www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil > Articles > Ces Français d’ailleurs > Le dossier de Guillaume Benjamin Howell pour son départ en Algérie en 1852

Le dossier de Guillaume Benjamin Howell pour son départ en Algérie en 1852

Une famille s’unit pour préparer ce départ.

Le jeudi 22 octobre 2009, par Jean-Pierre Bernard

La situation politique et économique était désastreuse. On avait besoin de gens en Algérie, et des colonies agricoles se créaient un peu partout. Guillaume Benjamin HOWELL, lassé de son sort en Alsace, voulut se construire un nouveau destin en Algérie. Avec l’aide de sa nombreuse famille, il réunit les pièces de son dossier.

5 documents conservés aux Archives nous font un peu revivre le parcours de HOWELL :

  • Sa lettre au Préfet, du 22 juin 1852,
  • Un acte de notoriété,
  • Un certificat médical,
  • Son admissibilité comme colon agricole en Algérie,
  • Une correspondance du Maire de Schirrhein au Préfet.

Le village de Schirrhein, en Alsace, dans le département du Bas-Rhin, est situé à l’est de Haguenau, entre Bischwiller et Soufflenheim.

Guillaume Benjamin HOWELL s’est installé là, après une carrière dans les douanes, pour y pratiquer l’agriculture. Il est à la tête d’une nombreuse famille : 7 enfants, une belle-fille et deux petits-enfants, soit 12 personnes.

Après sans doute avoir réfléchi et hésité, il se décide à écrire au Préfet :

Lettre du sieur HOWELL au Préfet du Bas-Rhin, du 22 juin 1852

HOWEL Guillaume Benjamin, laboureur, domicilié à Schirrhein, 60 ans, ancien proposé des Douanes en retraite, ancien cantonnier des routes de l’Algérie, marié, une « bruhe » (bru), 7 enfants et 2 petits-enfants.

« ... malgré ses efforts pour l’agriculture, et par suite de la non réussite des récoltes et du manque de travail depuis plusieurs années, ne pouvant plus suffire à l’entretien de sa nombreuse famille,... ainsi que sa fortune se réduit à la modique évaluation de 1060 francs... veut aller en Algérie. »

Au bas de la lettre : « certificat de bonne conduite signé du Maire le même jour. »

Cette lettre de demande nous apprend que Howell était déjà allé en Algérie, et qu’il y avait travaillé comme cantonnier. On ne sait pas s’il y avait séjourné jeune et célibataire, ou bien avec son épouse et une partie de sa famille. On y apprend que sa situation n’est pas des plus brillantes, et qu’il a bien du mal à nourrir toute sa maisonnée.

Acte de notoriété du 22/6/1852, établi par le Juge de Paix de Bischwiller (Jean Bertrand)

Il fallait obligatoirement, pour être admis dans les Colonies agricoles, posséder une somme qui changea selon les époques. Pour constater la possession de cette « fortune », Howell va trouver le Juge de Paix du canton.

"Concernant HOWEL Guillaume Benjamin. Témoins :

  • 1° BADER M..., journalier, 30 ans,
  • 2° SCHERER Antoine, bûcheron, 35 ans,
  • 3° MUHLHAUSSER Antoine, bûcheron, 36 ans,
  • 4° MARCHAND Joseph, pensionnaire de l’état, 69 ans.

Fortune de Guillaume Benjamin HOWELL :

  • 1° En linge de literie, le tout presque neuf, est préparé pour les trois grandes filles, y compris plusieurs autres meubles, pour une somme de 300 francs.
  • 2° Les trois filles, sortant de condition de domestique, enverront à leur père une somme de quatre cent francs, provenant de leurs gages économisés : 400 francs.
  • 3° Enfin que le fils Georges versera une somme de deux cent francs, en partie en numéraire, en partie en objets à emporter, commodités ou ustensiles nécessaires : 200 francs.
    Ensemble : 900 francs.
  • Que de plus, le père jouit d’une pension des Douanes de cent soixante francs par an : 160 francs.

Soit au total : 1.060 francs.

Certifie que toutes ces valeurs sont francs et libres d’engagement quelconque" (suivent les signatures).

HOWEL n’est pas bien riche ! Il semble qu’il n’ait guère comme revenus que sa pension d’ancien douanier. Il n’est pas précisé qu’il est propriétaire d’une maison, ni qu’il possède des terres.

Ses trois grandes filles sacrifient leurs trousseaux pour ajouter à la somme, et lui donnent encore 400 francs, économisés sur leurs salaires.
Georges, le fils (probablement journalier), propose une somme en argent comptant, et les « objets à emporter » (sans doute un soc, et d’autres instruments aratoires).

Mais 1060 francs était presque un minimum. Le Juge de Paix s’étant renseigné, il reçut une lettre du Préfet, le 5 juillet 1852, précisant que la somme demandée ne pouvait être inférieure à 1000 francs. Et le Préfet précise :

« Le but de l’adoption de cette mesure, est d’alléger le budget des dépenses afférentes à la colonisation et de permettre de supprimer les subventions accordées par l’État, pendant la première année, aux colons arrivés en Algérie. Il importe donc, dans l’intérêt même des cultivateurs, de n’admettre que ceux pourvus de quelques ressources. »

Certificat médical du médecin cantonal, du 22 juin 1852

Constatant la bonne santé de :

HOWEL Guillaume Benjamin Ancien douanier en retraite, ancien cantonnier de l’Algérie, laboureur 60 ans père et chef de famille
WAGNER Catherine sa femme 54 ans
HOWEL Jeanne Madeleine célibataire 29 ans
HOWEL Antoinette célibataire 27 ans
HOWEL Madeleine célibataire 20 ans
HOWEL Charles célibataire 21 ans (classe de 1850 -N°248 - Libéré)
HOWEL Gertrude célibataire 15 ans
HOWEL Joséphine célibataire 12 ans
HOWEL Georges marié 34 ans
WEININGER Salomé mariée 27 ans (épouse de Georges)
HOWEL Justine célibataire 4 ans (fille de Georges)
HOWEL Antoine célibataire 2 ans (fils de Georges)

Ce certificat nous est précieux, pour connaître la composition de cette nombreuse famille. Tous y figurent, c’est donc bien que Guillaume Benjamin pense partir avec toute sa « tribu ».

Presque deux mois se passent, dans l’attente de la réponse de la Préfecture, positive, ils l’espèrent, pour rejoindre en Algérie une Colonie agricole.
Qu’ont-ils pensé durant ce temps ? Les conversations à la maison devaient sans cesse revenir sur ce départ espéré, cette sorte « d’Eldorado » promis pour s’y faire vraiment une vie meilleure !

Document du Conseil de Préfecture, du 19 août 1852

« Admissibilité à titre de colons dans les Colonies agricoles de l’Algérie pour » :

HOWEL Guillaume Benjamin Laboureur Ancien préposé des Douanes - Ancien cantonnier en Algérie

(suivent quatre autres familles).

Chez les HOWEL, soulagement... l’admission est là ! Il ne manquera plus que l’aval du Ministre de la Guerre, qui décide en dernier ressort, et qui leur délivrera l’autorisation de passage gratuit, sur un bateau de l’État.

Le Préfet leur accordera certainement les « secours de route », pour cette nombreuse famille, somme destinée à payer les frais de traversée de la France jusqu’au port d’embarquement.

En principe, le Ministère de la Guerre demandait aux colons agricoles, pour éviter les grosses chaleurs, de repousser leur départ plus tard dans l’année.

On ne sait rien de plus... jusqu’à un cinquième document !!

Mot du Maire de Schirrhein au Préfet, du 27/12/1852

Qui fait connaître que les sieurs :

... (4 noms)

  • 5° HOWEL Guillaume Benjamin, de Schirrhein, est décédé le 20 novembre 1852.
    ...

Catastrophe dans la famille ! Tous les espoirs de vie meilleure réduits à zéro, et plus de père à la tête de la famille.

Guillaume Benjamin HOWEL et sa famille n’iront pas en Algérie !

Les dossiers de départ pour la commune de Schirrhein

La famille HOWELL n’était pas la seule à vouloir partir en Algérie. D’autres familles préparèrent aussi leurs dossiers, identiques à celui-ci.

Voici un tableau récapitulatif succinct :

SCHNEIDER Michel Cordonnier et laboureur Refusé pour mauvaise conduite et faux certificats
MOSSER Nicolas Laboureur 1.150 francs Admis
MARTIN Philippe Jacques Laboureur 1.100 francs Admis
SCHOTT Ignace Laboureur - Avec un domestique : GENTNER Nicolas 1.600 francs Admis
HEISSEREN André Scieur et long et charpentier 1.315 francs Admis

Et aussi deux domestiques, dont l’un est nommé ZINCK, le patronyme du second étant illisible.

Sur les familles citées ci-dessus, aucune n’est partie. En effet, sur le document n°5, lettre du Maire au Préfet, l’informant que HOWEL est décédé, figure la mention suivante :

« Les sieurs MARTIN Philippe Jacques, MOSSER Nicolas, HEISSEREN André, et SCHOTT Ignace, viennent me déclarer d’avoir abandonné l’intention d’aller habiter l’Algérie. »

Tous restèrent donc au village de Schirrhein.

Sources :

  • ADBR, Strasbourg - Série III M - Emigration - Dossiers individuels par villages.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

31 Messages

  • Je suis très intéressé par votre travail, car ma famille Maternelle Heinis, de Mornach (Haut Rhin) a aussi émigré en Algérie vers la même époque.

    Bravo en tous cas pour votre travail

    Répondre à ce message

  • Le dossier de Guillaume Benjamin Howell pour son départ en Algérie en 1852 24 octobre 2009 08:20, par Simone Bouchara kerlann

    cet article est fort intêressant.je suis née en Algérie et certains de mes ancêtres sont Lorrains, Alsaciens ou Vosgiens. Où peut-on trouver de tels documents ? simone.bouchara chez wanadoo.fr

    Répondre à ce message

  • Le dossier de Guillaume Benjamin Howell pour son départ en Algérie en 1852 24 octobre 2009 13:54, par Félix Clément MILLET

    Bonjour, tres interesse par cet article et concerné au meme titre puisque mon grand pere a fait partie de ces emigrés vers l’ algerie. Actuellement je poursuis mes recherches généalogiques autour de 70, CHAMPAGNEY, principalement sur « Eboulet », lieu dit aujourd’ hui oublié, ou mes grands parents exploitaient leurs terres.Tandis qu’ ils quittaient la france, seules deux soeurs restaient au pays. La se termine l’ episode et commence pour moi de nouvelles recherches sur ces personnes restées en metropole et sur les conditions de leur départ. Merci d’ avance aux personnes capables de m’ aider et de me renseigner Félix Clement MILLET. contact : felix-clement-millet chez orange.fr

    Répondre à ce message

  • Très intéressant. J’ai le frère de mon grand-père, tous les deux Joseph GROUILLER,né à NOAILLY (Loire)autour des années 1860,qui a aussi émigré en Algérie comme colon agricole faute de travail dans la Loire. Merci pour votre documentation.

    Répondre à ce message

  • ceci est très intéressant pour retracer le parcours d’une famille que l’on sait partie dans les colonies.Mais où trouve t-on les différents éléments (ces lettres que vous citez,les secours de route...) et est-ce la même chose concernant les familles qui sont parties vers le Maroc vers le début du 20è siècle ?

    Répondre à ce message

    • Bonsoir,
      Merci pour votre visite et votre commentaire.
      Vous trouverez beaucoup de documents dans les séries des Archives départementales, en particulier dans la Série III M.
      A Strasbourg, les éléments sont classés par villages, ce qui facilite la recherche lorsqu’on connaît le lieu d’origine des gens concernés.
      Il existe aussi d’autres archives, d’autres séries, et certains sites « pieds-noirs » vous livreront des expériences vécues.
      Pour le Maroc, ce n’est pas la même chose. L’émigration en Algérie était orchestrée en grande partie par l’Etat, vers ce pays dont on a fait des départements.
      Le Maroc était un Protectorat, et l’implantation française y fut bien moindre et bien moins longue.
      En espérant vous avoir donné quelques bribes de réponses.
      Moralité, il faut chercher, chercher encore un peu partout.
      Cordialement.
      Jean-Pierre BERNARD.

      Répondre à ce message

  • Votre article est très intéressant.

    Je suis moi-même descendant d’une famille BURY du Haut-Rhin, Hésingue et Villageneuf,partie en Algérie en 1854 ; depuis des années, je cherche à connaitre les raisons et les conditions de départ de mon ancêtre avec sa famille, sans doute sept personnes.

    Comment et où chercher les renseignements sur cet évènement ? Merci de bien vouloir m’éclairer.
    Robert BURY

    Répondre à ce message

    • Bonsoir,
      Merci d’avoir bien voulu lire mon article et pour votre commentaire.
      S’agit-il de : Jean BURY, né en 1807 à Huningue, qui épouse à Village-Neuf en 1847, Thérèse HERTZOG (née en 1817) ?
      Ils sont partis en Algérie vers la date que vous indiquez, avec au moins 3 fils (nés à Village-Neuf, et qui se marieront tous à Détrie, commune de Sidi-Lhassen, Sidi bel Abbès, province d’Oran :

      • Jean, qui épouse Catherine BONI,
      • Simon, qui épouse Clémence Louise NERON,
      • Georges Etienne, qui épouse Madeleine GUTH,
        Un quatrième fils, Augustin, naîtra à Détrie, en 1862, et y décèdera en bas-âge.
        S’il s’agit de cette famille, connectez-vous sur Geneanet, et, sous identifiant « lepope », vous trouverez des renseignements les concernant.
        Pour vos recherches, vous trouverez aux Archives départementales du Haut-Rhin, à Colmar (à la Cité Administrative) beaucoup de documents concernant cette émigration, particulièrement dans la série III M.
        Je m’y rend souvent, et le personnel, vous verrez, y est sympathique.
        Vous pouvez aussi consulter un blog spécialisé à l’adresse suivante :
        http://emigrationalgerie.centerblog.net/

      Cordialement.
      Jean-Pierre BERNARD.

      Répondre à ce message

  • J’ai été très émue par votre dossier, dasn ma famille, j’ai deux branches qui sont parties en Algérie l’une de Meurthe et Moselle et l’autre de Savoie, comment dois-je procéder pour retrouver ces deocuments ? s.assier chez wanadoo.fr

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Merci pour avoir lu cet article et pour votre commentaire.
      Je pense que la première démarche à faire est de faire une visite aux Archives départementales de ces départements, et consulter les séries III M, émigration.
      Le site IREL du CAOM vous aidera ensuite pour les actes.
      N’oubliez pas non plus de faire parler les « anciens » de votre famille... ils en savent souvent assez pour vous aider et vous donner des pistes.
      Bonnes et fructueuses recherches.
      J.P.BERNARD.

      Répondre à ce message

  • Intéressant pour tous ceux dont les ancêtres ont émigré en Algérie, notamment vers 1872 les optants pour la nationalité française.
    Mon arrière-grand-père, garde forestier, est ainsi parti s’installer dans la région de Constantine. Comment et où pourrais-je retrouver les documents relatifs à cette « aventure » qui s’est terminée vers 1900 par son retour en métropole ?

    Répondre à ce message

  • Existe-il un site concernant la Charente pour le départ en Algérie
    j’ai une Famille Bonnenfant x Morel qui ont laissés
    leur fille chez une sœur. je le sais par le décès en 1892 à Alger, et par la fiche matricule de son frère qui y était aussi avant son mariage, mais je n’ai pas d’autre renseignement ; Merci pour votre travail josiane.lagarde3316 chez gmail.com

    Répondre à ce message

  • j’ai récupéré dans les papiers de mes grands-parents une lettre de candidature et une lettre du maire concernant mon ancêtre Eugène Compang, marchand de fer de Florac, Lozère, parti s’installer près d’Oran. Son jeune frère, clairon dans un régiment de zouaves, se trouvait déja sur place. Ils ont été dès l’origine au village de l’Hillil près de Relizane, Eugène en a été le maire, mais il est décédé prématurément d’un accident de chasse en 1867, et son frère Alphonse-Henri a pris la suite comme adjoint. Il était boulanger et propriétaire d’un moulin.
    Et concernant une autre branche de la famille, du Tarn, j’ai trouvé aux archives d’outremer à Aix, des fiches énumérant les membres de la famille et détaillant les ressources.

    Répondre à ce message

  • Dans le même ordre d’idée un arrière grand oncle lorrain à fait l’École Normale d’Alger et fait carrière en Algérie.Son frère l’a faite à Nancy.j’ai un cahier des années 1890 qui faisait la navette entre leurs deux classes.
    J’ai fait un article dans « La Nouvelle Revue Lorraine »No 20 de juin juillet 2013
    De Jeandelize-54- à Ain Madhi-Algérie
    Les élèves de deux hussards de la république
    Jean-Baptiste et Émile MOINE

    Répondre à ce message

  • Mes ancêtres sont partis du Haut Rhin vers l’Algérie en 1842, obtenant un lot de colonisation (# 50) la meme année. J’aimerai savoir pourquoi ils sont partis.
    Le dossier concernant Guillaume Howell vient du Bas Rhin. Existe-t-il une source d’information similaire dans le Haut Rhin pour les personnes désireuses d’émigrer ?
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le dossier de Guillaume Benjamin Howell pour son départ en Algérie en 1852 30 septembre 2016 07:53, par guillot Anne Marie

    Pour les secours de route vers le Maroc : dans le cas de ma famille, partie du Var vers 1915, un dossier de secours de route se trouve à Marseille. Pourquoi Marseille, alors qu’ils demeuraient dans le Var ? Je suppose que c’est parce qu’ils sont partis en bateau depuis Marseille. J’ai trouvé la cote de ce document dans Généanet. Le document ne contient pas grand chose : une date et le nombre de personnes. D’autres dossiers sont peut-être plus complets. Vous pouvez donc essayer d’interroger Généanet ou les archives du département du lieu de résidence ou du lieu du départ vers le Maroc.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    je suis très intéressée par votre travail. MA famille originaire de l’AUDE , est partie en Algerie , en passant par BARCELONE (Espagne) mais je ne connais pas la date ni la ville d’arrivée. J’ai contacté les archives de l’Aude , ils n’ont aucune demande de passeport . Quel genre de formulaires devaient ils remplir pour s’expatrier et où fallait il faire la demande.
    Est-ce que les CAOM d’Aix en Provence pourraient me renseigner ?
    Je vous remercie par avance pour votre réponse.
    Sinceres Salutations.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Quelle tristesse de constater que , suite au décès prématuré et totalement imprévu de Guillaume Benjamin HOWELL, la grande famille a du abandonner son projet.
    A-t’on des infos au sujet de l’état de santé de Guillaume au début de son projet ?.
    il est vrai que l’espérance de vie, à cette époque était réduite...

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Je suis une descendante de Guillaume Benjamin. S’il n’a pu partir, son fils George Guilhaume est parti avec sa femme Weininger Salomé et ses 4 enfants quelques temps plus tard pour créer une famille. Ils eurent un cinquième enfant a Birkadem. Cette famille quitta l’Algerie pour le sud de la France en 1962. Et j’avoue que c’est article ma beaucoup touché

      Répondre à ce message

  • Les miens sont partis. Même région. Niedershalfolsheim région de Hagueneau. Toute la famille également, sauf un petit dernier laissé à une parente.Ils ont beaucoup souffert. Une terre sans eau, ect... La mère est décédée peu après. Une triste histoire de l’histoire très mal connue.

    Répondre à ce message

  • 1852 les colons demandés en Algérie 1er octobre 2016 14:49, par GARCIA-POGONKINE Danièle

    Mes grands-parents maternel (PAPIS) et paternel (GARCIA), andalous, sont arrivés dans l’Oranais, je pense à cette époque-là. Mes parents nés à Sidi-Bel-Abbès et Aïn-Fékan (décédés). J’essaie de reconstituer leur venue en Algérie et
    ce qu’on leur proposait (culture, élevage, commerces) ?
    Ce que je sais c’est qu’il ne s’agissait pas de colons fortunés. J’ai retrouvé un Joseph Garcia, journalier. Etait-ce
    mon grand père mort à la guerre de 1914 ?
    Quelques conseils m’aideraient.
    Pour ma part, je suis née en 1939 à Boulogne-Billancourt, mes parents étant revenus d’Algérie.
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Bonjour mon père a fait son service militaire sur Paris et après il l’est parti en Algérie pour faire la guerre, il me ra-compter que des colons avais des ouvriers , il trait leurs ouvrier comme des chien il leurs jeté des galles il me disais que un colon avais une orangeraie un militaire avais cassé une branche en passent avec sont camion le militaire a était puni , les militaire était pour les défendres mon père disais qu’il avais des mauvais colon , mon père a sauter sur une mine avec sont camion deux survivants sur 21 militaire . merci

    Répondre à ce message

  • Je suis à la recherche de la famille GROSS Jean né le 9 mai 1833 à Wittring (Moselle) partie pour l’Algerie entre 1884 et 1891 marié à MULLER Catherine. Jean Gross est décédé en Algérie en 1891.
    Merci d’avance

    Répondre à ce message

  • Quoique ... 🙂

    En regardant la base de GAMT, on trouve la trace du décès en 1907 à Sétif d’un :

    Antoine HOWEL, fils de Georges et Salomé WEININGER
    qu’il suffit ensuite d’aller chercher sur :
    http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/caomec2/pix2web.php?territoire=ALGERIE®istre=39046

    Le départ avec un saut d’une génération !

    Cordialement,
    Marie-Luce

    Répondre à ce message

  • Et les Pfeiffer ? 4 octobre 2016 23:14, par Gérard Delafond

    Félicitations pour cette belle recherche.

    Pourriez-vous me donner des pistes pour le départ en Algérie des frères Pfeiffer (Eugène, Charles Chrétien et Léon) de Woerth ou d’Haguenau après la guerre de 1870 ?

    Leur père Henry est mort en 1873 à Haguenau. Le décès de leur mère Caroline Manni est inconnu (sans doute après 1900).

    Peut-on faire ces recherches à distance ?

    Merci d’avance

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2021 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP