www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Ces Français d’ailleurs » Une clôture en pagaille, et les bêtes passent avec désinvolture (...)

Une clôture en pagaille, et les bêtes passent avec désinvolture !

En Acadie, en 1735, comment se réglaient les querelles de voisinage ?


jeudi 24 février 2011, par Michèle Champagne

Répondre à cet article

Sur les traces de ses ancêtres, qui n’a pas découvert une querelle familiale, un litige ou un procès, au détour des archives ou des papiers de famille ? Le compte-rendu d’une délibération entre un ancêtre et ses voisins nous renseigne sur les coutumes de l’époque et surtout, sur le caractère de ce lointain membre de la parentèle dont le généalogiste est à l’affût. Tel est l’exercice auquel je me suis livré en parcourant les minutes d’un procès prononcé le 21 février 1735 opposant mon ancêtre, Charles Orillon dit Champagne et sa famille alliée, les Bastarache, à Jacques Goupil concernant une clôture mal entretenue. De quoi inspirer une pièce de théâtre. Le texte ci-dessous est une synthèse d’un procès relaté dans les archives de Nouvelle Écosse.

Une clôture, tel un épouvantail

Imaginez un champ, en bordure d’une rivière, situé à vingt-cinq kilomètres à l’est d’Annapolis Royal. Rien aux alentours, que de l’herbe, des portions de terre cultivées. Rien, sauf une clôture battue aux quatre vents, comme un épouvantail, plus ou moins debout.

JPEG - 37.5 ko
Annapolis Royal
Champs, marais...

Cette barrière ceinture un enclos où les bêtes broutent en paix sans se soucier d’un homme qui revient régulièrement, mécontent de constater que ses récoltes sont encore piétinées par les bêtes de ses voisins. Cet homme se nomme Jacques Goupil. Il a bien invectivé les fautifs, Jean Baptiste Richard, Charles Orillon dit Champagne et son beau-père Johannis Bastarache, Le Prince et Dupuis, du piètre état de leur clôture, mais sans résultat. Le comble : les bovins de Bastarache se sont régalés du blé de Goupil, l’été dernier. Il ne reste plus rien de la récolte ! N’en pouvant plus, Jacques Goupil se plaint devant les autorités de la garnison d’Annapolis Royal. Rendez-vous est fixé le 23 février 1735, à trois heures de l’après-midi, à Annapolis-Royal.

Affaire banale direz-vous ! Si ce n’est qu’elle se complique par un antécédent au sujet de cette même clôture opposant toujours Jacques Goupil à Pierre Dupuis et à Jean Le Prince de la partie de la clôture dont ils sont responsables. Une décision a été rendue en janvier 1723 par le député acadien de l’époque, Bernard Gaudet sommant Dupuis et Le Prince de procéder aux réparations. Douze ans plus tard, l’épouvantail refait surface, la clôture résiste, brinquebalante. Pire, les bêtes de Bastarache et d’Orillon « passent avec désinvolture » ravager les champs de Goupil. Bernard Gaudet, qui est intervenu dans la précédente affaire, assiste au litige et affirme que cette clôture n’est toujours pas réparée ! Pour gagner la confiance de l’audience, Gaudet précise qu’il n’a aucun intérêt dans cette histoire n’étant pas propriétaire de l’enclos, encore moins de l’enceinte.

Chacun son bout

Charles Orillon affirme que la partie de la barrière relevant de sa responsabilité est en bon état. Or, une visite des lieux a permis de constater que la portion qui incombe à Orillon comporte un trou suffisamment grand pour faire passer les bêtes. Sans être dérouté, Orillon admet l’existence de cette fente, qu’il a du faire en raison du mauvais état du sentier. Qui plus est, les bêtes ne sont passées qu’une seule fois. Or, les multiples traces du bétail laissent supposer que le bétail a traversé l’enclos par cette ouverture à plusieurs reprises.

Orillon et Bastarache reviennent à la charge. La sentence de 1723, bien sûr, ils s’en souviennent. Ils ont même réparé la part qui leur incombait mais la clôture était dans un tel état, qu’ils ne pouvaient rien faire de plus. Dupuis et Le Prince reconnaissent leur négligence.

Une autre personne est incriminée : Jean-Baptiste Richard. Ce dernier allègue qu’il a bien envoyé un homme au printemps dernier réparer la portion de la clôture qui le concerne. Aussitôt, Gaudet rectifie en affirmant que cette restauration n’avait pas été faite. Et de plus, si un tel rafistolage avait été effectué, il ne répondait pas à la demande du plaignant qui est de réparer, dans sa totalité, ladite clôture.

Mais alors, si l’intégralité de la clôture est en piteux état, pourquoi n’avoir condamné en 1723 que Dupuis et Le Prince ? Gaudet répond qu’à l’époque le bétail entrait par le fleuve et non par la clôture. Un témoin, d’origine bretonne, assiste à la présente assemblée. Habitant en face de l’enclos, il déclare avoir vu le bétail de Bastarache pénétrer dans l’enclos par la rivière et non par la clôture. Alors, à qui la faute ? À toutes les parties prenantes de ladite clôture ou uniquement à la partie concernée par l’ouverture ? Ou encore aux prédécesseurs incriminés ? Bernard Gaudet soutient que les dommages causés à Goupil relèvent de la négligence de Jean Le Prince, Pierre Dupuis et Baptiste Richard qui n’ont pas exécuté la précédente demande. Gaudet demande que la déclaration du breton soit prise en compte.

Le Conseil, après délibération, rend sa décision : Le Prince, Dupuis et Richard devront verser à Jacques Goupil un sac de blé et verser dix shillings à Bernard Gaudet. La séance terminée, l’un retourne à ses champs, l’autre s’occupe de ses bêtes, certains ruminent leur malchance. Un seul pense au son trébuchant des pièces de monnaie qu’il aura bientôt dans sa poche.

Source :
« The difference betwixt Jas Gouzile agst Bastarach & Orrillion about fences », 23 ffebruary 1735. Il faut lire : “The difference between Jas Gouzile, Bastarache and Orillon about fences”, 23 february 1735. Source : The Records of British Government at Annapolis Royal, 1713-1749
http://www.gov.ns.ca/nsarm/virtual/heartland/archives.asp?Number=three&Page=332&Language=English

Notes : Le compte-rendu est disponible sur le site web cité ci-dessus. Rédigé en anglais, avec des expressions d’époque, et une graphie des patronymes laissant à désirer, la compréhension du texte est difficile. Le lecteur voudra bien excuser des omissions.

La traduction de certains patronymes du français à l’anglais était d’usage sous la domination anglaise. Ainsi, Goupil est transcrit en Gouzile, Dupuis en Depuis, Prince voulant aussi désigner Le Prince...

Voir en ligne : The Records of British Government at Annapolis Royal, 1713-1749

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

9 Messages

  • Une clôture en pagaille, et les bêtes passent avec désinvolture ! 26 février 2011 05:55, par CHERRIER Manuéla

    j’habite la Nlle Cadlédonie, dans le Pacifique SUD - Territoire Francaise depuis 1753 - mes grand parents sont arrivés en qualité de Colons Feillet ; les histoires qui sont racontées de famille en famille depuis cette date sont les memes que celles dont vous racontéz d’Acadie, ou j’ai du reste de la famille CHERRIER qui s’y ait installé et dont j’ai recu certains documents généalogiques,
    bravo pour vos commentaires et petites histoires,
    amicalement
    manuéla

    Répondre à ce message

    • Une clôture en pagaille, et les bêtes passent avec désinvolture ! 26 février 2011 07:48, par Poitiers-Québec

      Précisions : il n’y a pas que sur les territoires d’Outre-Mer qu’il y avait des litiges et autres, encore faudrait-il inventorier et transcrire les Archives de la
      Métropole (travaux en attente depuis un siècle), série U, archives judiciaires et autres ... (non transcrites actuellement pour la plupart) et les auteurs seraient moins étonnés des contenus.

      Répondre à ce message

  • Une clôture en pagaille, et les bêtes passent avec désinvolture ! 26 février 2011 07:45, par Poitiers-Québec

    Précisions : il n’y a pas que sur les territoires d’Outre-Mer qu’il y avait des litiges et autres, encore faudrait-il inventorier et transcrire les Archives de la
    Métropole (travaux en attente depuis un siècle), série U, archives judiciaires et autres ... (non transcrites actuellement pour la plupart) et les auteurs seraient moins étonnés des contenus.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Trés éloquent le sujet sur les clotures mais j’ai connu la même chose, pour des clotures de paturages (en région située entre Cambrésis et Avesnois), ou des éleveurs en sont venus aux mains et même des « sorties » de fusils ! et ce à mi-XXé siècle. Notamment une histoire ( 2 voisins de mes parents qui étaient également éleveurs, mais un peu plus pacifiste) ou deux éleveurs se sont battus physiquement et intentés mutuellement d’interminables procés qui faisaient la joie des avocats de chacun des belligérants ! Procés qui se sont terminés au décés (naturel) d’un des belligérant.
    Ah Zola et « La Terre » il doit bien se marrer là ou il est !! Tout cela est devenu plus calme depuis un certain temps mais de temps à autres, une histoire refait surface et c’est parti pour le tribunal mais pas pour longtemps car les avocats coutent chers désormais ! alors l’on fini par s’arranger à l’amiable avec la participation de médiateurs locaux ! Eternel recommencement !!

    Répondre à ce message

  • Bravo pour cette recherche. Deux interrogations me vienent : (en 1735 les installations françaises s’étendaient, de forts en forts de Terre-Neuve à la Nouvelle-Orléans, en passant par Québec, la vallée de l’Ohio, Des Moines, Saint-Louis, Baton-Rouge etc. ...) Pourquoi ce jugement est-il rédigé en anglais ? Pouvez-vous situer le lieu des faits ?

    Répondre à ce message

  • Bonjour, merci de ce bel article concernant la vie en Acadie de certains de nos fermiers poitevins, plus particulièrement ceux du Loudunais (Loudun et sa région) qui furent à l’origine du peuplement de l’Acadie au XVIIe siècle. Savez-vous qu’il existe un Musée du souvenir qui retrace cette histoire : « LA MAISON DE L’ACADIE » situé près de l’Eglide Notre Dame de La chaussée près de Loudun ?
    Lieu de mémoir et d’accueil des familles Acadiennes du monde entier, elle est ouverte l’été et sur rendez-vous.
    Téléphone O.T. Loudun : 05 49 98 15 96
    Michèle Touret : « micheletouret²free.fr »

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Pour ma part, j’ai trouvé dans les Archives Départementales de la Vienne une contestation pour une histoire de charrière
    1731 - 1733
    Affaire Gaudin/ Pitois Joseph
    le-dit Pitois étant un de mes ancêtres demeurant au Bressaudières à Bonnes. Je retrouve sa trace et celle de sa famille entre Bonnes, Chenevelles et Archigny !!! zone de la ligne Acadienne !!
    J’en ai retranscrit une partie... pas triste ..

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP