www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » René, infirmier d’ambulance pendant la Grande Guerre » René, infirmier d’ambulance pendant la Grande Guerre

René, infirmier d’ambulance pendant la Grande Guerre

4e épisode : deux mois avec les Américains (juillet-août 1917)


jeudi 26 octobre 2017, par Michel Guironnet , Pierrick Chuto

Répondre à cet article

  • Pour lire les articles précédents...
    Après un mois de février 1917 passé en manœuvres au camp d’Arches, René et ses camarades de l’ambulance 210 reprennent la route par voie de terre, avant de poser pour une « photo souvenir », riche d’enseignements. Un de vos ancêtres est peut être sur le cliché !

Quatre mois de périple, d’un bout à l’autre du front [1]

Après un mois de février 1917 passé en manœuvres au camp d’Arches, René et ses camarades de l’ambulance 210 reprennent la route par voie de terre. Les rares journées de repos sont appréciées après de longues marches à travers les départements des Vosges, de la Marne, de la Seine-et-Marne et de la Côte d’Or. Souvent transis de froid, les hommes arrivent épuisés aux étapes et, quand la pluie s’en mêle, comme le 15 avril dans l’Aisne, la 47e division éprouve des difficultés à avancer sur des routes défoncées par le dégel.

En mai, après une période de repos et d’instruction au sud de Condé-en-Brie (Aisne), les bataillons de Chasseurs alpins, accompagnés du Génie et du Service de Santé (Ambulances 209 et 210), se dirigent vers le front et occupent en juin un secteur vers Chevreux, non loin de Craonne, sur la route de Reims à Laon. L’artillerie ennemie pilonne le bastion et il n’est pas rare de voir un avion allemand survoler les tranchées. Lorsque, trop sûr de lui, le pilote descend bien bas, l’appareil tombe en flammes, touché par les mitrailleuses.

Les hommes profitent d’une semi-activité pour parler entre eux et se plaindre de cette guerre meurtrière, de ces ordres contradictoires, voire incohérents, et de ces déplacements constants qui épuisent les troupes. Le Poilu n’a plus confiance dans les états-majors qui, pour gagner quelques centaines de mètres, n’hésitent pas à lancer des offensives coûteuses en hommes. Régulièrement, des tracts de propagande pacifiste circulent sous le manteau, incitant le soldat à ne plus se battre. Ce dernier sait qu’en représailles, des mutins ont été fusillés pour l’exemple, et que, de plus, des rumeurs de négociations se répandent. Alors, pourquoi se faire tuer, pourquoi se sacrifier, si la paix est proche ?

On raconte aussi qu’à Paris on s’amuse, et que certains embusqués s’enrichissent à l’arrière pendant que les fantassins se font massacrer. Toujours prêt à réconforter ses compagnons, René leur rappelle les mesures prises récemment par le général Pétain, comme le rétablissement d’un tour régulier pour les permissions et le repos pour les hommes qui viennent de monter en ligne. Même s’il ordonne de faire des exemples chez les insoumis, le nouveau Commandant en Chef recommande aux officiers de ménager les troupes et de traiter le Poilu avec bienveillance.

Le moral revient chez les hommes de l’ambulance 210, et c’est avec plaisir qu’ils acceptent de poser pour le vaguemestre. La photo est ensuite imprimée sur un papier cartonné et adressée comme carte postale aux proches qui, dans l’angoisse, attendent quotidiennement des nouvelles de l’être cher. Chacun s’accoutre de son mieux, oublie ses peurs et ses tracas pour afficher son plus beau sourire devant l’objectif du photographe. Un chien perdu, devenu mascotte de l’ambulance, pose aussi tandis qu’un merle apprivoisé attend bien sagement sur les bras d’un infirmier que l’autre oiseau sorte de la boite !

Cette photographie est la seule conservée par la famille de René, soldat infirmier. Dame Anastasie oblige, elle ne contient aucune information sur l’endroit où elle a été prise. Mais Michel Guironnet a réussi à percer ce mystère.

Nous conseillons à qui voudrait en savoir plus sur ces mouvements de troupe entre février et juillet 1917 [2]de consulter le très pratique site interactif Cartographie 1914 - 1918 Le front ouest de la première guerre mondiale. Il pourra ainsi suivre en détail le parcours de la 47e division.

La carte postale livre ses secrets.

JPEG - 409.4 ko
C’est bien l’ambulance de René...mais où est ce ?
JPEG - 171.4 ko
René Chuto

Parmi ces militaires posant pour la postérité, René Chuto, les bras croisés sur la poitrine, se trouve au 4e rang, 2e à partir de la droite.
Ce ne sont, à priori, que des infirmiers : ils sont 30 alors que dans une ambulance, en théorie, ils devraient être 38, dont 2 sous-officiers et 4 caporaux.

La plupart portent le N° 11 sur leur col (en rouge sur fond bleu) C’est le numéro de leur S.I.M : Section d’Infirmiers Militaires. Ce sont des "infirmiers d’exploitation", auxiliaires employés à de nombreuses tâches logistiques (transport, nettoyage, alimentation, gardiennage) ou administratives (écritures).

Quelques autres ont sur leur col le caducée, insigne porté par les "infirmiers de visite". Après avoir suivi un stage et passé un examen, ils sont habilités à faire des pansements, quelques gestes de petite chirurgie et relever les prescriptions.

Un caporal est assis au 1er rang, le 2e à partir de la droite. Deux infirmiers portent leur plaque d’identité au poignet... mais, même en agrandissant la photo, il est impossible de les déchiffrer !

Ce n’est pas tout : un examen attentif de cette photo livre des détails instructifs ou insolites. Sur la gauche de la photo, une pancarte de bois fixée sur la porte mérite quelques explications :

JPEG - 182.1 ko
Bureau des entrées. Triage
Sur le col de cet infirmier,bien en évidence, le numéro 11

Ambulance de triage et bureau des entrées

« Un médecin s’installe en permanence à l’entrée de l’ambulance et établit une première sélection parmi les blessés. Il les divise en trois catégories : petits blessés ; moyens blessés ; blessés graves.
Ce triage n’a pas l’apparence scientifique, mais il est suffisant : les petits blessés comprennent tous ceux qui peuvent marcher sans souffrance, dont les plaies, très superficielles, ont peu saigné. Parmi les moyens blessés, nous rangeons les hommes atteints de blessures des parties molles (plaies en séton, larges éraflures, etc.), blessés incapables de marcher sans peine, éprouvés par leur traumatisme mais n’ayant aucune fracture des os longs des membres et n’ayant pas eu d’hémorragie sérieuse. Les blessés graves comprennent la plupart de ceux qui sont couchés sur brancards (crâne, thorax, abdomen, fractures, etc.). »
 [3].

Au « bureau des entrées » sont inscrits les blessés d’après la fiche que le médecin du poste de secours a attaché à un bouton de leur capote, fiche remplie grâce à la plaque d’identité qu’ils portent au poignet. C’est là aussi que le médecin-chef signe les évacuations et que les secrétaires rédigent les diverses formalités administratives.

JPEG - 172.3 ko
L’homme aux insignes
JPEG - 358.7 ko
L’homme au brassard et l’homme aux chevrons
En haut, l’homme au brassard : le seul soldat du groupe qui porte un brassard et respecte ainsi les consignes du "terrible" Docteur Hassler ! Voir l’épisode 3. En bas, l’homme aux chevrons : cousus sur sa manche gauche, ceux-ci indiquent son temps de présence dans la zone des armées. Le premier égale une année entière et chaque chevron supplémentaire correspond à une période de six mois. On en distingue 5, donc = 3 ans. Ce qui correspond bien à 1917.
JPEG - 380 ko
L’homme au chien et l’homme au merle noir

Grâce à de patientes investigations, un peu tout azimut, notamment sur un site bien connu de cartes postales [4] ; Michel déniche "la sœur jumelle" de cette carte. Hormis quelques différences, elle est identique à la première.

JPEG - 133.2 ko
Le jeu des trois erreurs
Nous n’avons trouvé que 3 différences entre les deux cartes. Et vous ?

Cette trouvaille n’indique pourtant pas la localisation de l’ambulance 210 ! Mais la découverte d’une autre carte postale ne laisse plus de doute sur la commune où a été pris le cliché. Cela confirme les indications données par le J.M.O du Service de Santé de la 47e division.

JPEG - 194 ko
Reffroy (Meuse) Ambulance militaire
On reconnaît à droite de l’image le bâtiment devant lequel les soldats ont posé.

Deux mois d’instruction avec les Américains [5]

JPEG - 213.9 ko
Les Chasseurs alpins devant la mairie
Au fronton de la mairie de Reffroy, remarquez les drapeaux américains

René garde précieusement cette carte afin de la remettre à ses parents lors d’une permission qu’il espère prochaine. Pour le moment, le personnel de l’ambulance 210 a fort à faire après l’arrivée des Américains le 13 juillet à Gondrecourt (Meuse).
En effet, las de voir nombre de ses navires coulés par les Allemands, le président Wilson, idéaliste et pacifiste, a été contraint de s’engager dans le conflit. C’est ainsi que le 17 juillet, la 1re division américaine se retrouve au complet (sauf l’artillerie) au camp de Gondrecourt, afin se suivre les instructions données par la 47e Division française.

Très vite, les quelque huit mille hommes du général Sibert bouleversent les paysages et la vie quotidienne des habitants de la région. Ils implantent deux aérodromes à Amanty et Delouze, une usine de fabrication de voies ferrées à Abainville et deux hôpitaux de campagne à Mauvages et Gondrecourt. Ce dernier, baptisé Camp hospital n°1, peut accueillir jusqu’à trois cents malades. Dans le même temps, des baraques sont construites pour recevoir l’infirmerie du 54e BCA (chasseurs alpins) et les ambulances 209 et 210 à Reffroy. Le personnel sanitaire de celles-ci est fort impressionné, lors de la visite du colonel Bailey K. Ashford, chef du service de santé. Médecin réputé, il est connu pour ses travaux en chirurgie et en maladies tropicales.
Le 19 août aux aurores, c’est le branle-bas de combat à Reffroy. Que l’on se rassure, l’ennemi n’attaque pas par surprise l’ambulance 210 ! Après une inspection en règle (aucun bouton ne doit manquer sur les tenues), les hommes montent dans les camions qui les conduisent à l’ouest de Delouze. Là sur le plateau, sous un soleil éclatant, la 47e division au grand complet est passée en revue par le général Pershing, commandant le corps expéditionnaire de l’armée américaine, le général Pétain et Paul Painlevé, ministre de la Guerre.

Le général français de Pouydraguin peut être fier de ses hommes, stimulés par le dynamisme de leurs nouveaux frères d’armes. Les Yankees, qui manifestent un enthousiasme et un évident désir d’apprendre, font preuve de la plus franche cordialité envers les descendants de La Fayette. Ils disent avoir hâte d’aller au combat derrière leurs étendards aux quarante-huit étoiles, encore neuves de gloire.

Auparavant, ils doivent s’habituer au port des masques à gaz dans trois tranchées couvertes. On ne signale pas d’incidents après leur passage en atmosphère nocive (bromure de benzyle ) [6]. C’est heureux, car les infirmiers de l’ambulance 210 sont accaparés par tous les malades qui se présentent. Déjà affaiblis par un mauvais état général, ils souffrent, entre autres, de bronchites, syphilis, gastralgies et sciatiques. Des cas de gale sont même signalés.

Malgré le travail intensif, René et ses camarades se plaisent à Reffroy qu’il leur faut pourtant quitter début septembre, le service de santé de la 18e Division prenant le relais.

JPEG - 124.4 ko
A Reffroy avec les Américains
Attention, Prolongation jusqu’au mardi 7 novembre pour souscrire au livre de Pierrick Chuto, Auguste, un blanc contre les diables rouges. Cléricaux contre laïcs en Cornouaille (1906-1924).

Le bulletin de souscription du livre de Pierrick Chuto "Auguste, un blanc contre les diables rouges", cléricaux contre laïcs en Cornouaille (1906-1924) se trouve sur le site : http://www.chuto.fr/

Vous pourrez y lire la préface de Thierry Sabot et l’introduction.

Pour lire la suite : 5e épisode « Les Chasseurs au secours de l’Italie »

Notes

[1Le parcours de la 47e division d’infanterie est rédigé grâce à la notice consacrée à cette division sur l’excellent, et très pratique, site "Parcours de Guerre des Régiments Français", grâce aussi au JMO de la 47e DI - 26 N 356/3 ainsi que les "historiques" des Bataillons de Chasseurs alpins.

[2La 47e division d’infanterie ; dont fait partie l’ambulance 210 ; se porte "dans la zone occupée par le 34e Corps d’Armée pour y relever la 66e division".

  • A partir du 27 février, "par voie de terre", elle passe par Plombières-les-Bains, Luxeuil, Champagney. Le 2 mars, son QG est à Giromagny ; le 4 mars à Rougemont-le-Château.
  • A partir du 25 mars : les troupes sont au repos à l’ouest de Belfort. Elles partent ensuite à l’ouest de Montmirail, aux portes de Meaux.
  • L’ambulance 210 embarque dans le train N° 38 en gare de Lure le 30 mars à 15 heures. Le départ est fixé à 19 h 05. Elle débarque le lendemain à 18 h 20 à La Ferté Gaucher. Elle cantonne le soir même à Saint Barthélemy et le lendemain à Verdelot.
  • Le 12 avril, les deux ambulances de la division ; la 209 et la 210 ; sont à Trugny. Le QG de la division est à Epieds.
  • Le 15 avril, "la marche est rendue très dure par la pluie et l’état des routes"
  • Du 15 au 18 avril : mouvement vers Vezilly ; puis rassemblement près de Fismes. Les troupes sont maintenues sur l’Ardre, prêtes à intervenir dans l’offensive ; mais en définitive ne sont pas engagées.
  • A partir du 18 avril, la 47e division est vers Château-Thierry, à Beuvardes. Le 4 mai, l’ambulance 210 cantonne à Jaulgonne, puis, le 16 mai, elle est aux Crochots, au sud de Condé-en-Brie, pour une période de repos et d’instruction.
  • Du 1er juin au 4 juillet 1917 : les Bataillons de Chasseurs Alpins accompagnés du Génie et du Service de Santé se dirigent vers le front et occupent, durant un mois à peine, un secteur vers Chevreux, non loin de Craonne, sur la route de Reims à Laon

[3« Lyon chirurgical » (Société de chirurgie de Lyon) janvier 1916

[4Avec les mots "Ambulance 210" dans les moteurs de recherches

[5d’après les JMO 26 N 356/3, 26 N 357/7 et 357/8

[62 août : réception de matériel anti-gaz à destination de la 47e division (1500 masques M2) et de la division Américaine (16000 masques M2 complets avec étui métallique recouvert de drap).

3 août : reconnaissance dans la zone de stationnement américaine d’emplacements pour expériences en atmosphère nocive à pratiquer dans des tranchées couvertes.
Des talus herbeux à proximité permettent l’installation d’abris en sape pour les démonstrations de protection contre les gaz et les essais de ventilation d’abris.
8 août : reconnaissance avec le Capitaine Mugnier du Génie divisionnaire d’emplacements à Abainville, Demange et St Amand pour l’installation de tranchées couvertes destinées à des chambres d’épreuves pour les troupes Américaines.
Les travaux d’aménagement de tranchées couvertes commenceront le 9 août avec des équipes de brancardiers divisionnaires et de soldats Américains.
20 août : visite des chambres d’épreuve à gaz construites à Abainville, Demange et St Amand.

21 août : passage en atmosphère nocive de toutes les troupes américaines dans les 3 tranchées couvertes d’Abainville, Demange et St Amand. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • René Chuto porte beau, il a un port magnifique avec ses fines lunettes et son béret bien mis. Il détonne vraiment par rapport à ses congénères pour lesquels il devait faire un personnage un peu à part et néanmoins respectable. On s’en convainc à la lecture des belles lettres qu’il a adressées à sa famille.
    Bravo pour vos recherches très fouillées et mises en perspective, pour les photos aussi (dont celle des Chasseurs Alpins, un petit bijou en soi) et pour honorer la belle âme de votre devancier René Chuto, pour lequel on se prend de sympathie !

    Répondre à ce message

  • René, infirmier d’ambulance pendant la Grande Guerre 30 octobre 17:40, par Pierrick Chuto

    Merci pour votre message.
    Mon oncle était un brillant élément au petit séminaire, son père Auguste voulant qu’il soit prêtre.il était d’une gentillesse extrême comme son cadet (mon père), contrairement à leur père qui était si dur avec tout le monde.
    La vie n’a guère gâté René et je l’ai toujours connu malade (tuberculeux).
    pour les recherches militaires,il faut féliciter Michel Guironnet, co-auteur pour cette série d’articles.
    Il a accompli un travail de passionné.
    Bien cordialement
    Pierrick
    http://www.chuto.fr/

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP