www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Yves Gaonach, fusillé pour l’exemple le 10 Février 1915 à Proven

Yves Gaonach, fusillé pour l’exemple le 10 Février 1915 à Proven


jeudi 19 mai 2016, par Serge Cariou

Répondre à cet article

Il pleut ce mercredi 10 Février 1915 à Proven en Belgique. La porte de la cave de la ferme ou il est retenu prisonnier depuis la veille et sa condamnation à Mort, pour Désertion face à l’ennemi, s’ouvre. Yves GAONACH remarque de suite, la troupe alignée, le poteau dressé, au bout du champs et le peloton d’exécution déjà en place.

Yves GAONACH fait partie des 2 500 soldats français condamnés à mort, pour désertion, durant la première guerre mondiale, mais aussi des 650 qui seront fusillés, pour l’exemple sans que leur culpabilité soit prouvée ou sans qu’ils soient plus coupables que leurs camarades. Ils ont été condamnés pour des crimes prévus par le Code de Justice Militaire datant de 1857, comme le refus d’obéissance, les mutilations volontaires, la désertion, la lâcheté ou la mutinerie, crimes punis de la peine de mort.

Le maintien de l’obéissance et de la discipline au sein des troupes a constitué un enjeu majeur pour les autorités militaires tout au long de la guerre. La justice militaire veut faire des exemples pour dissuader les soldats de basculer dans la désobéissance et l’indiscipline. En ces temps de guerre l’exemplarité l’emporte sur le châtiment.

La période ou les mobilisés partaient au Front, en chantant et la fleur au fusil a été très courte. Dès le mois de septembre 1914, pour endiguer la vague d’insubordination et de désertion du début de la guerre, des conseils de guerre spéciaux composés de trois officiers sont créés. Ils jugent sans véritable preuve, sans instruction préalable, rendent des jugements sans appel et prononcent de nombreuses condamnations à mort immédiatement exécutables. La justice militaire échappe donc à tout contrôle. les principes d’indépendance des juges, de débats contradictoires et enfin de recours ont été abolis.

En septembre 1914, les défenses de la France sont battues en brèche, les Régiments battent en retraite. Les Allemands sont à Meaux à 30 km de Paris. Le Général JOFFRE, Commandant en chef des opérations déclare : « Les fuyards doivent être recherchés et passés par les armes ». Il n’y aura plus de procédure d’appel, de recours en grâce, les procédures devant les conseils de guerre spéciaux s’apparenteront à des exécutions sommaires. Les prévenus seront désormais jugés par une « cour » composée en général du commandant du régiment assisté de deux officiers et la majorité scellera le sort du soldat. En cas de condamnation à mort la sentence est applicable dans les 24h.

JOFFRE s’avère être un général d’armée médiocre. Aucun de ses plans d’attaque ne fut une grande réussite, la victoire de la Marne est due en grande partie à une grave erreur stratégique allemande. Au début de la guerre, JOFFRE a près de 40 ans de retard en stratégie militaire Il ne comprend pas l’industrialisation de la guerre moderne. Il affirme que la guerre ne se gagnera pas par l’artillerie, mais par des percées réalisées par l’infanterie. Les politiques lui ont abandonné les responsabilités stratégiques. Son incompétence et son manque de vision stratégique le rendront responsable de centaines de milliers de morts causés par ses offensives aveugles, en envoyant les fantassins se faire massacrer par les mitrailleuses ennemies.

Yves GAONACH naît le 18 Août 1888 à Voaguer en Chateauneuf du Faou, il est le quatrième et dernier enfant de Louis et de Jeanne Marie LEVENEZ, un couple de cultivateurs installés dans ce village. Comme tous les enfants de paysans de cette fin du dix-neuvième siècle, Yves passera à l’école le temps nécessaire pour apprendre à écrire, lire et compter. Très vite comme Louis Marie, son frère aîné, il rejoindra la ferme familiale de Voaguer, où il travaillera avec son père. Ses deux sœurs, Marie Françoise et Marie Yvonne seront, quant à elles, placées comme domestiques dans des fermes voisines, jusqu’au jour de leurs mariages.

Jusqu’à ses vingt ans, Yves travaillera dans la ferme familiale. En Octobre 1909 , il prendra le train à Quimper et quittera pour la première fois la Bretagne, pour aller effectuer ses deux ans de service militaire, comme soldat de 2e classe au 106e Régiment d’Infanterie, cantonné à Chalons sur Marne. Le 25 Septembre 1911, il est libéré de ses obligations militaires et rentre en Bretagne. Il part s’installer à Morvanet Nevez, en Pleyben, où il retrouve Jeanne Marie LE GALL, une fille de paysans de cette même ville, dont il avait fait la connaissance peu de temps avant son départ pour le service militaire.

Yves et Jeanne Marie se marieront à Pleyben, trois mois plus tard, le 28 Janvier 1912. Leur fils Louis Henri naîtra en cette ville le 14 Février 1914. Yves ne profitera pas longtemps de son fils, le 3 Août 1914, l’Allemagne, deux jours après avoir déclaré la guerre à la Russie, déclare la guerre à la France.

Le 4 Août 1914, Yves est mobilisé, il participera à la Bataille de la Marne et la contre-offensive française qui suivra le mènera jusqu’à la frontière belge. Après la guerre de mouvement qui a fait 100 000 morts côté français, rien qu’en Août 1914, vient la guerre de position, avec les bombardements d’artillerie, les attaques des tranchées ennemies suivies des contre-attaques. La routine de la mort se met en place dans les tranchées, où le poilu côtoie quotidiennement le froid, la boue, la vermine, les poux, la mort et les rats qui se nourrissent des cadavres en décomposition que l’on ne prend même plus la peine de ramasser.

Bien que la guerre était attendue depuis 1911, l’état-major français n’a rien préparé, restant sur sa vision napoléonienne du combat, basée sur l’offensive à outrance. Au début de la guerre l’Artillerie allemande est trois fois supérieure à la française. Les chars Renault FT17 n’arriveront sur les champs de bataille qu’en 1917. Le fantassin français armé de son fusil Lebel qui date de 1887 et de sa baïonnette, monte à l’assaut des mitrailleuses allemandes, vêtu de sa capote bleue et de son pantalon rouge. Le soldat français ne possède même pas de casque, il n’a pour se protéger qu’une cervelière, sorte de calotte en acier qu’il porte sous son képi. Les casques modèle Adrian ne seront distribués qu’en septembre 1915. Au début de la guerre 77 % des blessures des soldats français sont dus à des éclats d’obus à la tête, après l’arrivée des casques Adrien ce chiffre descendra à 22 %.

Le 1er Décembre 1914, Yves GAONACH avec 450 autres soldats est affecté au 3e Bataillon de Marche d’Infanterie Légère d’Afrique, en opération à Ypres en Belgique et qui vient de subir de lourdes pertes humaines. Ce Bataillon cantonné en temps de paix en Tunisie est arrivé à Marseille, début novembre 1914, par le vapeur « France » et a rejoint en train le Nord de la France, puis est venu occuper le canal de L’Yser à Ypres. Ce 3e BILA fait partie des fameux Bat d’Af où sont affectées les fortes têtes où les repris de justice que l’on veut éloigner de France.

Le 4 Décembre, sous un pilonnage massif d’artillerie la Compagnie d’Yves attaque les tranchées ennemies. Pour gagner une longueur de tranchée de 200 mètres, vingt hommes sont tués, la pluie transforme les tranchées en bourbier. Le lendemain, nouvelle attaque, le Chef de Bataillon, le Commandant DUTERTRE est tué au début de l’assaut. Cent mètres de tranchées sont gagnés à la baïonnette, en raison de la boue où les hommes s’enlisent, les fusils ne fonctionnent plus. Les Allemands contre-attaquent au mortier et à la grenade à main et repoussent les Français à leur position initiale. De nombreuses pertes humaines sont subies.

Les jours suivants, les escarmouches continuent, Yves est toujours soumis à ces périodes de huit jours : quatre jours en 3e ligne, deux jours en 2e ligne et deux jours en première ligne et chaque jour le Bataillon subit de lourdes pertes.

Ce 16 Décembre 1914, la compagnie d’Yves entame son premier jour en première ligne, à Hollebeke. Il est 20 heures et il pleut, Yves est assis dans sa tranchée. Il regarde son pantalon rouge boueux, il sent dans la poche de sa capote le porte feuille où il garde les photographies de sa femme et de son fils. Il allume une cigarette, le moyen le plus sûr serait de lever la main avec la cigarette allumée, au-dessus de la tranchée, un tir allemand ne tardera pas. Mais Yves ne veut pas être blessé par les Allemands, alors tenant son lebel de la main droite, il pose sa main gauche, à plat sur la gueule du canon et appuie sur la détente, la munition lui traverse la main.

Yves crie, il appelle à l’aide, mais personne ne vient. Passant son arme sur son épaule et la main ensanglantée, il décide de repartir vers l’arrière. Il atteint la maison où il se trouvait le matin même et y prévient le sergent-major BASTIEN, un des deux infirmiers présents le panse. Le lieutenant commandant la 4e section qui arrive sur les lieux l’envoie au poste de secours, pour y recevoir des soins. Interrogé Yves lui déclare n’avoir pu prévenir personne de son départ et avoir été blessé par un camarade imprudent qui rechargeait son arme.

Le 17 Décembre à 10 heures, au poste de secours, le médecin-major de 2e Classe LANNOU, Chef de l’Ambulance N°13 examine la blessure à la main d’Yves. Il constate une plaie à la main gauche par coup de feu, le trou d’entrée est dans le pli digito palmaire, entre le médius et l’annulaire et porte des traces de poudre. Le trou de sortie est à la face dorsale de la première phalange du médius. Ce médecin croit entendre de GAONACH que celui-ci s’est blessé lui-même en rechargeant son fusil.

Le médecin major doute que la blessure soit involontaire, il garde Yves GAONACH au Poste de secours en convalescence et transmet un rapport relatant ses doutes quant à la véracité des dires du blessé en demandant qu’une enquête soit ouverte en vue d’un éventuel passage en conseil de guerre.
Une mutilation volontaire étant considérée par le Code de Justice Militaire comme un abandon de poste.

Le Lieutenant MEGE, Commandant de la 2e Compagnie, reçoit ce rapport le 21 Décembre et le retransmet le 26 Décembre au Commandant FAUCHET, Chef de Bataillon au 3e BILA en affirmant que GAONACH a quitté la première ligne, sans prévenir sa hiérarchie et qu’ensuite pour couvrir son départ se serait tiré une balle dans la main. Il demande qu’Yves GAONACH soit traduit devant le Conseil de Guerre.

Le 6 Janvier 2015, le Général VIDAL, Commandant la 31e Division d’Infanterie, convoque le Conseil de Guerre de sa Division, pour le 7 Janvier à 13H, aux fins d’y juger le Chasseur Yves GAONACH convaincu d’Abandon de Poste par Mutilation Volontaire.

Le 6 Janvier, Yves est au Poste de Secours, il vient d’apprendre qu’il risque le Conseil de Guerre, il prend peur. A dix heures, il s’évade du Poste et se dirige vers Poperinghe, bourgade à la frontière française. Il s’y cache dans une ferme abandonnée par ses habitants. Dénoncé par des voisins, la Gendarmerie de Stennvoorde viendra l’arrêter le 8 Janvier 1915 à 15 heures et le retrouvera caché dans une meule de foin. Yves est alors incarcéré à la prison de Dunkerque, à son crime d’abandon de poste par mutilation volontaire s’ajoute désormais celui de désertion à l’étranger en temps de guerre.

Le 5 Février, Yves GAONACH est transféré, par les gendarmes à la prison du camp de Proven. Deux jours plus tard, le Général FERRY, Commandant de la 11e Division d’Infanterie ordonne la mise en jugement directe de GAONACH et convoque le Conseil de Guerre pour le 9 Février à 14 heures, aux fins de l’y juger pour les deux crimes qui lui sont imputés.

Le 9 Février à 14H s’ouvre au Conseil de Guerre de la 11e Division d’Infanterie, à Proven, le procès d’Yves GAONACH. Le Tribunal est composé du :

  • Lieutenant Colonel COLIN, Commandant du 26e R.I nommé Président.
    De quatre juges, les :
  • Commandant BEAUJEAN, du 26e R.I
  • Capitaine AZAN, du 69e R.I
  • Lieutenant DENOYELLE, du 69e R.I
  • Adjudant POST , du 26e R.I
    du Lieutenant JOUBLOT, Commissaire du Gouvernement
    de l’Adjudant CROISIER, Greffier

Après les réquisitions du Commissaire du Gouvernement, le Président pose au Conseil les trois questions suivantes :

1°) le Chasseur de 2éme Classe GAONACH Yves du 3e Bataillon de Marche d’Infanterie Légère d’Afrique est-il coupable d’avoir, le 16 décembre 1914, aux environs d’Hollebecques (Belgique) abandonné son poste dans la tranchée, en se mutilant volontairement ?
2°) Le dit abandon de poste a-t-il eu lieu en présence de l’ennemi ?
3°) Le dit GAONACH sus-qualifié est il coupable d’avoir le 6 Janvier 1915, étant en traitement au poste de secours du Bataillon à Ypres, déserté à l’étranger en temps de guerre, pour s’être absenté illégalement de son corps, hors de France, du 6 janvier 1915 jour de l’absence constatée au 8 janvier 1915, jour de son arrestation par la Gendarmerie de Steenvorde (Nord) ?

Le Conseil répond positivement et à l’unanimité aux trois questions qui lui ont été posées. En conséquence, le Conseil condamne à l’unanimité Yves GAONACH à la peine de mort et aux frais de justice envers l’Etat, frais qui se montent à 12,40 Francs. L’issue de ce procès était tellement prévue d’avance que le nom du défenseur de l’accusé n’est même pas mentionné dans les minutes du procès.
Immédiatement, le Général FERRY, Commandant la 11e Division d’Infanterie signe l’ordre d’exécution et en fixe la date au 10 Février à 7 heures.

Yves GAONACH sort donc de la cave où il était tenu reclus, ce 10 Février 1915 à 6H45. L’Adjudant CROISIER en présence du Lieutenant DENOYELLE, lui donne lecture du jugement et de l’ordre d’exécution. Yves reste calme et marche lentement devant les troupes rassemblées. Il est attaché au poteau, on lui bande les yeux et on lui accroche un mouchoir blanc, au niveau du cœur. Le peloton composé de douze hommes, quatre sergents, quatre caporaux et quatre soldats, fait feu à l’ordre de l’officier. Yves tombe mort, le coup de grâce n’est pas nécessaire.

Étonnamment, ce même 10 Février 1915, le 3e BILA est rattaché au 33e Corps d’Armée qui est commandé par un homme qui fera parler de lui, deux ans plus tard, en 1917, pour avoir maté dans le sang les mutineries dans l’armée française : le Général Philippe PETAIN.

Jeanne Marie LE GALL, à Pleyben, apprendra la nouvelle de la mort de son mari, quelques jours plus tard, en recevant sa dernière lettre, écrite avant son exécution. Elle restera fidèle à sa mémoire jusqu’à sa mort à l’âge de 80 ans, le 14 Janvier 1958 à Quimper. Le journal « La Dépêche de Brest » du 9 Juin 1915 annoncera qu’Yves GAONACH est tombé au champ d’honneur, ce qui évitera à sa famille, la honte et l’ostracisme réservés aux proches des « déserteurs » et des « traîtres à la patrie ».

En cette année 1915, cette justice d’exception enverra à la mort 290 soldats, fusillés pour l’exemple. Les militaires vont se rendre compte que les exécutions de soldats français, avec leur cérémonial, ont l’effet inverse de celui escompté, elles détruisent le moral des troupes. Les politiques vont reprendre la main, à partir du 26 Avril 1916, les Conseils de Guerre Spéciaux sont supprimés et les droits fondamentaux seront rendus aux accusés. Ils seront défendus, pourront se pourvoir en révision et solliciter la grâce présidentielle.

Entre le déluge de feu, les pilonnages d’artillerie, les assauts meurtriers, les massacres quotidiens, l’omniprésence de la mort, le soldat perdu était-il mentalement perturbé par l’horreur de ce qu’il vivait ou un lâche fuyant le combat ? Chacun saura répondre à cette question.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

16 Messages

  • Bonjour,
    J’ai de mon côté fait des recherches sur un fusillé de Seine-inférieure ,André Lecroq pour abandon de poste,exécuté le 18 Mai 1915 ,bien qu’il se soit montré précédemment au dire de ses supérieurs hiérarchiques ,volontaire pour les patrouilles .Apprenant la sentence il se serait écrié :" Qu’on me donne un fusil.Je veux me battre ,on verra bien si je suis un lâche " La guerre finie ,une tentative de réhabilitation n’a pas abouti.Mais plus récemment,en 2005 ,suite aux efforts du Docteur Garraud, une plaque a été apposée sur le monument aux morts de Blangy sur Bresle :

    André Lecroq
    Décédé par fait de guerre
    le 18 Mai 1915
    Pour conclure,en mémoire de ces malheureux qui ont connu l’enfer ,je reprendrai la parole d’un ancien soldat,décoré de la croix de guerre :
    « Jugera qui voudra ,à condition qu’il soit passé par là »
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

  • Il y a une erreur dans le lieu de naissance : le lieu de naissance n’est pas Voaguer : il n’y a pas, à Chateauneuf du Faou, de lieu dit nommé ainsi. L’acte est bien mal contrasté. Plusieurs lieux dits sont possibles : Gwaker ou Kosker, mais je n’écarte pas ar Vouster...
    le plus probable est Gwaker.

    Répondre à ce message

    • Naissance - 19/08/1888 - Châteauneuf-du-Faou (Voaguer)

      GAONACH Yves
      fils de Louis, Cultivateur , âgé de 29 ans et de Marie Jeanne LEVENEZ, Cultivatrice , âgée de 36 ans

      Témoins : Yves Claude 63 ans cult/Allain Blaise 39 ans cult. Nul ne signe

      Notes : ° hier

      Identifiant CGF de l’acte : N-1888-2902700-52103-00087 - (Relevé ’Etat civil NMD >=1793’)

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Clichés « victimistes » bien conformes à la dernière mode ;
    erreurs habituelles : le fameux char FT soi-disant 17...
    et même contrevérité d’usage : le général Pétain n’a pas « maté dans le sang les mutineries », il les a, tout à l’inverse, apaisées, avec toute l’humanité qui le caractérisait ...
    Quant au condamné :
    mutilation volontaire
    abandon de poste
    et évasion = désertion devant l’ennemi
    = rien à voir avec une condamnation « pour l’exemple » !
    Bien à vous,
    HH

    Répondre à ce message

    • Bonjour

      je vous rappelle que le Char Renault FT17 a été créé en 1917, même s’il n’a été utilisé en opération qu’en mai 1918.

      Je me demande ou est la victimisation, dans le simple fait de décrire sans les juger les faits et le procès fait au soldat Gaonach ?

      Celui ci a eu un procès ou les droits élémentaires de la défense étaient simplement absents. Je pense qu’il aurait aimé bénéficier des même conditions qu’à eu Pétain en Juillet 1945, lors de son procès. Quant à l’humanisme que vous attribuez à Petain, il me semble que l’Histoire a démontré que ce n’était pas sa principale qualité.

      Je me permet, malgré tout de vous souhaiter de bonnes vacances à l’île d’Yeu.

      Cordialement,

      Serge Cariou

      Répondre à ce message

    • Yves Gaonach, fusillé pour l’exemple le 10 Février 1915 à Proven 24 mai 2016 19:09, par Marie-Thérèse Villain

      Quelle que soit l’opinion exprimée, même et surtout si elle semble contestable, il serait bon d’avoir le courage de signer autrement que par des initiales.
      Ici vous ne risquez pas la peine de mort.
      Bien cordialement
      Marie Thérèse Villain

      Répondre à ce message

      • Bonsoir,

        « Ici vous ne risquez pas la peine de mort. »

        Sauf le « lynchage médiatique » auquel vous commencez de procéder...
        Les procès « moraux », je connais... mais je préfère les arguments historiques, scientifiques.
        Mieux vaut en rire.
        A ce niveau de discussion (idem pour le souhait de « bonnes vacances à l’Ile d’Yeu »), je retire l’échelle... et garde mes belles initiales :
        H H

        Répondre à ce message

  • Pétain n’était pas une blanche colombe... Les mutinerie de 1917 sont dues, en grande partie, à la lassitude et à la colère des combattants après 3 ans de guerre. En avril 1917, le général Nivelle déclenche l’offensive du chemin des dames. C’est un échec sanglant pour nos troupes. L’état major s’acharne et veut poursuivre l’offensive : cela provoque ces mutineries.
    Le général Pétain qui remplace Nivelle le 15 mai 1917, a certes amélioré le sort des poilus (fin des offensives inutiles et mise en place d’un système de permissions) mais il met aussi en place une sévère répression contre les mutins pour faire des exemples. 554 condamnations à mort sont prononcées et 49 soldats sont exécutés...
    Quant au soldat Gaonach, qui sommes-nous pour le juger ? Il fallait qu’il soit terriblement et moralement touché pour se mutiler. Mais il fallait aussi qu’il soit terriblement seul dans sa tranchée : pas un camarade pour lui parler, lui remonter le moral, l’empêcher de commettre cet acte... pas un camarade pour le convaincre de ne pas quitter son poste... Alors sa fuite, sa « désertion » n’est-elle pas qu’un simple réflexe de survie ?
    Repose en paix soldat Gaonach... Et bravo aux journalistes de la dépêche de Brest qui ont su préserver l’honneur de sn épouse et de son fils.

    Répondre à ce message

  • Yves Gaonach, fusillé pour l’exemple le 10 Février 1915 à Proven 21 mai 2016 12:13, par Francis Pécarrère

    L’article concernant cet homme, descriptif et sans porter de jugement me laisse bien pensif.
    Combien d’hommes, ne supportant plus ces horreurs ont réagi ainsi, il n’y avait pas de cellules psychologiques à l’époque, la violence était partout.
    Honte à ces chefs qui n’avaient aucun souci du nombre d’hommes qu’ils envoyaient à la mort en toute connaissance de cause ; le rouge de leurs médailles était tachées de sang, même pas le leur.
    Merci de laisser cette fenêtre d’expression, ça libère un peu et j’ai une pensée émue pour ce brave homme, paix à son âme et pas à celle de ses bourreaux.

    Répondre à ce message

  • Lea officiers français qui condamnaient à mort leurs propres soldats à titre d’exemple pour les autres combatants cherchaient davantage à camoufler leur propre incompétence face à l’ennemi. Leur principale stratégie consistait en effet à lancer leurs hommes devant la mitraille ennemi, les considérant davantage comme de la chair à canon plutôt que de vrais patriotes français enrôlés pour défendre leur patrie. Quand un commandant supérieur comme Pétain doit semer la peur pour se faire obéir par ses soldats, on est à se demander si ses propres officiers n’étaient pas eux-mêmes sujets à être jugés pour les milliers d’hommes qu’ils avaient envoyés directement à la tombe par manque de jugement dans l’art de mener la guerre.

    Répondre à ce message

  • Yves Gaonach, fusillé pour l’exemple le 10 Février 1915 à Proven 25 mai 2016 14:38, par Marie-Thérèse Villain

    Bonjour
    Merci pour votre article.
    Tous les Poilus méritent notre profond respect.
    Honte au GQG pitoyable par son incompétence.
    Qu’a donc fait Nivelle pour mériter cette Légion d’Honneur ?
    La guerre de 14-18 devrait nous amener à nous poser bien des questions.
    Cordialement.
    M.T.Villain

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Il est un fait qu’il y a eu une grande incompétence de la part de l’encadrement militaire et surtout de l’état major ( casquette et pantalon rouge, face aux mitrailleuses !!!) heureusement , un certain nombre fût regroupé à LIMOGES pour incompétence et sans doute « planqués » au frais de la princesse ?
    Quand mon père nous disait :" l’écume aux lèvres dans les tranchées , il fallait enjamber les... " nous , les enfants avions le sourire ! Il alimentait les crapouillots ( obusier de tranchée ) avec son mulet.
    Depuis ,j’ai lu mon GEO Histoire et d’autres informations du même type concernant cette boucherie que fût cette guerre. C’est pourquoi à l’aube de mes quatre vingt ans j’ai plutôt les larmes aux Yeux en pensant à tous ces jeunes garçons ;Paix à leur âmes .ab.

    Répondre à ce message

  • Je découvre ce nouveau sujet sur les « Fusillés pour mutilation volontaire » :

    • toujours surpris par les réactions« épidermiques de certains » sur un dossier de fonds aussi douloureux
      (à savoir : la vie et la mort de "petits soldats sans défense face à la Hiérarchie et à la soi-disant « Justice Militaire") !
    • je souhaiterais cependant apporter quelques observations ou précisions sur certains points notés et/ou soulevés soit par M. Serge CARIOU, soit par d’autres intervenants y compris M.H.H

    • primo : je cite M.Serge CARIOU :
    [ ..Ils ont été condamnés pour des crimes prévus par le Code de Justice Militaire datant de 1857, comme le refus d’obéissance, les mutilations volontaires, la désertion, la lâcheté ou la mutinerie, crimes punis de la peine de mort..]
    - rdb : je suis presque sûr que les "mutilations volontaires" n’étaient pas prévues dans le "Code de Justice militaire de 1857"..

    • André BACH apporte lui-même la réponse en page 327 de son chapitre « la mort pour les lâches qui se mutilent ».
      Je le cite :
      [ GQG le 12 septembre 1914
      Instructions sur les mutilations volontaires pour les Commandants d’Armée
      N° 4872
      Il m’a été rendu compte que des faits de mutilation volontaire s’étaient produits dans les armées.
      La mutilation volontaire dont se rend coupable un militaire constitue … soit le « crime de refus d’obéissance », soit le crime d’abandon de poste …]
      ... Et voila par le jeu d’une courte circulaire- datant du 12/09/1914- un tour de passe-passe sur le fameux « Code de Justice militaire 1857 va permettre d’envoyer à la mort 563 soldats passés en Conseil de Guerre pour motif de désobéissance(sans parler de ceux exécutés sans jugement ou sommairement, y compris pour désobéissance)
    • Pour mémoire : sur ces 563 militaires(CF ce fameux lien de MdF sur les « dossiers de Fusillés documentés ) http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=601&titre=le-corpus-des-fusilles-documentes
    • 125 seront fusillés dans les 4 derniers mois de 1914,
    • 237 en 1915
    • 110 en 1916

    *** Oui pour Rdb, comme l’a dit un intervenant, « il y avait le feu dans la maison » en ce début de guerre.

    • Personnellement je suis étonné que personne ne fasse le rapprochement de ces "fusillés pour abandon de poste ou désobéissance" avec la pagaille et la retraite du mois d’Aout 1914 !!
      Je suis convaincu qu’il y a un rapport direct :
    • avec le nombre de prisonniers et surtout le nombre de "disparus" corps et biens .
      Et il est bon de se rappeler que derrière les lignes de la frontière - celle d’après 1870 !!- les Allemands avaient massé une puissance de feu en artillerie lourde phénoménale.
      Je n’ai pas en mémoire les chiffres des soldats "portés disparus" courant aout et septembre 1914
      (les JMO effectivement ne tenaient encore aucune statistique !!)
      Mais au vu du bilan d’après guerre, ces malheureux « disparus" l’étaient bien définitivement et n’avaient en aucun cas abandonné leur poste devant l’ennemi.
      "A leur corps défendant, ils s’étaient littéralement volatilisés" !!!
    • à M H.H : je rejoins M. Serge CARIOU .
      Le PETAIN d’avant VERDUN- ou le PETAIN de l’année 1917- ne s’est pas montré particulièrement tendre en matière de Conseil de GUERRE (seulement en 1917- année des Mutineries, la JUSTICE MILITAIRE avait perdu la main !!!)

    Pour ne pas faire trop long, je termine avec un autre dossier de "Fusillés pour mutilation volontaire" .. qui fait frémir

    • il figure dans le livre de REAU de 1925 « Les crimes des conseil de guerre »
      ° chapitre « Les mutilés de VERDUN » page 285
      ° avec les fameux certificats médicaux du docteur CATHOIRE
      *18/09/1916 : 8 hommes de la 29e DI sont déférés au Conseil de guerre avec une seule pièce au dossier : un certificat médical signé par le médecin militaire CATHOIRE
      * 6 sont condamnés ,
      2 sont acquittés
      * 19/09 1916 : 2 hommes sont exécutés (ODDE et TOMASINI)
      * demande de commutation de peine pour les 4 restants

    * 11/10/1916 : Oh surprise - sur une contre-visite médicale du soldat ARRIO (un des 4 restants ), découverte d’une balle de Shrapnel... ...etc etc …

    CQFD :

    • balle de Shrapnel allemande et "balle tirée à bout portant" : c’est pas du tout pareil
    • existence de certificats médicaux pré- établis où le médecin CATHOIRE se contentait de compléter les "blancs"
    • et surtout :Conseil de guerre basé sur ce seul certificat médical !!!

    J’arrête… ...et André BACH donne touts les détails.

    Mais au fait "Abandon de poste" ..vous avez bien dit "Abandon de poste"
    alors que sont devenus les "super-généraux" qui avaient ordonné intelligemment d’abandonner le Fort de Douaumont en février 1916 ? (point culminant de la bataille de Verdun = 388 mètres)
    (dixit PETAIN mais est-ce vrai :« la perte de DOUAUMONT a couté 100 000 hommes à la France »)

    Répondre à ce message

    • Toutes mes excuses ...
      Mais dans le dossier « Les Mutilés de Verdun », extrait du bouquin de R-G REAU « les Crimes des Conseils de Guerre », les faits se sont passés, non pas en 1916, mais bien en Septembre et Octobre 1914.
      ...Veuillez accepter mes excuses.

      ( Papy- qui revient de VERDUN- reste sous l’influence du Centenaire de VERDUN ...
      ... et du dossier des Officiers fusillés « HERDUIN et MILAN »(sic dans R-G REAU) de Fleury sous Douaumont, qui même 100 ans après, m’a durablement traumatisé !!!)

      (... Et pourtant je suis titulaire de la Carte du Combattant ! )

      Répondre à ce message

  • bonjour, mes félicitations pour votre article Serait il possible de savoir dans quels fonds d’archives vous avez chercher . Un prochain article sur ce sujet est il envisageable ?
    Par ailleurs, mon grand père a été rapatrié en 1916 comme grand blessé. Existe t’il de la documentation sur ce sujet. J’ai un grand oncle qui ait décédé en 1918 en Algérie pour une peine de 10 de travaux d’intérêts public(bagne en fait) A coté du chapitres douloureux des fusillés, il y a eu pléthore de condamnations de prisons .Ne les oublions pas, quelques soit leurs fautes et loin de toutes polémiques stériles

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP