www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » L’expérience de la mer » Journal de voyage de Jean-Louis Isaac Tardy » Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e épisode)

Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e épisode)

Embarquement pour Schangaï


lundi 1er septembre 2008, par André Vessot

Répondre à cet article

Dernier épisode de ce voyage, Jean Louis Tardy embarque pour Shangaï sur « La Marne ». Auparavant il nous fait partager dans son journal le Nouvel an chinois et assiste à un spectacle de théatre chinois. Son journal s’achève hélas le jour de l’été 1861 ; nous ne savons pas comment se sont passés les 9 mois à Schangaï ni le retour vers la France.

Samedi 9 février 1861

Hier le temps a été encore mauvais, ciel couvert, fort vent du Nord chassant la neige, froid vif. Santé peu solide assez de malaise dans la journée, pouls 99, le soir agitation. Ce matin j’étais bien et ce bien être s’est maintenu peut être grâce au courrier arrivé. J’ai été bien tout le jour, bon appétit pas de toux pas de coliques. Je ne me suis pas aperçu du pouls, mais pas de fièvre. Le temps a été très beau, vent du sud, soleil éclatant, dégel dès midi. Le matin froid. Vers 4 heures le vent a tourné à l’ouest, le ciel s’est couvert, le froid a reparu. Le soir le vent a cessé et est retourné au sud, ciel clair et pur, il gèle.

Jour de l’an chinois

Dimanche 10 février 1861

1er jour de l’an des chinois.
Temps magnifique, ciel un peu gris, mais en résumé le soleil domine. Il fait bon quoiqu’on ait vent du nord. Il dégèle dans le jour. Le soir comme hier, le froid reprend la gelée reparaît. Mer très belle, temps agréable et doux +1°C à midi, -4°C le soir. J’ai à signaler le jour de l’an des chinois, c’est aujourd’hui. La fête ressemble beaucoup à la nôtre, elle mérite un article entier. Je signale seulement la mise propre et recherchée de tous les chinois (hommes) riches et pauvres jusqu’aux jeunes gamins faisant le service de coolies le matin au marché. Les costumes des riches sont ceux qu’on voit sur les gravures, chapeaux à glands, collets, plaques sur la poitrine. Les femmes sont surchargées de vêtements, broderies et clinquants, bonnets admirablement fourrés. On est tenté de croire que tous ces vêtements d’hommes et de femmes ne servent que ces jours-là. Fête à bord des jonques, coups de canon pétards prolongé. Repos absolu, aucune boutique ouverte, aucun marchand dans les rues ? Cet état qui a commencé hier doit dit-on durer 8 jours. Plaques de papiers rouges peints sur toutes les portes, papiers dentelles, visites et cadeaux du jour de l’an. Enfin j’en viens à la pagode. Quelle ressemblance avec notre religion, le diable avec ses cornes et sa queue, la vierge, les offrandes de mets de cierges. A la porte dans la cour marchand d’offrande comme en France, marchand de chapelet de cierge.

Lundi 11 février 1861

Belle journée ciel pur soleil ardent, dégel complet au soleil +8°C au soleil -2°C à l’ombre aussi rien n’y dégèle. Vent sud presque nul. Le soir à peine le soleil couché, la gelée recommence, le froid va jusqu’à -6°C néanmoins ciel clair. Le froid se supporte facilement grâce à l’absence du vent. La fête continue chez les chinois, illuminations, les pétards dont j’ai oublié de parler hier continuent à éclater en quantité. Quelques magasins quoique fermés sont accessibles. Je vais chez le vieux voleur, il a un autel magnifique chargé de mets et de cierges et me demande si en France l’on fait ainsi, je lui explique qu’on offre des cierges mais non des mets, il me fait comprendre que ce n’est pas qu’une formalité et qu’ils savent très bien que le Dieu n’y touche pas. On a commencé de charger le matériel de l’hôpital. Santé bonne mais un peu d’énervation l’après midi. Bon appétit. Une bonne selle dure. Je me suis fait couper les cheveux.

Mardi 12 février 1861

Carnaval – Temps identique à celui d’hier sous tous les rapports. Embarquement du matériel de l’hôpital et du campement dès le matin à 11 heure ½, M. Strauss s’embarque. Le soir on a dîné pour carnaval, on boit le vin blanc (quoique un peu fatigué je ris). Chalot nous apporte d’excellentes crêpes. Hier M. Barne est venu me voir amenant deux messieurs de Schangaï. Le bruit court que nous ne nous arrêterons pas à Schangaï. Froid un peu plus qu’hier. Je renvois mon ordonnance.

Mercredi 14 février 1861

Le ciel est pur, le soleil brille, mais un rude vent du Nord souffle. Dès minuit le vent s’est élevé, très fort la nuit et la matinée, il diminue graduellement jusqu’au soir. A peine si l’on sent le soleil, pas de dégel, à l’ombre le froid est glacial -12°C le matin -10°C à midi, -12°C le soir, mer agitée. Je vois pour la première fois le théâtre chinois. Je l’ai admiré. La fête continue chez eux. Je vois ces messieurs du Contest qui dînent avec M. Robert, je leur prête un lit. Debeaux prend une forte dose de cognac. Ma santé est passable je n’ai pas à me plaindre moins un peu d’énervation dans la journée. L’appétit est toujours vorace le matin, mais très moyen le soir. J’ai eu beaucoup de rêves de toute nature. Je suis aussi dans les réflexions dans la journée. Le 15 le feu a pris à une baraque de la marine elle a entièrement consumé…

C’est toujours fête chez les chinois

Samedi 16 février 1861

Temps magnifique soleil, mais froid vif, pas de dégel. Toujours fête chez les chinois aussi marché nul. J’ai vu un guignol absolument semblable à celui des Champs-Élysées à Paris même genre. Je vois jouer aux dominos comme en France. Aujourd’hui ciel couvert mais bonne température pas de soleil mais dégel tout le jour. Je vais en ville avec M. Bonnefoy qui a déjeuné avec nous. Nous courons beaucoup, nous voyons le mandarin militaire. Les chinois n’ont pas fini leur fête. On va chez le commandant supérieur passer la soirée. Désormais disent-ils on ira y faire le whist. Le Contest est parti hier par une mer d’huile la même qui aujourd’hui nous passe devant les yeux un vapeur anglais le Furions qui vient du Peï-ho et qu’on a cru être le Weser. Santé bonne en moyenne, bonne nuit quoique fortement agitée avant-hier soir. Cette nuit j’ai rêvé et ce matin je me suis éveillé un peu fatigué.

Dimanche 17 février 1861

Ciel toujours gris, température très douce, fort dégel tout le jour, les chemins sont impraticables. Ce soir le vent ouest se lève avec force, froid. La Marne est arrivée vers deux heures, elle doit nous prendre. On dit qu’il faudra deux jours pour le chargement. On pense que quelques uns iront en Cochinchine et que personne ne partira avant que tout soit fini. Or comme la Dryade va chercher un bataillon du 101e à Tien-tsin et qu’elle ne pourra l’emmener que vers le 15 mars il en résulte que tout l’été on serait occupé en Cochinchine … J’ai dîné chez le commandant supérieur hier soir. J’ai été agité j’ai eu de la peine à m’endormir éveillé la nuit j’ai été fatigué ce matin.

Mardi 19 février 1861

Hier le temps a été très froid, le vent assez fort, rien de nouveau. Dès hier au soir le vent a molli, le ciel s’est éclairci et le soir les étoiles brillaient dans un ciel pur. Ce matin temps magnifique vent nord moyen. Le matin on est venu me chercher pour un homme mort subitement dans la nuit par suite d’excès alcooliques. Je vais assez bien. Je suis allé en ville où j’ai vu, que comme en France c’est la madone qui est le refuge des marins. En effet sur son autel une offrande somptueuse était étalée et gardée par les marins du Pothian, cette offrande était en comparant les offrandes des autres…

Départ pour Schangaï : 5 jours de traversée

Samedi 23 février 1861

Beau temps magnifique tous ces jours dégel, soleil admirable chaleur. La Marne commence à charger le 20, elle a fini aujourd’hui, tout est bien allé. Hier le temps s’est couvert, il est resté gris aujourd’hui. On s’embarque dit-on demain matin aussi j’écris à la hâte pour faire mes malles. Le 24 au matin on s’est embarqué, le brouillard était très épais.

Mercredi 13 mars 1861

Voilà quelques jours sans journal ce sont les ennuis de l’arrivée qui sont cause de ce retard. Notre traversée a duré 5 jours dont 2 beaux 2 à gros temps puis le dernier dans la rivière. Tout est bien allé. Me voici installé à Schangaï où j’ai eu beaucoup à noter depuis mon arrivée mais le temps m’ayant manqué. Je recommence aujourd’hui mon journal.

Mardi 26 mars 1861

Aujourd’hui pour la première fois depuis mon arrivée, il a plu à Schangaï, le temps est humide et froid, après les chaleurs que nous avons eues ces jours derniers. Jamais je n’ai tant songé au retour que ces jours. A chaque instant je me reporte en France. Que fait-on où est-on que dit-on ? J’ai été très bien tous ces jours, il me semble que ma toux est plus forte depuis hier. Aujourd’hui à midi j’ai eu un peu de fièvre. Rien autre à noter.

Dimanche 31 mars 1861

Le temps est beau mais un vent très violent rend le froid vif. Goubaud et M. Dumas dînent à la maison. On chante et on rit assez tard. Mon rhume augmente beaucoup.

Mardi 2 avril 1861

Temps beau chaleur très forte le jour. Hier on a appris que nous restions à Schangaï encore longtemps. Qu’y faire. Mon rhume est toujours très fort et pénible. Je couche à la salle de garde où je dors fort mal. Je rêve beaucoup à Lyon, à Monsieur Bucheron, à mes parents … Cauchemar. J’ai fort mal dormi. Le courrier est arrivé ce soir à 7 heures il a été distribué à 9 heures. Il fait depuis quelques temps un jour beau et un jour de pluie ce qui est fort ennuyeux. Rien de nouveau. La santé paraît bonne depuis hier.

Vendredi 21 juin 1861

Mauvaise journée pour moi, temps presque frais et très humide. Pensées très noires tout le jour, justifiées du reste par tubercules jaunes granulés du matin, par coliques très fortes et selles douloureuses et vertes …, par fièvre, par douleur au foie, enfin par un mot entendu le soir, par la nuit précédente où j’ai fait de tristes rêves et où je me suis fatigué. J’ai eu froid…
C’était la St Louis de Gonzague, ce soir j’ai assisté à une petite scène jouée par les élèves.

Nous savons par les archives familiales que Jean Louis Isaac Tardy a été promu médecin aide major de 1re classe le 1er août 1861, qu’il est resté à Shanghai encore 9 mois et qu’il a embarqué à bord de la frégate l’Andromaque le 18 mars 1862 pour débarquer à Toulon le 27 mai 1862.

JPEG - 111.2 ko
Feuille de route

Le 1er juillet 1862, il reçoit la médaille commémorative de l’expédition de Chine.

JPEG - 90.5 ko
Médaille commémorative de l’expédition de Chine

Liens :

  • Médaille commémorative de l’expédition de Chine :

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9daille_comm%C3%A9morative_de_la_campagne_de_Chine_1860

  • Service historique de la défense :

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/

On peut trouver au fort de Vincennes différentes archives sur l’expédition de Chine :

  • Dans la sous série 5 G : nombreuses lettres, rapports, état des troupes (5 G 4), rapport du général Jamin au Cap de Bonne Espérance pour le traitement des malades laissés par les bâtiments transportant les troupes en Chine (5 G 2), épidémies de variole (5 G 5)
  • Dans la sous-série Xz 124 l’état-civil militaire du corps expéditionnaire de Chine : officiers (Xz 124 - 1), hôpital militaire de Tchéfou (Xz 124 - 18).

P.-S.

Je reste intéressé par tout complément d’information sur les personnes citées dans ce journal, sur les bâtiments qui les ont transportées et plus générallement par tout document (lettres, photos ...) ayant trait à l’expédition de Chine.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

18 Messages

  • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 3 septembre 2008 19:04, par marek2

    J’ai découvert cette histoire passionnante et peu connue en reconstituant la vie de mon arrière arrière grand oncle Charles Ernest Tardy qui était alors missionnaire des Missions Etrangères à Paris dans le Kouang Toung.

    Et je me demandais si les deux Tardy avaient un lien de parenté (ce dont je doute) et s’ils avaient pu se rencontrer ou au moins s’approcher.

    20.000 hommes, c’était un corps expéditionnaire très important pour l’époque : qu’en a retiré la France ?

    A +

    Marek

    Répondre à ce message

    • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 5 septembre 2008 14:24, par André Vessot

      Merci pour votre message.

      Effectivement, je ne pense pas que nos Tardy aient un lien de parenté. Le patronyme Tardy est en effet très répandu et déjà dans ma généalogie je le rencontre plusieurs fois, dans des branches différentes.

      En ce qui concerne Jean Louis Isaac Tardy, il est né à Gex le 6/10/1834.

      Ce que la France a retiré d’une telle expédition, je reste moi aussi très interrogatif.
      Sans doute pour l’époque y avait-il des enjeux économiques ?

      Bien amicalement.

      André

      Répondre à ce message

      • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 24 février 2010 11:49, par Maxime

        bonjour,
        je suis actuellement étudiant en histoire et fais un master recherche sur le baron Gros, ambassadeur extraordinaire de France en Chine dans l’espoir de faire une thèse sur Napoléon III et la Chine.
        Dans ma recherche d’information sur les liens entre le Second Empire et l’Empire du Milieu, je suis tombé sur votre article fort intéressant pour ma recherche car évoque un membre de cette expédition.
        vous vous interrogez sur ce que la France a retiré d’une telle expédition.
        il y a naturellement les enjeux économiques mais pas seulement !
        aspect religieux car Napoléon III se considérait comme le protecteur des catholiques d’où l’intervention en 1857/1858 pour « venger » le meurtre du père Chapdelaine (ou Chapdeleine) en 1856.
        aspect géopolitique car la France ne possédait dans cette partie du monde aucun territoire, de nombreux soldats durent combattre par la suite contre l’Annam dans la même période donnant naissance par la suite à l’Indochine. les interventions militaires en 1857/58 puis en 1860 furent aussi un moyen de limiter la puissance de l’Angleterre dans cette région du globe même si elles participaient à resserrer les liens avec les 2 pays.

        cordialement

        Répondre à ce message

        • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 24 février 2010 16:26, par marek2

          Je suis prêt à partager avec vous (sur BAL privées) les recherches que j’ai faites sur le sujet et les chapitres dédiés à ce sujet que j’ai écrits dans la cadre de la biographie de mon parent Tardy, missionnaire en Chine à cette époque.

          cdt

          marek2

          mtutaj@noos.fr

          Répondre à ce message

        • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 24 février 2010 21:38, par André Vessot

          Bonsoir,

          Tout d’abord merci pour votre message et bon courage pour votre master. Ces articles sont une bien petite contribution, mais c’est vrai j’ai eu la chance de mettre la main sur ces manuscrits, ce qui est assez rare dans les familles. Avec les déménagements successifs, les multiples successions, ils ont bien failli disparaître. Aussi il m’a paru le plus utile de les transcrire, pour qu’ils ne tombent pas dans l’oubli, et d’y ajouter quelques illustrations et explications afin de rendre le texte plus lisible. Tant mieux donc si cette série d’articles vous a intéressé.

          Répondre à ce message

  • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 18 avril 2010 12:31, par dorothée

    Bonjour
    Bravo pour votre travail Votre parent J L TARDY a vécu dans l’Histoire et meme si ses écrits ne sont pas littéraires ils nous donnent foule de détails sur cette page de sa vie.Cela me permet d’imaginer la vie de mon Goncle qui a passé 20 ans en Extreme Orient et a reçu la Légion d’Honneur la médaille du Tonkin le Dragon Imperial d’Annam .Pour lui aussi ,son histoire a cotoyé l’Histoire Bravo encore pour votre initiative et votre travail
    Dorothée

    Répondre à ce message

    • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 18 avril 2010 20:58, par andrevessot

      Chère Madame,

      Merci pour votre message. Effectivement, c’est toujours une chance de retrouver de tels manuscrits. j’entendais souvent ma grand-mère qui parlait du major Tardy, qui avait été en mer de Chine. Aussi dès que je me suis intéressé à la généalogie je suis allé au Service Historique de l’ Armée de Terre à Vincennes pour retrouver les états de service du Major Tardy et tous renseignements sur sa vie. C’est après le décès de la dernière de mes tantes que ce manuscrit a été retrouvé dans sa cave avec d’autres documents tels que ses ordres de mission, son diplôme de la légion d’honneur, sa thèse de médecin ... C’est à partir de ces éléments que j’ai pu transcrire son journal de voyage, qui m’a appris des tas de choses sur l’histoire ainsi que sur les conditions de traversée pour se rendre en Chine à cette époque. Le travail présenté dans ces 10 épisodes est une façon pour moi de lui rendre hommage ; de plus sa fille Louise Tardy a été la marraine de ma mère.

      Bien cordialement.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

  • {{}}Bonjour
    L’arriere grand père de mon mari est lui parti le 1/12/1859 de Toulon mais nous ne savons pas sur quel bateau , il a également laissé un récit de son expédition , totalement différent du votre car celui d’un simple soldat , pas de repas ni de champagne , mais le récit du voyage , de la découverte de lieux et des habitudes de populations autres que les notres et surtout récit de la bataille de Pei HO, et autres expédition militaire , ainsi que le pillage du palais impérial !!!
    Cordialement
    A bourguignon

    Répondre à ce message

    • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 19 avril 2010 16:33, par André Vessot

      Bonjour Madame,

      Merci pour votre message, le récit fait par l’arrière grand-père de votre mari doit être passionnant. Celui d’un simple soldat doit effectivement être très différent. Pourriez-vous nous faire partager tout cela sur ce site ? Vous êtes-vous renseignés aux archives de la marine à Toulon, vous devriez arriver à retrouver le bateau sur lequel il est parti en Chine quelques jours après le major Tardy.
      Bien cordialement.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

      • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 20 avril 2010 13:37, par Danièle VAN EYCKEN

        Bonjour, je me permets de vous contacter car je recherche les conditions dans lesquells l’arrière grand père de mon mari et son épouse sont partis à Shanghai en Chine entre Janvier 1862 et Décembre 1863. Ils étaient de nationalité belge (pas trouvé de bateau partant pour la Chine dans cette période).
        A Shanghai il est armurier mécanicien ; il décéde en Août 1867 ainsi que son épouse. Les décés sont déclarés au Consul de Belgique par un chirurgien de la Marine Française et un secrétaire de la municipalité française de Shanghai. On peut supposer qu’ils faisaient partie de la concession française.
        Les archives de l’ambassade de Shanghai ne donnent aucun élément pas plus que celles des Messageries Maritimes.
        Quelqu’un a-t-il une idée pour orienter mes recherches ? Merci par avance ; Danièle Van Eycken

        Répondre à ce message

      • {{}}Bonjour Monsieur
        Mon mari est d’accord pour vous envoyer le récit de son arrière grand père , mais il ne veut pas de diffusion autre que sur ce site .
        Le texte est intégral ,recopié tel quel avec fautes d’orthographe ou autre erreur .
        J’ai déjà pris contact avec Toulon , sans résultat , j’ai une petite idée du bateau faite par recoupement des diverses infos collectées ainsi qu’une piste pour essayer d’en avoir confirmation .
        Je vous joint donc le récit si vous avez un problème pour le lire dites le mois , il était sur disquette ( en plus des copies papier que j’ai fait ) et j’ai du le trasferer sur clé usb pour vous l’envoyer
        Cordialement
        A Bourguignon

        Répondre à ce message

        • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 23 avril 2010 17:17, par André Vessot

          Merci Madame pour votre réponse. Le mieux sans doute est d’envoyer ce récit à Thierry Sabot lui-même, l’administrateur du site, mais c’est peut-être ce que vous avez déjà fait. En tout cas il est bien évident que ce récit ne sera pas publié sur d’autres sites. Il est possible qu’en recoupant diverses sources et en utilisant notamment le forum du site vous arriviez à en savoir un peu plus. Bien cordialement.

          André VESSOT

          Répondre à ce message

          • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 26 avril 2010 11:53, par Bourguignon

            {{}}Bonjour Monsieur
            Pourriez vous me donner l’email ou je peux envoyer à Monsieur Sabot le récit de l’arrière grand père de mon mari j’ai cherché et n’ai pas trouvé !!!! vous savez je ne suis pas une experte en informatique !!!pour le livre e Paul Varin , je l’ai lu ce qui me fait penser qu’il pourrais avoir embarqué sur l’Entreprenante parti le 8/12/1859 ou sur la Dryade mais la je n’ai pas trouvé la date de départ !!!
            Pour votre part avez vous reçu le récit et si oui avez vous pu le lire ?
            Merci
            Cordialement
            A.Bourguignon

            Répondre à ce message

            • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 26 avril 2010 14:19, par Thierry Sabot

              Bonjour,

              Je vais vous contacter directement par mail et sans passer par le site. Il vous suffira de répondre à mon mail pour m’envoyer le récit. Par avance, je vous en remercie, bien cordialement, Thierry Sabot

              Répondre à ce message

            • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 26 avril 2010 15:07, par André Vessot

              Bonjour Madame,

              En me replongeant dans mes notes de recherches, j’ai retrouvé les éléments suivants. « L’Entreprenante » (chantier de Lorient) appareille de Toulon le 08/12/1859 avec 1113 passagers, il arrive à Hong-Kong le 15/05/1860 et à Shangai le 15/05/1860 ; il est transformé en navire-hôpital le 06/12/1860.
              « La Dryade » (chantier de Lorient) appareille de Toulon le 06/12/1859 avec 1018 passagers, il fait escale à Singapour du 9 au 17/04/1860 et arrive à Hong-Kong le 23/04/1860. Je m’aperçois que je n’ai pas noté mes sources, mais je crois avoir trouvé ces renseignements sur internet (flotte de Napoléon III). J’espère que ces informations, confrontées au récit de l’arrière grand-père de votre mari, vous permettront d’éclaircir certains points.

              Bien cordialement.

              André VESSOT

              Répondre à ce message

    • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 25 avril 2010 23:11, par André Vessot

      Bonsoir,
      Je voudrai apporter un complément à ma réponse. Vous pouvez peut-être trouver les renseignements qui vous manquent dans le livre « L’expédition de Chine » de Paul Varin, qui est numérisé et auquel on peut accéder avec internet. Les noms des différents bâtiments qui sont partis pour la Chine y sont mentionnés, ainsi que les unités transportées.
      Bien cordialement.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

  • j’ai lu avec intérêt ce journal de voyage car mon arrière grand-père a participé à cette expédition et je possède une lettre qu’il a écrite et adressée à sa famille au moment du sac du Palais d’été ; il y donne des détails sur leur vie quotidienne ; je peux vous transmettre cette lettre si vous m’indiquez le moyen de le faire.
    D’autre part,je ne possède aucun renseignement sur les conditions de sa participation à cette expédition ; à votre avis, existe-t-il des archives qui peuvent m’apporter quelque chose, même s’il ne s’agit pas d’un officier ? (unité à laquelle il appartenait, navire qui l’a transporté etc...)
    Cordialement Annie

    Répondre à ce message

    • Journal de voyage de Jean Louis Isaac Tardy (10e partie) 30 mai 2010 08:44, par andrevessot

      Bonjour et merci pour l’intérêt que vous avez porté à cet article. En ce qui concerne votre arrière grand-père n’avez-vous aucune indication qui permette d’orienter votre recherche (feuille de route, nom du bêtiment sur lequel il a voyagé, son unité) ? Vous pouvez déjà me contacter par mail andre.vessot@wanadoo.fr

      Bien cordialement.

      André VESSOT

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2019 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP