension de 7,50 F que mon père se souvient être allé chercher de temps en temps à la Mairie du Tampon, comme l’atteste la carte de combattant N° 590 valable de 1936 à 1941. La photo de 1936 nous révèle un homme à l’air grave, mais aussi usé par le travail. . En 1937 « M. FONTAINE Joseph Raphaël de la classe de recrutement de 1908, n° matricule 703 est libéré définitivement de ses obligations militaires… »

Et la guerre revient… et sa fin aussi qui coïncide avec celle de Raphaël. Le vieux Poilu dit au revoir à cette chienne de vie.

JPEG - 17.7 ko
Jeanne Janson

La photo d’identité ci-dessus est celle de Jeanne JANSON, âgée ; née en 1896, elle meurt en 1982. Elle est adhérente de l’Association Générale des Anciens Combattants qui offre à ses membres des possibilités de rencontre, excursions et aides diverses. Voir document ci-dessous.

Le titulaire de la présente carte est autorisé, conformément aux dispositions du décret du 24 août 1930 (art. 3), à porter les insignes de la Croix du Combattant.

JPEG - 37.2 ko
Raphaël Fontaine dans les années 40.

Le livret militaire a été gardé par le dernier de ses fils : Gaston FONTAINE et c’est grâce à lui que j’ai pu documenter cet article. Merci à Gaston car les souvenirs ont besoin d’être confortés par des archives authentiques.


[1La lecture du mémoire sur « Les Poilus réunionnais » de Michel GEFFROY m’a permis d’imaginer le vécu de mon grand-père pendant cette période

[2A la déclaration de la guerre, la « mère-patrie » demande pour la première fois aux Réunionnais de venir défendre le sol national : Dictionnaire Illustré de La Réunion.

[3Il s’agit de Saméry (1911-2001), Emery (1913-2003), Anne Lisette (1915- 1980).

[4Près de 1500 Réunionnais sont morts sur les champs de bataille.

[5M. le Gouverneur Estèbe en octobre 1920 estime le nombre de pertes causées par la grippe à près de 7800.

[6Saméry (1911-2001), Emery [[Emery est le seul à avoir pu aller à l’école jusqu’à la Faculté de Médecine et Pharmacie. Il exercera le métier de pharmacien en France et à La Réunion. En 1968, il avait son officine à Saint-Louis. Il est mort à Nice en 2003. Son parcours scolaire a été rendu possible grâce à une famille de riches propriétaires du Tampon : les AVRIL.

[7Rita, Georges, Raymond, René, Ti-Rose (Rose-Marie), Raymonde et Gaston

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

27 Messages

  • Oui, merci de parler de nos aînés qui sont allés défendre la Mère Patrie car ils sont très peu cités dans les commentaires et discours divers. Votre récit m’a ému car mon père, Léon PIFFARELLY, de la Chaloupe Saint-Leu (où je suis né en 1945), mais originaire de l’Ilet à Cordes, a fait partie de ces valeureux combattants. Il a certainement côtoyé votre grand-père car il était aussi né en 1888 et est allé rejoindre le front de la Somme, avant de rejoindre la Marne et probablement Verdun. Il nous a très peu parlé des combats, faisant preuve comme vous le dites, d’une certaine pudeur au retour dans l’île. A son retour il a été opéré de l’estomac, séquelles de la respiration des gaz sûrement. Il a activement participé à la lutte contre la grippe espagnole en distribuant les médicaments, les tisanes...Il est décédé en 1969. A la maison, à la Chaloupe, nous avons gardé son casque de poilu et son livret militaire, témoins d’une époque douloureuse mais preuves aussi du dévouement d’hommes vis à vis d’un pays-patrie qui ne les a pas toujours convenablement considérés.
    Capitaine de vaisseau (H) Charles-Henri PIFFARELLY
    Résidant à Tourlaville (Manche)

    Répondre à ce message

    • Bien sûr que nos grands-pères ont du se rencontrer dans les casernes ou même au front.Super d’avoir conservé son casque à la maison. Je ne sais s’il existe encore chez les descendants des éléments de ce genre liés à la Grande Guerre.Peut-être serait-il intéressant de faire un petit musée (ou une petite expo) si on pouvait retrouver les détenteurs desdits objets ? Qu’en pensez-vous ?

      Répondre à ce message

      • Oui, c’est une idée intéressante car les descendants des poilus réunionnais ont peut-être gardé des éléments leur ayant appartenu. Maintenant, au niveau de l’île, il faut sans doute constituer un petit comité pour recenser ce qui existe encore aux fins d’une expo. La recherche des objets pouvant être menée conjointement en utilisant la presse écrite (JIR, QUOTIDIEN...) et les ondes (RFO, FREEDOM...). C’est aussi cela le devoir de mémoire envers nos gramounes qui ont valeureusement affronté l’hiver, le froid, et les épreuves inhérentes à une guerre, pour que nous vivions en paix.
        C-H Piffarelly

        Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 8 novembre 2008 08:19, par Bylet

    Très beau récit. Merci de nous rappeler l’histoire de ces hommes de notre Ile. Mon grand père a aussi été un « Poilu ». Il est mort alors que j’étais très jeune mais me souviens de ces récits de guerre. Je souhaiterais avoir des renseignements sur l’ensemble de ces poilus de Bourbon et plus particulièrement de mon aïeul. Mais où me renseigner ? Quels documents consulter ou quel site voir.
    Merci de vos conseils.

    Répondre à ce message

    • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 8 novembre 2008 18:14, par FONTAINE

      Merci Alain d’avoir lu mon texte sur mon grand-père, un Poilu de 14.Vous connaissez donc l’île pour y avoir passé une année. Peut-être avez vous été aux Archives Départementales où se trouvent une documentation sur les Poilus . Le premier Fontaine (Jacques)arrive dans l’île le 9.7.1665 sur le « Taureau ». Il est menuisier engagé au service de la Cie pour Madagascar.Il est né à Paris.(Voir Dictionnaire de Ricquebourg.)
      En effet dans l’île il y a beaucoup de Fontaine : j’en ai compté 2000 rien que dans l’annuaire.Il faut peut-être multiplier par 3 ou 4 vu que les enfants n’ont en généralpas de télé phone. Au revoir

      Répondre à ce message

    • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 9 novembre 2008 05:01, par FONTAINE Christian

      Merci d’avoir apprécié mon article sur Raphaël, un Poilu réunionnais. C’est sûr bientôt on ne parlera plus de ces hommes. Il existe 2 thèses à l’Université de la Réunion que vous pouvez consulter je pense sur place. La plus récente date de 2005 ou 6. Aux archives Départementales aussi il existe des documents laissés par l’Armée. Bonne recherche. Christian.

      Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 8 novembre 2008 11:07, par FONTAINE Alain

    bonjour,
    j’ai été très touché par votre article et je vous félicite ; j’ai travaillè plus d’un an sur l’ile entre 2002 et 2003 ; ma famille a payé aussi un lourd tribu pour cette grande guerre mondiale ; jâi pu constater sur place l’importance du patronyme Fontaine qui fait parti des premiers francais arrivés sur l’ile il y a fort longtemps ! à ce sujet a-t-on fait des recherches sur le patronyme Fontaine ,moi meme je le fais pour mes ancetres de souche savoyarde ( haute-savoie ) ,région très agricole et montagneuse de l’est de la métropole annexée définitivement par la france en 1860 mais qui a connu différents vagues d’émmigration notemment vers les iles et les anciennes colonies lors des différentes tentatives d’annexion par la france sous les rois Louis , et avec Napoléon ; merci de votre lecture et réponse si vous pouvez .

    alain Fontaine .

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 8 novembre 2008 11:21, par jean-marie

    Bravo pour cet article. Nous préparons pour une revue associative d’anciens combattants un article sur la guerre de 14.

    J’aimerai avoir votre autorisation d’utiliser des passages et des photos de votre texte afin de les publier.
    Merci de me répondre à l’adresse suivante
    jmguast chez yahoo.fr.
    Si vous m’envoyez votre n° de téléphone, je vous appellerais très rapidement.
    merci et encore Bravo
    Jean-Marie

    Répondre à ce message

    • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 9 novembre 2008 04:51, par FONTAINE Christian

      Merci pour votre intérêt pour mon article sur mon grand-père, un Poilu réunionnais. Je vous autorise à utiliser les passages et photos de mon article, si nécessaire. Tenez moi au courant de votre travail. Mon N° de téléphone est le 02 62 52 31 54. Vous pouvez m’appeler entre 8h et 20h ou laisser un message en cas d’absence. Quand il est 7h chez vous, il est 10h chez nous à cause du décalage horaire. A bientot. Christian.

      Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 9 novembre 2008 12:30, par Fontaine Claude

    Merci pour cet article. Honneur à mon grand-père et à mon père Saméry . Son fils Claude.

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 12 novembre 2008 11:47, par Marie-andrée FONTAINE

    FONTAINE marie-andrée (fille ainée de Saméry Raphael FONTAINE)

    Merci mon cousin pour cet article qui ma fait connaitre l ’histoire et la vie de mon grand-père. J’ai enfin pu le voir en photo.

    Répondre à ce message

    • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 13 novembre 2008 15:53, par FONTAINE Christian

      Chère cousine, je suis heureux que tu aies pu avoir une idée de notre grand-père par le biais de mon article. Je me rends compte qu’un grand-père ça compte beaucoup en définitive et même pour ceux qui comme moi ne l’ont pas rencontré de visu. J’aimerais toi aussi te connaître si tu veux bien me laisser ton numéro de téléphone, je pourrai t’appeler. En tout cas merci pour ton message. Christian.

      Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14, + généalogie 20 février 2009 10:59, par grondin_yannick

    Bonjour Cher Christian,
    Ayant commencé à faire ma généalogie il n’y a pas longtemps, je suis tombé sur votre article sur votre grand-père. J’ai pu constater que celui-ci avait des parents qui ont exactement les mêmes noms (joseph fontaine et roseline lépinay) qu’une de mes arrière-grand-mères, ainsi que le même lieu de naissance (la pointe tampon). Certes il est vrai que ces noms et prénoms sont très répandus dans l’île mais tout de même il semble que votre valeureux aïeul et la mienne aient été frère et soeur mais je n’en sais pas d’avantage. Auriez-vous peut-être quelques souvenirs des frères et soeurs de votre grand-père ou de sa généalogie ascendante ? Cela m’aidera peut-être dans mes recherches.

    Cordialement
    Yannick Grondin.

    Répondre à ce message

    • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14, + généalogie 10 avril 2009 18:59, par FONTAINE Christian

      Bonjour Yannick, excuse moi de ne t’avoir pas répondu plus tôt. Je n’ai pas été allé sur le site depuis tout ce temps. Si je comprends bien nous avons les mêmes arrières grands-parents. A vrai dire cela ne m’étonnerait pas car les familles étaient nombreuses avant. A vrai dire je n’ai pas connu les frères et soeurs de mes grands parents, mais j’ai entendu parler de certains d’entre eux : Félicien, Amélie, Clémence, Juvance et Volta. J’ai retrouvé des descendants de Amélie ou Emilie qui a elle même épousé un Fontaine Laurent Joseph. J’ai rencontré il n’y aps longtemps un cousin à mon père, Thérésien Auguste qui a plus de 80 ans. Ecoute de toute façon tu peux m’appeler par téléphone (0262523154) et on verra bien par quel bout on est cousin, car de toute façon à la Réunion on est tous cousins.

      Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 24 avril 2009 12:56, par Anne Fontaine

    Merci papa pour ton article. Je me dis heureusement que t’es là pour mettre en place toutes ses recherches ! J’me demandais, cette maison oú ils ont vécu, elle existe plus j’imagine ?!!
    a +

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 27 août 2009 05:05, par Beynaud Marcel Louis

    Ah,oui, merveilleux de pouvoir raconter la vie de ces poilus qui donnèrent leurs vies pour sauver la France de l’égémonie allemande,capitaliste á outrance mais peu en sont revenues pour raconter leurs souffrances,leurs manques de vivres de munitions et aussi de raconter les mauvais comportements de leurs chefs, souvent incapables dans les situations effroyables,il faut bien le dire.

    Honneur á ce poilu Raphaèl Fontaine,malheureusement disparu, mais sa descendance est lá pour le glorifier encore et toujours,remerciements á eux :
    et pour continuer encore plus á faire revivre cet épisode en racontant toujours plus avec mon ami,Joseph Fontaine,qui lui est originaire de la Réunion et même ,peut-être , de la même famille, ??Je ne le sais pas car en ce moment il est en vacances en France et nous sommes tous les deux retraités de la SNCF et résident au Vietnam.

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 15 octobre 2009 06:39, par Yasmine-Joséphine

    Salut Christian,
    Me voilà enfin sur la bonne page. Ton article est très intéressant. Il donne envie d’en savoir plus sur mes ancêtres. En mai de cette année, j’ai vaguement commencé une recherche au Cercle Généalogique de Bourbon. Mais, j’ai été découragée par l’ampleur de la tâche. Peut-être que je reprendrais un jour.

    En tout cas, tu as un joli coup de plume.

    Merci pour ce voyage dans le temps...

    Yasmine.

    Répondre à ce message

  • Un grand merci à vous Christian pour cette missive retraçant la vie de Raphaël Fontaine.
    Raphaël est mon arrière grand père et je suis très heureux d’apprendre enfin à le connaître un peu. En effet, mon grand père, Emeri Fontaine, s’était brouillé avec son père peu de temps après la mort de sa mère Ydalie, trouvant que Raphaël s’était remarié trop tôt. Emeri avait alors fugué et avait été receuilli par une famille aisée de l’ile, coupant ainsi tout lien avec son père et ses nombreux frères.
    Je me tiens à votre disposition,cher cousin, si vous souhaitez connaitre la suite de la lignée Fontaine de notre côté.
    Merci encore. Laurent CROS
    cros_laurent chez hotmail.com
    gsm : 06 19 62 22 34

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 29 juin 2011 13:54, par Daniel Lauret

    Merci Christian pour ce récit. Il m’a ému. Il dit ce qu’on aurait dû m’apprendre à l’école à propos de cette guerre. Il nous fait entrer avec le coeur, dans cette petit histoire, qui permet de mieux comprendre la Grande. Mon grand père maternel s’appelle aussi Joseph FONTAINE ! Sa première fille est née en 1912... Ont suivi 13 frères et soeurs... Comment a-t-il pu échapper à cette horrible guerre ?
    Amitiés

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 17 juillet 2011 08:34, par A GRONDIN

    salut christian

    votre récit sur votre grand père poilu de la grande guerre
    a beaucoup de similitude avec celui de mon père qui est né en 1888 à SALAZIE il s’est marié à l’age de 22 ans (1er mariage)
    en 1910 à SALAZIE est de la classe de 1908
    a embarquer sur le même bateau au mois de juillet 1915
    à passer par diégo-suarez puis débarquer à marseille incorporé
    au 2e groupe d’artillerie de campagne d’afrique et dirigé
    à lyon ou il y avait une station des troupes d’afrique ensuite VERDUN et le front belge redescendu vers TOULON
    et retour sur marseille puis la REUNION au mois de mars 1919
    débarquer en plein épidémie de la peste espagnole il survécu
    et il est décédé au mois de juin 1970 titulaire de la carte du combattant et bien d’autres médailles dont celle de VERDUN que j’ai demandé il n’y a pas très longtemps

    merci de me donné l’occasion de rendre hommage à tous nos poilus REUNIONNAIS

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 27 mars 2012 08:45, par Robert Gauvin

    J’ai été très touché par l’historique de la vie de Raphaël Fontaine, établi par son petit-fils Christian Fontaine : tant de difficultés, tant de misère à quoi s’ajoute l’exil dans le froid et la boue et le sang.
    Je me réjouis que la généalogie ne soit pas ici conçue uniquement comme une suite de dates, mais qu’elle soit l’occasion de redonner vie et souffle à ceux qui nous ont précédés.
    C’est également une contribution à la connaissance de l’Histoire de notre île qui a pendant trop longtemps été ignorée de nos manuels scolaires.

    Répondre à ce message

    • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 28 mars 2012 10:37, par Christian Fontaine

      Merci Robert d’avoir été touché par mon texte sur mon grand-père. Si toi tu défends le patrimoine architectural réunionnais à travers ton site « dpr974 », tu comprends aussi mon intérêt de ne pas oublier ceux qui avant nous ont lutté pour une certaine forme de liberté et leur attachement à la France, du moins comme ils la comprenaient.Christian

      Répondre à ce message

      • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 10 février 2014 08:47, par NAERT Emilie

        Bonjour Mr Fontaine,

        Je me permets de prendre contact avec vous à travers votre site.
        En effet, notre association, labellisée mission Centenaire, nous effectuons un grand travail de recherches et de collectes de documents, photos et objets des soldats réunionnais engagés durant la Grande Guerre.
        Aussi, si vous avez des éléments, des pistes, des personnes à contacter à nous donner, nous serions très heureux de pouvoir avoir d’autres informations pour compléter notre blog et l’exposition en rapport.
        Je vous remercie de votre attention, en espérant lire vos récits, lettres ou témoignages.

        Association Emergence OI
        15, rue du Père Favron
        97410 ST PIERRE
        Tél. : 0262 24 11 39
        contact chez slamlakour.com

        Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 14 septembre 2013 15:31, par hamon nathalie

    Monsieur,
    Votre article m’a particulièrement émue, car, moi aussi mon grand père a connu, comme tant d’autres, l’enfer des tranchées.Je suis aujourd’hui professeur d’Histoire-géographie au collège Jules Reydellet à Saint Denis. Mes élèves gagneraient à écouter votre récit afin que cette Histoire les « touche » et qu’ils puissent vraiment comprendre, ce que nos familles ont pu connaître.
    Seriez vous d’accord pour venir les rencontrer pour continuer ce devoir de mémoire ?
    Je vous remercie .
    Cordialement
    Nathalie Hamon

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 28 septembre 2013 09:42, par JACQUET

    Bravo Monsieur FONTAINE,

    pour ce travail de mémoire passionnant, d’autant plus nécessaire à la Réunion que les documents sont peu nombreux dans les familles.

    Etienne JACQUET

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 17 janvier 2015 22:17, par sarah bathily

    bonjour je me pressente Sarah Bathily élevé de 5e devant faire un exposer sur la vie des poilus français de 14-18
    vous devez être Christian Fontaine
    si je vous envoies ce message pleins de fautes d’orthographe :-( c’était pour me renseigner si vous accepterai quelques questions pour compléter mon exposer
    même si les témoignage sur internet son nombreux j’espère pouvoir communiquer avec une personnes qui a vécus un temps avec un poilus
    bien cordialement
    en attente d’une réponse assez rapide sil vous plaie

    Répondre à ce message

  • Raphaël Fontaine, un Poilu réunionnais de 14 14 février 2016 12:00, par fontaine

    bonjour Mr , je suis a la recherche de photo de mon arrière grand père (Félicien clément fontaine) et du votre Raphael fontaine qui était frère

    merci d’avance de votre réponse

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP