www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE

A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE


jeudi 26 juillet 2018, par Micheline Pasquet

Répondre à cet article

Je fais appel pour m’aider à retrouver la trace de la fin du parcours de ma grand-mère (4e génération côté maternel) à la fin de sa vie. Ou est-elle décédée et inhumée ?

Je suis arrivée jusqu’en 1911 où elle figure dans le registre des recensements de Neuilly Plaisance, elle habitait avec sa fille Anna LAFARGUE épouse ANDRE, son gendre Emile François, et ses petits enfants dont une est ma grand-mère maternelle, au 26 avenue de la station Neuilly Plaisance seine et Oise.

Elle se nommait LAFARGUE Marguerite surnommée Heloïse née le 25 aout 1824 à PAILLET (33). Elle était passementière pendant longtemps rue de l’Orillon Paris XIe.

Jusqu’à l’année 1910, je n’ai plus ou moins aucune certitude ! Elle demeurait 53 rue Jenner Paris 13e (courrier justifiant cette adresse). Elle était veuve de Pierre Pujervie dont je n’ai pas de trace de son décès à Paris. Il était tonnelier à Belleville (Seine).

Pourquoi a-t-elle déménagée à Neuilly Plaisance chez sa fille ? les inondations ? ou la maladie ?

En 1913, je trouve la trace du décès de son gendre ANDRE Emile François décédé à l’hôpital Saint Antoine et domicilié à une adresse dans le 12e au 99 Boulevard Diderot. Je suppose que la fille de Marguerite, Anna, a suivi son époux, mais aucune trace de Marguerite puisque je n’ai pas le recours des recensements sur Paris. Est- elle encore en vie et a-t-elle suivie le couple ? Elle serait âgée de 89 ans.

Je retrouve la trace de sa fille Anna et son petit fils en 1921 à Neuilly Plaisance, à nouveau dans la même avenue qu’en 1911 : au 87 avenue de la station. Anna est concierge de l’immeuble.

J’ai consulté les archives de Seine Saint Denis à Bobigny, le registre des décès de Neuilly Plaisance, Neuilly sur marne et le Perreux sans résultat.

J’ai pris connaissance également par contact des archives de l’hôpital de Maison Blanche à Neuilly sur Marne qui en 1911 recevait les femmes âgées, malades ou en détresse psychologique. En fait, ce que l’on appelait « l’asile de vieillards ». Aucune trace. Et bien entendu à Paillet en gironde son village natal.

Je ne sais plus ou chercher. Mes recherches ont débuté il y a de nombreuses années mais là je suis bloquée et ça me trotte dans la tête continuellement...

Merci d’avance pour l’aide et les conseils que vous pourrez m’apporter.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

103 Messages

  • Sa fille est elle fille unique ???ou y a t il d’autres enfants ???Elle pourrait être dcd cz un autre enfant...
    Je suis aussi comme vous à la recherche d’un acte de décès, a part que je sais ou elle est enterrée pour mon AAgrand mère.Je me demande même si son mari a déclaré son dc

    Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 27 juillet 07:51, par LeducNicole

    Bonjour.
    Vous dites" Est elle encore en vie"...elle aurait 89 ans
    Depuis 1936 les femmes ont le droit de vote..
    Dans un premier temps,
    Pourquoi ne pas chercher dans les listes électorales.
    Bonne recherche
    Nicole

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,
    Pas de retraite
    Pas de pension de réversion avant 1911.
    La seule solution, le regroupement familial...
    Oui, cherchez si elle avait d’autres enfants.
    Et même des petits-enfants... neveux, nièces...
    Et puis les communes autour de Neuilly-Plaisance qui comptaient un « hôpital », un « hospice ».
    Néanmoins si elle est décédée ailleurs, la transcription de son décès doit figurer dans la commune de son dernier domicile. Souvent des années plus tard, à chercher dans les tables.
    Elle a pu vivre plus longtemps...
    Et ensuite la guerre...
    Bonnes recherches

    Répondre à ce message

  • Avez-vous consulté SYSTEMATIQUEMENT les tables des décès des 20 arrondissements parisiens à partir de 1911 ?
    Parfois il faut être besogneux pour trouver un acte

    Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 27 juillet 08:08, par Marie-Hélène BLONDE

    Bonjour

    Avez-vous cherché dans les tables de successions et absences de Paris et de Seine Saint Denis ?

    Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 27 juillet 09:36, par VUILLEMIN

    Bonjour

    Vu sur le journal de ’LA DERNIERE HEURE’ en date du 7 octobre 1918 :

    « Nous avons le regret d’apprendre la mort de Mme Marguerite LAFARGUE decedée subitement à Viry Chatillon (Essonne).Les obseques auront lieu demain à 11h00 precises, à la chapelle du
    Pére Lachaise. Le present avis tiendra lieu d’invitation ».( seuls renseignements)

    Avez vous verifié ce deces ? Peut etre elle ?

    Cordialement

    HV

    Répondre à ce message

    • Belle découverte....

      Néanmoins les faire-parts des femmes étaient souvent libellés ainsi (et, pour ce cas-ci, cela pourrait être) :

      Madame veuve .....( prénom du mari) PUVERGIE
      née Marguerite LAFARGUE

      Et Viry-Châtillon est au sud de Paris
      Neuilly-Plaisance à l’Est

      Répondre à ce message

      • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 27 juillet 11:33, par VUILLEMIN

        Ce qui m’interpelle , ce sont les obseques à la chapelle du Pére Lachaise ! Le cimetiere du Pére Lachaise se trouve à Paris ,il me semble .

        Mort subite peut egalement se preter pour une personne agée !

        Il me parait opportun de verifier cet acte de deces.....

        Cordialement

        HV

        Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 27 juillet 09:55, par Marlie Toussaint

    Bonjour, Avez-vous demandé une copie intégrale de son acte de naissance où pourrait figurer son décès en marge ? et de l’acte de mariage idem pour son mari
    Bien qu’il puisse s’agir d’un homonyme, j’ai trouvé un avis de décès en 1918 à Viry Châtillon d’une Marguerite Lafargue https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7601458r/f2.item.r=LAFARGUE
    Difficile, en cette époque troublée de retrouver les traces de nos aïeux, je suis dans le même cas pour mon AGP.
    Bon courage
    Marlie

    Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 27 juillet 10:14, par Colette Boulard

    Bonjour,
    une piste parmi d’autres : une de mes aïeules, âgée, handicapée et perdant la tête au point de ne plus pouvoir continuer à loger chez ses enfants, dût être placée par eux « à l’asile » avant la guerre de 1939-1945, ce qui leur fut un crêve-coeur, tant pour l’idée même de placement que parce qu’ils ne pouvaient aller la voir souvent. Il y avait alors bien moins d’établissements que maintenant, moins de possibilités dans les choix de placement, et pas de retraites ni d’aides financières.
    Cette personne entra et finit ainsi ses jours à l’hospice interdépartemental Fitz-James de Clermont de l’Oise, actuel C.H.I. de Clermont (il semble avoir récemment changé de nom). Cet établissement recevait des personnes venant de la Seine, de la Seine et Oise et de la Seine et Marne. Voici le lien, sachant qu’il y existait il y a quelques années une amicale de généalogistes :
    http://www.chi-clermont.fr/site_2015/histoire.html
    (leur adresse figure en bas de la page internet)

    Bonne chance à vous,

    Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 27 juillet 10:23, par sophie PICHARD

    Bonjour,
    Je viens de trouver ceci :


     : Le 25/04/1844 à Paillet (33) X de Pierre PUJERVIE surnommée Hippolyte hab Lestiac (33) ° à Paillet le 24/01/1821 tonnelier fs de Pierre propriétaire tonnelier et de Marie NERAC et Marguerite LAFARGUE surnommée Héloïse ° à Paillet le 25/08/1824 fa de Jean marin et de Marguerite BONNEAU

    2014/144 SEDIEY
    Réponse : Le 25/02/1922 à Bordeaux (33) † de SEDIEY Thomas Arnaud ° à Biarritz le 04/10/1849

    Répondre à ce message

  • Bonjour Madame,
    Une petite recherche m’a permis de trouver l’acte de décès de Pierre Hippolyte Pujervie.
    Il est décédé le 23 mars 1860, à La Chapelle-en-Serval dans l’Oise et il est dit "époux de Marie Héloise Lafargue.
    Je n’ai pas trouvé le décès de son épouse.
    Bonne continuation dans vos recherches.
    Lydia

    Répondre à ce message

  • La Ville Blanche est un établissement de VILLE EVRARD, mais il semble qu’en 1900 un 2e « asile » fut ouvert.... Avez-vous fait des recherches sur le SECOND ? (voir Wikipédia). Bon courage

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 29 juillet 14:38, par Frédéric HIERNAUX

      Bonjour,

      Peut-être un complément pour une piste sur Ville-Evrard trouvée sur le site du Plateau d’Avron.
      « En 1914-1918, l’asile et la maison de santé évacués, Ville-Evrard devient l’hôpital militaire, d’abord pour les blessés, puis pour les choqués, les malades « de la tête ». Ville Evrard fait aussi office de cantonnement pour les troupes en transit. »
      Mais où les patients ont-ils été évacués ?

      Cordialement.

      Répondre à ce message

  • On en est à 3 prénoms pour cette personne :
    Marguerite
    Héloïse
    Marie

    Comme on sait que les actes de décès sont les moins fiables, ne pas se fermer des portes en consultant les tables...
    Cherchons avec au moins un des 3 prénoms...

    Répondre à ce message

  • A la vue de cet acte de décès (page 315, acte n° 7 pour les curieux), il semble bien qu’il ne soit pas en déplacement professionnel car noté « domicilié en cette commune »

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    En allant sur le site « mairie de Viry Chatillon » vous pouvez avoir l’acte de décès en ligne et immédiatement (compte tenu des heures ouvrables de la mairie), vous verrez ainsi si c’est bien votre Marguerite LAFARGUE. A défaut demander l’acte par le site « Fil d’Ariane ».

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    J’ai retrouvé la trace de son petit fils Emile Louis André dans les archives militaires de Paris.
    Matricule 4381 année de recrutement 1906.
    3e bureau.
    Malheureusement ses adresses sont toujours à Neuilly Plaisance jusqu’en 1935 ou 1938 ( illisible ). Sauf en 1906 où il habitait 17 rue d’Odessa à Paris 14e.
    On aurait pu trouver une piste mais malheureusement, on reste toujours sur Neuilly Plaisance.

    Bon courage dans vos recherches.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Il y a presque 100 ans !

    Lafargue Marguerite - † 07/10/1918 page 02/02 colonne 06 dans « Le Journal »
    https-/gallica.bnf.fr/ark-/12148/bpt6k7601458r/f2.item.r=%22Marguerite%20LAFARGUE%22.zoom

    "Nous avons le regret d’apprendre la mort de Mme Marguerite Lafargue, décédée subitement à Vitry-Châtillon. Les obsèques auront lieu demain à 11 heures précises, à la chapelle du Père-Lachaise.
    Le présent avis tiendra lieu d’invitation."

    À voir, peut-être, au cimetière de l’Est dit du Père-Lachaise.

    Belle fin de semaine
    28/07/2018

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 28 juillet 11:26, par micheline Pasquet

      MERCI je vais essayer d’approfondir votre information mais je doute un peu car Marguerite n’était pas une personne importante pour que l’on fasse passer le décès dans un journal, mais sait on jamais ???
      Cordialement
      Micheline

      Répondre à ce message

      • Bonjour Micheline
        Quand Marguerite est veuve en 1860, elle n’a que 36 ans ; elle aurait pu se remarier ....
        Etes-vous sûre que sa fille Anna soit de Pierre Pujervie ?
        Car si elle est née 2 à 5 ans après sa soeur Marie née en 1846,disons en 1850, elle a déjà 36 ans quand son fils Emile Louis André nait en 1886 ( vu son année de recrutement à l’armée en 1906).
        C’est rare à cette époque que les femmes attendent un premier enfant à 36 ans... soit elle en a eu plusieurs avant, soit elle est née bien plus tard ...
        Cordialement
        Josiane

        Répondre à ce message

        • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 28 juillet 17:15, par micheline Pasquet

          En réponse a votre message :
          Effectivement ANNA est déclarée enfant naturelle LAFARGUE à la mairie du 11e j’ai l’acte de naisssance .
          Emile louis ANDRE né le 16 avril 1886 est le fils d’ANNA épouse ANDRE
          Ce que je cherche c’est le lieu de décès de Marguerite LAFARGUE le reste de la famille j’ai déjà beaucoup travaillé et possède de nombreux actes et dates mais Marguerite LAFARGUE plus rien après 1911
          Merci quand même de votre intérêt Micheline

          Répondre à ce message

      • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 28 juillet 14:39, par némésis

        Avez-vous pensé à l’hospice de CHARENTON ? Bonnes recherches

        Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 28 juillet 18:44, par jean claude de Cay

    Sur Hérédis il ya un Tonnelier Pierre Pujervie dans l’arbre de Philippe Marie Antoine Max DURUP de BALEINE.
    Vous pourriez entrer en contact avec l’auteur de l’arbre ?

    Répondre à ce message

  • Juste une question comme ça :
    Sa fille Anna et son gendre n’étaient-ils pas divorcés ou séparés ?

    Il existe des acte de décès où le défunt est encore porté" époux de ..." et pourtant ce n’est plus vrai... surtout pour un décès à l’hôpital. Il existe par ailleurs des archives hospitalières...

    Ce qui me fait penser à cela ce sont les 2 mêmes adresses à Neuilly-Plaisance à des années d’écart sans trace d’un passage Boulevard Diderot dans le 12e pour Anna ( et sa mère).

    En résumé :

    • « en 1911 où elle (Marguerite) figure dans le registre des recensements de Neuilly-Plaisance » donc elle habite avec sa fille (54 ans environ) et son gendre à cet endroit
    • En mars 1913, décès de son gendre ANDRE Emile François décédé à l’hôpital Saint Antoine et domicilié au 99 Boulevard Diderot, Paris 12e
    • en 1921 à Neuilly Plaisance, à nouveau dans la même avenue qu’en 1911 : au 87 avenue de la station. Anna est concierge de l’immeuble. Mais Marguerite, qui aurait été très âgées n’y est plus recensée.

    Votre famille a-t-elle d’autres liens à Neuilly-Plaisance pour que Anna y retourne vivre après son veuvage ?
    Y était-elle déjà et aussi concierge en 1911 ? Quel était son métier ?
    Une autre question importante : quand Anna est-elle décédée et où est-elle enterrée ?
    Et son époux Emile François André ?
    Peut-être avec sa mère Marguerite ?

    Il faudrait consulter alors les registres du cimetière, qui indiquent toutes les personnes qui y ont été enterrées même si la tombe a été relevée.
    On obtient ainsi la dernière adresse des défunts !

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 30 juillet 10:55, par martine hautot

      Bonjour ,sans être divorcés ou séparés officiellement ,ils pouvaient bien avoir deux domiciles distincts surtout si Anna avait déjà un poste de concierge. L’avenue de la station à Neuilly Plaisance posséde de belles demeures bourgeoises (Au moment de son mariage en 1884 ,Anna était passementière comme sa mère et habitait avec elle à Paris, son mari était employé ) On devrait trouver des renseignements sur la ou les professions du couple sur le recensement de 1911 à Neuilly Plaisance .Quand le mari d’ Anna meurt en 1913 à Paris ,il est commis d’ architecte .Peut-être l’adresse du boulevard Diderot est-elle celle du cabinet ?
      J’aurais tendance à penser que Marguerite est restée avec sa fille à Neuilly Plaisance ,peut-être son décès enregistré sous son nom de femme mariée .
      Affaire à suivre ,
      Martine

      Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 30 juillet 11:07, par martine hautot

      En complément , selon un arbre sur geneanet .Anna est décédée à Paris en 1948 et enterrée au cimetière de Thiais,cimetière parisien hors les murs créé en 1929 ,trop tard pour Marguerite !
      Martine

      Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 30 juillet 11:17, par micheline Pasquet

      Non il n’étaient pas divorcés j’ai la preuve du contraire.

      Merci à toutes et tous pour les informations
      Micheline

      Répondre à ce message

  • Si elle était toujours en vie en 1914 et placée à Maison-Blanche de Ville-Evrard, lisez ceci :

    "En 1914, les patientes ont dû être évacuées et Maison Blanche fut transformé en hôpital militaire pour 4 ans."

    Répondre à ce message

  • Autre renseignement « historique » sur cet établissement hospitalier :
    « Un établissement qui fut doublé d’une annexe en 1900 au lieudit Maison-Blanche, un bourg qui, à l’instar de Ville-Évrard, fut rattaché à la commune de Neuilly-sur-Marne (Seine-et-Oise à l’époque). »

    Avez-vous cherché dans cette commune ?

    Répondre à ce message

    • il y a peut etre des non-dits dans la famille en effet
      marguerite Lafargue est nee le 25 aout 1824 à paillet 33
      elle epouse pierre pujervie tonnelier ne le 24 janvier 1821 a paillet le 5 avril 1846 a paillet
      son premier enfant marie est née le 19 juillet 1846 a paillet soit 3 mois apres le mariage
      cet enfant a épousé jean jacques sollier ne en 1846 a paris
      elle est decedée a paris 2 eme le i novembre 1908 a paris 10 eme
      marguerite a eu une deuxieme fille anne née le 1 juillet 1851 a lestiac 33
      lestiac et paillet sont deux communes limitrophes
      cette anne a epousé le 31 mars 1877 a paris 2 eme jean francois chesneau dentiste né a paris 1 er le 26 novembre 1850
      il semble qu’elle soit decedée le jour du mariage (non verifié)
      ^pierre pujervie decede a la chapelle enserval(60)le 23 mars 1860
      marguerite Lafargue veuve donne naissance a anna lafargue née le 21 mai 1865 a paris 10 eme elle seule la reconnaît et elle avait 41 ans
      anna a époiuséemile francois andre né a paris 8 eme le 26 septembre 1858
      il est decédé a paris 12 eme le 27 mars 1913
      a cette date ces deux premieres filles etaient décédés
      elle ne pouvait que vivre avec sa fille veuve
      cela ne donne pas son lieu de décès

      Répondre à ce message

      • Bonsoir Meuly
        Alors çà ! c’est net et précis !!!
        Je ne sais pas comment vous avez trouvé la date de naissance d’Anna, bravo.
        Je pense qu’il y a de grandes chances pour que Marguerite ait habité chez sa fille jusqu’au bout.
        Dans ce cas il pourrait y avoir une erreur de nom dans les relevés qui pourraient compliquer la tâche.J’ai vu dans un acte un « G » se transformer en « P » !
        Malheureusement les actes numérisés s’arrêtent à 1902 à Neuilly Plaisance.
        Ou alors, vu l’âge de Marguerite, 87 ans en 1911, elle peut être décédée au moment de la 1re guerre mondiale .
        Sur le site de Neuilly-Plaisance, il est dit que « 300 de ses enfants sont morts pour la France » mais rien sur d’éventuels bombardements et morts civils .
        Elle aurait pu aussi être dans un asile pour personnes agées, mais lequel ? , et transférée vers un autre pendant la guerre , mais lequel ?
        Bonne chance
        JBE

        Répondre à ce message

      • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 30 juillet 11:13, par micheline Pasquet

        Bonjour,

        Je crois que vous avez donné des renseignements que j’avais mis sur mon arbre y compris les erreurs corrigées depuis.
        Cordialement
        Micheline

        Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 30 juillet 11:30, par martine hautot

    Bonjour,

    une fille d’ Emile André et d’ Anna Lafargue ,Louise s’est mariée à Neuilly Plaisance ,le 25 Mai 1912 ,avec Henri Bordier qui mourra à la guerre .La famille était donc sans doute toujours domiciliée à Neuilly Plaisance .A vérifier : sur l’acte, la ou les adresses des parents doivent être indiquées .
    Bon courage ,
    Martine

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 30 juillet 13:37, par micheline Pasquet

      Bonjour,

      Anna était mon arrière grand mère et Louise ma grand mère maternelle.
      J’ai tous les actes mais rien qui me donne une piste de la date du décès d’Anna . J’ai fait toutes les recherches à Neuilly Plaisance et aux archives de Bobigny.
      Merci
      Micheline

      Répondre à ce message

      • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 30 juillet 14:28, par martine hautot

        Bonjour, sur l’acte de mariage de Louise ,vous devez avoir l’adresse de ses parents et leurs professions,le domicile était-il le même que lors du recensement de 1911 , est-il question quelque part du 99 boulevard Diderot(peut-être un des cafés qui louait des chambres nombreux sur le boulevard et Emile André ,affaibli par la maladie en aurait loué une pour s’éviter des déplacements ? ).

        S’il y a un contrat de mariage ,la piste du notaire pourrait être intéressante. les photos de groupe du mariage ,s’il en existe ?
        Pour les registres du cimetière de Neuilly Plaisance avez-vous pensé à regarder aux différents noms :Lafargue, Pujervie et André

        Autre piste ,voir s’il existe un journal municipal qui ferait la liste des décés de la commune.
        Bon courage ,
        Martine

        Répondre à ce message

  • Autres lieux possibles liés à Maison-Blanche où les malades auraient pu être transportées en 1914 :

    "L’hôpital de Maison-Blanche est l’un des sept hôpitaux psychiatriques départementaux de la Seine, avec :
    Sainte-Anne (ouvert en 1867),
    Ville-Evrard (1868),
    Perray-Vaucluse (1869),
    Villejuif (1884),
    Moisselles (1905),
    Chezal-Benoît (dans le département du Cher, 1910).

    Le département possède en outre deux « Colonies familiales » (Dun-sur-Auron 1892, Ainay-le-Château 1897). "

    Répondre à ce message

  • Pistes sur 2 autres lieux géographiques "en régions" :

    "Dun et Chezal-Benoît avaient été créés dans le cadre du dispositif du département de la Seine, pour "désencombrer" les asiles parisiens en y transférant « les aliénés inoffensifs et incurables » : homologue pour les femmes de la Colonie Familiale d’Ainay-le-Château (Allier), Dun-sur-Auron ouvre en 1892."

    Répondre à ce message

  • Après consultations des Archives du Cher de Chezal-Benoît, pour acte de décès trouvés, ils ne concernent que des hommes décédés en cet « asile d’aliénés » comme marqué...
    Par contre effectivement la majorité de ces hommes venaient de Paris ou de villes autour ( Choisy le Roi, Issy les Moulineaux...)

    Reste à trouver où ont été emmené les femmes

    Répondre à ce message

    • Pour Maison-Blanche, asile réservé aux femmes aliénées, l’évacuation a lieu du 4 au 7 septembre 1914. 1276 malades valides partent en province : 165 à Auch, 110 à Bassens, 100 à Sainte-Madeleine (Bourg), 200 à Montpellier, 25 à Châteauroux - Bitray, 262 à Saint-Robert (Grenoble), 247 à Naugeat (Limoges), 74 à la colonie correctionnelle d’Eysse (Villeneuve-sur-Lot), 36 à Limoux.
      Plus tard, 42 de ces malades passeront de Bassens à Pierrefeu, 37 de Villeneuve à Agen, 36 de Villeneuve à Montauban.

      Dans ces asiles, les infirmières accompagnantes resteront un temps détachées pour s’occuper de leurs malades.

      D’autres malades, intransportables parce que trop faibles ou trop agitées, sont répartis entre la Salpêtrière (163 malades) et l’asile de Villejuif (67 malades).

      Dans le même temps, plus de 1.000 malades de l’asile voisin de Ville-Evrard sont évacués dans les asiles d’Aix, Auch, Auxerre, Bourg, Chambéry, Grenoble, Limoux, Marseille et Pierrefeu, et ceux de la Maison de santé, au nombre de 215, à Montdevergues, dont, parmi les 116 femmes, Camille Claudel.

      http://psychiatrie.histoire.free.fr/psyhist/14-19/MB-14-19.htm

      Répondre à ce message

  • Pas dans le XIIIe arrond. de Paris non plus (hôpital de la Salpétrière)

    Répondre à ce message

  • Micheline, avez-vous recherché dans les tables décennales des communes limitrophes ? Il y a aussi la piste des délibérations du conseil municipal de Neuilly Plaisance vers 1911, on peut retrouver la trace d’aides sociales parfois.

    Après avoir lu ce qui suit, j’ai recherché sur Gonesse, mais rien trouvé.

    les 15 janvier 1893, 15 novembre 1894, 16 juin 1895 et 15 novembre 1896, le conseil municipal de Neuilly-Plaisance émit et renouvela inutilement des voeux tendant à obtenir le rattachement de la nouvelle commune au département de la Seine.

    Il est considéré en premier lieu que le territoire de Neuilly-Plaisance est limité d’un côté par cinq communes du département de la Seine (Bry-sur-Marne, Le Perreux, Fontenay-sous-Bois, Rosny-sous-Bois, Villemomble) et de l’autre par Neuilly-sur-Marne, dont 308 hectares sur 695 sont détenus par l’asile d’aliénés de Ville-Evrard appartenant alors au département de la Seine.

    En second lieu que, pour se rendre d’une part au chef-lieu de canton, Le Raincy, il faut traverser le département de la Seine et d’autre part que, pour se rendre au chef-lieu d’arrondissement de Pontoise à 42 km ou au chef-lieu de département de Versailles à 32 km, il est presque indispensable de passer par Paris dont le centre n’est qu’à une dizaine de kilomètres.

    D’ailleurs, Neuilly-Plaisance n’est pas la seule commune concernée. Dans une lettre aux conseillers généraux de la Seine, les onze communes du canton du Raincy affirment leurs opinions séparatistes. Les arguments sont de taille. N’est-il pas inhumain d’envoyer les malades à l’hôpital de Gonesse au risque de les faire mourir au cours d’un trajet en voiture de deux heures et demie sans être assuré de trouver un lit ? Est-il admissible de se rendre pour les affaires administratives, litigieuses, commerciales, judiciaires, criminelles à Versailles ou à Pontoise en passant par Paris, au préjudice des contribuables, des justiciables, des magistrats, mais au grand avantage des criminels ?

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 1er août 20:17, par micheline Pasquet

      Bonjour ,

      J’ai commencé depuis longtemps par neuilly plaisance, tables etc. Je me suis rendue aux archives de Bobigny et
      Paris 13e, Archives de paris Bld Serrurier Paris,
      Charenton Ville Evrard et Maison Blanche à chaque fois le résultat est décevant .
      Merci à vous
      micheline

      Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 1er août 19:27, par Jacqueline GUERIN née ISNEL

    Bonjour,
    J’ai regardé sur les 20 arrondissements de Paris chaque fois pour les 3 TD entre 1893 et 1922 ... j’ai trouvé qq Marguerite ou Marie LAFARGUE mais pas « la vôtre » !
    L’acte de mariage (20/12/1884 Paris 12e) de sa fille Anna est intéressant :
    1) Marguerite et Anna habitent ensemble au 27 rue des Filles de dieu à Paris,
    2) qui est ce voisin Henri KELLER domicilié à cette même adresse et témoin au mariage ? est-il célibataire, marié, veuf ? un compagnon de Marguerite ???
    Les recensements, les tables de succession et absences non en ligne pourraient vous apporter des informations. Et peut-être comme le suggère un lecteur ou lectrice de la gazette voir à Paillet si la transcription a été faite.
    Bonnes et fructueuses recherches !
    Jacqueline

    Répondre à ce message

    • Rien dans les tables décennales des décès, à Bry sur Marne de 1903 à 1922

      Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 1er août 20:23, par micheline Pasquet

      Bonsoir,

      Merci pour vos recherches.
      Marguerite est restée veuve et avec ses enfants , J’ai vécu avec sa petite fille qui m’avait narrée l’histoire de la famille mais elle a omis de me parler de son décès. pour Anna je n’aurai eu aucun mal car j’étais présente et a assisté aux obsèques. je possède beaucoup d’actes et d documents des photos mais rien me donne ce que je cherche.Pour répondre concernant Paillet la transcription sur l’acte de naissance de se pratique que depuis 1945/49 donc ....
      Bien cordialement Micheline

      Répondre à ce message

      • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 1er août 23:32, par Jacqueline GUERIN

        C’est obligatoire depuis cette date mais on a des transcriptions (notamment les décès des poilus) et des mentions marginales de décès antérieures aux dates les rendant obligatoires.
        Excellente idée de Martine Hautot pour les archives de l’APHP : 2 de mes collègues ont ainsi trouvé les décès qu’elles cherchaient !
        Courage vous allez trouver !

        Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 1er août 20:19, par martine hautot

    Bonjour,
    Au point où nous en sommes , je pense que la consultation des archives de l’assistance publique des hôpitaux de Paris pourrait ouvrir ou fermer des pistes :
    http://archives.aphp.fr/recherche-genealogique/
    la démarche est expliquée dans le lien ci-dessus.
    Bonne chance
    Martine

    Répondre à ce message

  • Bonjour Micheline
    Est-ce que Marguerite a gardé contact avec sa première fille Marie, et ses petits enfants ?
    Elle aurait pu aller chez son petit-fils Ferdinand , le seul des 3 qui soit vivant apparemment, qui s’est marié en seconde noce à Ancenis (44).
    Est-ce que couple est resté à Ancenis ? Je n’ai pas réussi à entrer dans les actes d’état civil.
    C’est une possibilité, après la mort de son gendre Emile André, ainsi que pour échapper à la guerre ...
    Cordialement
    JBE

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 3 août 15:08, par PASQUET Micheline

      Bonjour JBE

      Je viens de faire des recherches concernant son petit fils Ferdinand Sollier à ANCENIS ou il est décédé en 1949. mais je n’avais pas beaucoup d’espoir car elle est restée proche de sa fille Anna et de ma grand Mère Louise . Mais à tout hasard j’ai tenté malgré qu’à Ancenis les decès s’arrêtent en 1912 ??? alors je reste sur un doute .
      Merci pour cette piste
      Bien cordialement
      Micheline

      Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Comme les registres où les relevés présentent parfois des anomalies, j’ai voulu jeter un coup d’œil et j’ai trouvé dans les tables décennales de Paris 11 eme une marguerite Lafarge "Transcription du décès le .. (il peut y avoir interprétation sur le jour exact) novembre 1912.
    Je n’ai rien trouvé sur les 2 registres de décès du 11 eme arrondissement de novembre 1912 ???
    Peut-être cela n’a t-il rien à voir avec votre recherche mais quand même comment cela se fait-il ? Quelque chose m’aurait-il échappé ?
    Cordialement

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 8 août 08:20, par micheline Pasquet

      Bonjour,
      Je viens de regarder les tables et comme vous je trouve Marguerite LAFARGE (’l’orthographe peut avoir une anomalie) mais ce qui est curieux c’est que comme vous, je n’ai pas trouvé l’acte correspondant ??Je vais me renseigner soit aux archives Boulevard Serrurier Paris ou à la mairie du 11e pour qu’ils essayent de me donner une explication.
      Merci malgré tout pour cette découverte, j’avais déjà regardé mais à force de lire les tables , il arrive que l’on saute des lignes.. Bien cordialement Micheline

      Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 11 août 10:00, par André Vessot

    Bonjour Micheline,

    Je n’ai pas d’autres commentaires à ajouter aux nombreux qui vous ont été communiqués, mais je suis heureux de vous retrouver sur ce site. Je souhaite un plein succès à vos recherches.

    Bien amicalement.

    André

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 11 août 11:18, par Micheline PASQUET-

      Bonjour André,
      Merci pour votre message qui me fait plaisir.
      En effet après toutes les recherches des lecteurs et de moi-même je reste au point mort ! il faut dire que j’ai lancé beaucoup de courrier , de téléphone et d’email dans divers établissements , Mairie mais beaucoup me font savoir que ce sont les vacances , il faut attendre septembre.Donc je patiente avec espoir.
      Bien amicalement et à un de ces jours sur
      histoire. genealogie.com. Micheline

      Répondre à ce message

  • Bonjour,

    Avez-vous pensé à rechercher son inhumation ? Soit à Neuilly-sur-Marne, soit où est enterré son mari. Les couples prévoyaient souvent de réserver une place pour chacun et dans ce cas, quel que soit l’endroit où elle est décédée, on l’enterrera dans sa concession. Il faut vous adresser à la mairie du lieu, il y a un bureau qui gère le cimetière.
    Bonne chance.
    Marie-Martine

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 13 août 17:21, par Micheline PASQUET-

      Merci pour votre message , mais j’ai commencé par les cimetières . J’attends une réponse pour le lieu de sepulture de son époux. le mois d’août n’est pas propice pour les demandes de renseignements qui sont de la généalogie...
      Cordialement
      Micheline Pasquet

      Répondre à ce message

  • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 12 septembre 10:30, par Françoise

    bonjour,

    il y avait aussi un hospice à Ivry sur Seine qui servait plus ou moins de mouroir car les chambres avaient environ 50 lits chacune. Il a été démoli vers la fin des années 50.

    Répondre à ce message

    • A la recherche de Marguerite LAFARGUE veuve PUGERVIE 12 septembre 14:51, par Micheline PASQUET-

      Bonjour Françoise,

      Merci pour ce nouvel indice de recherche, je me penche sur ce renseignement.
      Je commence à désespérer , car le nombre incalculable de recherches effectuées par les lecteurs et moi-même !! c’est la recherche d’une aiguille dans une botte de foin.
      Je cntinue
      Bonne journée
      Micheline

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP