www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » Un pêcheur : Jean Marie Lescoët (1826 - 1893)

Un pêcheur : Jean Marie Lescoët (1826 - 1893)


jeudi 1er septembre 2005, par Jean-Yves Le Lan, Josiane Le Lan

Répondre à cet article

En ce jour du 15 décembre 1826, le couple Lescoët a son premier enfant. Marie Lescoët née Niobé donne naissance à un garçon [1] qui aura pour prénoms Jean Marie [2] . Le couple habite les Salles, village dépendant de la commune de Riantec, situé sur les bords de la petite mer de Gâvres dans le Morbihan.

Après la naissance de Jean Marie, le 31 mai 1830, sa mère aura un deuxième enfant une fille, Marie Josèphe qui, hélas, ne vivra que 5 mois.

Acte de naissance de Jean Marie Lescoët

N°116

L’an mil huit cent vingt six le quinze du mois de décembre à midi par devant nous Jean Kernin maire officier public de l’état civil de la commune de Riantec est comparu Antoine Lescoët marin pêcheur au village du Salle en cette commune âgé de vingt neuf ans, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin né ce jour à cinq heures du matin de lui déclarant et de Marie Françoise Niobé son épouse et auquel il a déclaré vouloir donné les prénoms de Jean Marie, les dites déclaration et présentation faite en présence de Jacques Niobé âgé de soixante trois ans et de Grégoire Lescoët âgé de soixante six ans, les deux grands-pères à l’enfant, le dernier a nommé avec Marie Le Nézet grand-mère au dit enfant, tous marin pêcheur du dit lieu du Salle, et ont les père et témoins déclaré ne savoir signer avec nous le présent acte de naissance, après qu’il leur en a été fait lecture.

Kernin

A l’âge de 13,5 ans, Jean Marie embarque comme mousse, sur la chaloupe la Sainte Anne [3] et effectue 42 mois de mer à la petite pêche. En 1843, il passe novice et réalise alors 24 mois d’embarquement toujours à la pêche. A 19 ans, Jean est encore sur la chaloupe Sainte Anne . Le 15 décembre 1844, il est nommé matelot de 3e classe.

Il est recruté en 1846, pour le service militaire avec le numéro 72 du contingent de Port-Louis. Il embarque alors sur l’Eldorado [4]du 21 avril 1847 au 19 avril 1849. En 1848, il est passé matelot de 2e classe. A la fin de son service militaire, il reprend la pêche sur la chaloupe la Sainte Anne, jusqu’en 1853. Cette chaloupe, bien que portant le même nom que la première chaloupe sur laquelle il a été embarqué, est un nouveau bateau (port : 4,30 tonneaux) qu’il acquière en 1851 et fait construire au chantier naval du Kernével [5]. Pendant cet embarquement, sa sœur Marie Eugènie décédera en bas âge, à 22 mois.

Le 6 juillet de l’année 1853, il est de nouveau rappelé sous les drapeaux et est dirigé sur la division de Brest. Il embarque alors comme passager, du 1 novembre 1853 au 5 décembre 1853, sur le Canada à destination de Toulon. Du 3 janvier 1854 au 27 mars 1855, il est embarqué sur lUranie  [6]utilisée en navire-école de canonnage.

Cette dernière est remplacée le 1er avril par le vaisseau le Suffren, navire ayant servi pendant la guerre de Crimée. Jean Marie change donc de navire et embarque sur le Suffren jusqu’au 30 mai 1856 [7].

Après cette date, il reprend des embarquements à la pêche sur différents navires (la Sainte Anne ; la Marie- Louise ; la Marie-Joseph  [8] ; la Reine-Hortense ; la Désirée ; Les 3 Sœurs ; la Marie Angélique ; la Sainte Augustine).

Acte de mariage de Jean Marie Lescoët

N°20

L’an mil huit cent cinquante six le vingt juillet, à huit heures du matin par devant nous Laurent Le Bozec maire officier de l’état civil de la commune de Riantec, canton de Port-Louis, arrondissement de Lorient, département du Morbihan sont comparus en notre maison commune Lescoët Jean Marie marin, âgé de Vingt neuf ans, né en cette commune le quinze du mois de décembre mil huit cent vingt-six et y domicilié, fils majeur d’Antoine Lescoët, marin, et de Marie Françoise Niobé ci-présente et consentante xxx xxxxxx, aussi domiciliée de cette commune, d’une part, et Marie Josephe Mollo, sans profession, âgée de vingt trois ans, née en cette commune le vingt-huit mai mil huit cent trente trois et y domiciliée, fille majeure de feu Joseph Mollo, décédé en cette commune le quinze octobre mil huit cent trente deux, et de vivante Marie Vincente Thomas ci-présente et consentante, d’autre part ; lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux, et dont les publications ont été faites devant la principale porte de notre maison commune savoir : la première, le quinze juin de l’an huit cent cinquante-six, à l’heure de midi, la seconde le vingt-deux juin mil huit cent cinquante-six, à l’heure de midi. Aucune opposition audit mariage ne nous ayant été signifiée, et les futurs époux ayant déclaré, sur notre interpellation, qu’il n’a point été fait de contrat de mariage entre eux, faisant droit à la réquisition ci-dessus, avons fait lecture du chapitre six du titre du code Napoléon, intitulé du mariage, et demandé au futur époux et à la future épouse s’ils veulent se prendre pour mari et pour femme, chacun d’eux ayant répondu séparément et affirmativement, déclarons au nom de la loi, qu’ils sont unis par le mariage. De quoi nous avons dressé le présent acte en présence de Jouanno Amédé Julien Marie, sans profession, âgé de quarante-huit ans, de Jouanno Marie sous-brigadier des douanes, domicilié de la Rochelle (Charente Inférieure) âgé de vingt-deux ans, de Jouanno Louis Marie, instituteur primaire, âgé de vingt-cinq ans et de Gallo Martin, charpentier calfat, âgé de trente six ans ; le premier témoin et les deux derniers domiciliés de cette commune, tous non parents, lesquels l’ont signé avec nous, excepté la contractante et sa mère, le père et la mère du contractant, après lecture faite. Deux mots rayés nuls.

Jouanno Gallo Jouanno Lescoët

Le Bozec

Jouanno

Suivant les embarquements, il est parfois embarqué comme mousse, matelot ou patron. Jean est alors de belle taille pour l’époque, il mesure 1,75 m. Il a le visage ovale, les yeux gris et les cheveux châtain.

Le 20 juillet 1856, il se marie à Riantec avec Marie Josèphe Mollo. Il a alors 29 ans et sa femme 23 ans ; elle est native de Riantec. A la fin de la cérémonie, Jean Marie signe avec les témoins en bas de l’acte de mariage.

Le couple aura les six enfants suivants, tous déclarés à la mairie de Riantec : Marie Josèphe, née le 18 juin 1857 ; Léontine, née le 27 août 1858 ; Marie Louise, née le 24 février 1860 ; Jean Marie, né le 3 janvier 1862 ; Marie Florentine, née le 23 mai 1863 et Anne Marie, née le 2 août 1866.

Une année après la naissance de leur premier enfant, le frère de Jean Marie, Jacques, qui est célibataire, décède à Brest à l’âge de 23 ans. Ce dernier était matelot de 3e classe.

Le 1 janvier 1877, à l’âge de 50 ans, Jean Marie est dit « hors service », c’est-à-dire qu’il n’est plus susceptible d’être appelé pour le service de l’état ; il est déclaré demi-soldier le 1 avril de la même année. Ensuite, il poursuit la pêche, tant que sa santé le lui permet, l’été sur la chaloupe L’Anne-Marie et l’hiver sur le St Gildas. La chaloupe L’Anne-Marie lui appartient et porte le même nom que sa dernière fille [9]. En 1886, le 8 janvier, son frère Jean Joachim (époux de Marie Le Guennec) décède en mer à l’âge de 44 ans. Jean Marie effectue son dernier embarquement sur L’Anne-Marie du 15 juillet au 26 octobre 1891, il est dans sa 65e année.

Fonction à bord Durée d’embarquement
Mousse à la pêche 42 mois 9 jours
Novice à la pêche 24 mois
Matelot à l’état 58 mois 21 jours
Matelot au commerce 6 mois 24 jours
Matelot et patron à la petite pêche 406 mois 11 jours
Total 538 mois 05 jours

Jean Marie totalise alors 45 années d’embarquement pour l’état, au commerce et à la petite pêche. Ces 45 années n’ont pas été passées en totalité à la mer car dans ces années d’embarquement on retrouve les escales, le temps pour débarquer le poisson et les périodes à terre dues au mauvais temps.

Jean Marie décède le 17 avril 1893 à Bangâvres en la commune de Gâvres, il est alors âgé de 67 ans.

Acte de décès de Jean Marie Lescoët

N°23

Du dix-septième jour du mois d’avril mil huit cent quatre-vingt treize à cinq heures du soir ACTE DE DECES de Lescoët Jean Marie né en la commune de Riantec département du Morbihan, âgé de soixante sept ans, profession de marin domicilié de Gavres décédé le dix-sept avril à une heure du soir, à Bangavres commune de Gavres ainsi que nous nous en sommes assurés, époux de Marie Josèphe Mollo fils de feu Antoine et de Marie Niobé. La déclaration du décès sus-mentionné a été faite par Le Tesson Jean François demeurant à Gavres âgé de trente huit ans, profession de Torpilleur qui a dit être voisin du défunt et par Forbin Mathurin demeurant à Gavres, âgé de cinquante deux ans, profession de retraité qui a dit être voisin du défunt. Lecture donnée du présent dressé par nous soussigné Le Guen Marc Maire officier de L’Etat civil. les comparants ont signé

{}

Le Tesson Forbin Le Maire

Le Guen

En pièce jointe à cet article sont donnés un descriptif sommaire et le déroulement de la période d’activité du Suffren sur lequel Jean Marie Lescoët a embarqué.

Word - 25.5 ko
Le Suffren
Descriptif sommaire du Suffren et du déroulement de sa période d’activité.

Ce texte a déjà fait l’objet d’une publication dans la Chaloupe N°72 - 4e trimestre 2004 - Revue du Cercle Généalogique de Sud Bretagne.

Notes

[1Jean Marie aura 9 frères et sœurs tous nés à Riantec : Marie Josèphe née le 31/05/1830, Georges né le 25/10/1831, Pierre Jean né le 29/09/1833, Jacques né le 21/01/1835, Christine née le 02/03/1837, Jean François né le 09/01/1839, Jean Joachim né le 11/04/1842, Anne née le 10/04/1844, Marie Eugènie ( probablement appelée Virginie par la suite car un acte de décès à ce prénom est établi le 02/11/1847 à Riantec - décès à 22 mois qui correspond bien à la naissance de Marie Eugènie) née le 14/01/1846.

[2Registres d’état civil de la Mairie de Riantec.

[3Service Historique de la Marine de Lorient - La matricule : 2 P 113 F° 159 (F°87) N°1958 - 2 P 117 F° 195 (F° 336) N° 2954 - 2 P 109 F° 142 N°1288 - 2 P 110 F° 1459 N° 495 - 9 P³ 33 F° 1459 N° 495 - 9 P³ 52 F° 9585 N° 585 - 9 P³ 53 F° 12209 N° 209.

[4Frégate à roues construite à Lorient en 1841, lancée en 1843 et retirée du service en 1875 (Réf. Vichot Jacques - Répertoire des navires de guerre français - Edité par l’Association des amis des musées de la marine - 1967.).

[5Service Historique de la Marine de Lorient - 2 P 105 folio 156 - Matricule des bâtiments de commerce.

[6Frégate construite en 1826, lancée en 1832 et retirée du service en 1883 (Réf. Vichot).

[7Service Historique de la Marine de Cherbourg - Notice : Les divers bâtiments de guerre qui portèrent le nom de « Suffren » - N° BR 1385.

[8La Marie Joseph appartenait à Jean Marie Lescoët et a été construite au chantier du Kernével (4,32 tx et 8,72m de longueur) - Réf. AD 56 P 464 N° 464.

[9Service Historique de la Marine de Lorient - 9 P² 2 - Registre des armements des bâtiments de commerce (pêche et cabotage) de septembre 1884 à septembre 1889 - année 1885, numéro 461 des rôles à l’armement - matricule : folio 734 numéro 2272.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 Messages

  • > Un pêcheur : Jean Marie Lescoët (1826 - 1893) 15 novembre 2005 14:42, par Jean Claude Mazzolini

    Ma belle mère Marie Louise Le Fur, née à Port Louis en 1907, nous à racconté quelques trop brefs souvenirs de son père Jean Marie né en 1878, et elle nous disait bien qu’il naviguait , non sur des chaloupes mais sur des dundees, magnifiques voiliers qui péchaient la sardines et le thon. Le therme de chaloupe, me laisse un peu sur ma faim, j’ai navigué sur des voiliers ! Merci tout de même d’avoir écrit ce récit, il me sera précieux pour la généalogie de la famille de ma femme.

    Voir en ligne : Une lignée de marins, les Corcec.

    Répondre à ce message

    • > Un pêcheur : Jean Marie Lescoët (1826 - 1893) 15 novembre 2005 15:58, par Jean-Yves Le Lan

      Bonjour,

      A l’époque de Jean-Marie Lescoët la pêche à la sardine se faisait bien à partir de chaloupe. C’est la dénomination officielle de ces petits navires de pêche sur les documents de l’inscription maritime et des douanes. Le navire (la Sainte Anne) sur lequel pêchait Jean Marie en 1851 a été construit au chantier naval du Kernével et faisait 4,3 tonneaux. Sur l’acte de francisation que je possède la Sainte Anne est classée dans le type « chaloupe » et faisait 9,08 m de longueur et 2, 73 m de largeur. Après, il se peut qu’il ait embarqué sur des dundees, navire pour la pêche au thon et plus gros que les chaloupes mais je n’ai pas l’information. Ne sachant pas exactement à quel type de navire correspondait les noms des autres navires, j’ai ensuite souvent utilisé le terme navire dans le texte.

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

  • > Un pêcheur : Jean Marie Lescoët (1826 - 1893) 18 mars 2006 18:21, par Dominique MARSAC

    C’est touchant car mon arrière grand-père et le votre se sont probablement connus sur l’ Uranie puis que le mien y a été du 28 juin 1853 au 17 avril 1854
    Il a aussi navigué sur le suffren mais pas à la même époque.
    Voir mon site et l’histoire de la guerre de Crimée

    Voir en ligne : http://dominique.marsac.free.fr

    Répondre à ce message

    • > Un pêcheur : Jean Marie Lescoët (1826 - 1893) 19 mars 2006 08:30, par Jean-Yves Le Lan

      Bonsoir,

      Oui, effectivement nos ancêtres se sont croisés pendant quelques mois sur l’Uranie. Mais se connaissaient-ils ? Sur les bâtiments de guerre les effectifs étaient assez importants ; votre ancêtre était six ans plus jeune que Jean-Marie Lescoët et tous les deux n’étaient pas de la même région. Je crois, hélas, que nous ne serons jamais s’ils se connaissaient !

      Bien cordialement

      Jean-Yves Le Lan

      Répondre à ce message

      • > Un pêcheur : Jean Marie Lescoët (1826 - 1893) 20 mars 2006 09:33, par Dominique MARSAC

        Bonjour,

        Ils ne se sont peut-être pas connus, mais ils ont pu avoir des expériences similaires et c’est ce qui est interssant du point de vue historique.

        Personnellement, j’ai le projet un peu fou et encore un peu vague de recenser les personnes qui ont pu se « croiser » sur les bateaux de mon AGP grâce à mon site.

        Cordialement

        Merci pour votre réponse

        Dominique MARSAC

        Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP