www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » « Une mèche de cheveux, qu’elle m’avait donnée... »

« Une mèche de cheveux, qu’elle m’avait donnée... »

« Depuis l’époque où la faux moissonna ses jours... je ne vois de bonheur qu’en allant la rejoindre »


jeudi 18 janvier 2018, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Nous sommes fin 1802.
Ce jeune homme a choisi de mourir pour rejoindre celle qu’il aimait.
Il a tenu à effacer toute trace de son identité....sauf deux initiales : A.B.
Qui pourra l’identifier ?

"On écrit de Grenoble..."

Déniché dans "Le Journal des débats et des décrets" du 27 nivôse An XI (17 janvier 1803) ce tragique - et beau - fait divers arrivé dans un petit village au sud de Vienne, en Isère :

JPEG - 78.6 ko
Son dernier billet

Dans "La Gazette nationale ou le Moniteur universel" du 19 janvier 1803, un article plus complet m’apprend ; grâce cette fois à "une lettre de Chonas" ; que son suicide a eu lieu le 9 nivôse (30 décembre 1802). Le malheureux A.B a été trouvé le lendemain de son geste fatal, le canon du pistolet encore fumant !

JPEG - 72.5 ko
Dans « La Gazette » de janvier
Le passeport est daté de Dijon du 29 germinal An X (19 avril 1802).

Même avec cette précision sur la date, je n’ai pas trouvé ce natif de Lyon dans le registre des décès de Chonas. Il n’y a sans doute pas eu d’acte rédigé pour ce pauvre A.B...mais est-ce bien possible ? Il y a bien dû avoir un procès-verbal d’établi.

Dans un autre article de journal, quasi identique au précédent mais publié dès le 22 nivôse An XI (12 janvier 1803) dans le "Bulletin de Lyon" N° 32, il est précisé ; au sujet du passeport déchiré ; que c’est "le fonctionnaire qui rend compte de ces détails" qui l’a trouvé sur le corps.
Les "on a distingué néanmoins..." et "on a écrit au maire de Dijon" deviennent dans cet article "j’ai distingué néanmoins" et "j’ai écrit au maire" : le « journaliste » semble bien recopier les mots d’une lettre (ou de sa copie) qu’il a sous les yeux !

Indice en faveur d’un constat rédigé lors de la découverte du cadavre : le « fonctionnaire » écrit "en faisant la levée du corps, la curiosité me porta et devait me porter à voir le collier qu’il avait désigné. Je trouvai autour de son cou un cordonnet auquel était suspendu un bijoux (sic) renfermant des cheveux ; c’étaient sans doute ceux de son épouse ou de sa maîtresse. Conformément à ses intentions, j’ai ordonné qu’il fut enterré avec le collier"

Ce même article est repris mot pour mot une semaine plus tard dans "La Clef du cabinet des Souverains" du 19 janvier 1803 !

Qui est ce « fonctionnaire » qui écrit à Grenoble, probablement au Préfet de l’Isère ; et qui « ordonne » ? Le Maire de Chonas, le Juge de Paix ?

Qui réussira identifier ce pauvre A.B (en espérant que les initiales soient exactes) ?

Une mèche de cheveux
Qu’elle m’avait donnée
Une mèche des cheveux
Qu’un jour j’ai caressés

Une mèche de cheveux
Qui venait ressusciter
Le souvenir d’un temps heureux
Le doux mirage d’un été


Salvatore Adamo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

6 Messages

  • « Une mèche de cheveux, qu’elle m’avait donnée... » 18 janvier 18:10, par Corinne Decabane

    Bonjour,

    D’après l’article de « La Gazette », votre inconnu voyageait à pied et est arrivé dans la commune de Chonas par « le bas des Crosses ». Or, si on regarde les délimitations actuelles des communes, il y a un lieu dit actuel qui se nomme « Les Croses » et qui est situé sur la commune de Reventin.

    Aux AD, vous trouverez son acte de décès page 67/142 ainsi que le procès verbal page 65 et 66 du registre communal de Reventin. Dans le registre de la collection départementale, il y a uniquement un acte de décès page 68/222.

    Apparemment, il s’appelait Antoine Barison.
    Bonne fin de journée,

    Corinne

    Répondre à ce message

  • Bonjour

    Un grand bravo Corinne ! Une fois de plus vous avez abouti dans une énigme. Antoine ne sera plus anonyme et cette histoire touchante aura un visage...

    Helène

    Répondre à ce message

  • Bonjour !

    Cet homme souhaitait par ses dernières volontés rester anonyme.
    « AB » était pour ses parents.

    Pourquoi ne pas respecter cela ?

    N’est-ce pas curieux d’en faire un jeu ?

    BàV 20/01/2018

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP