www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » Histoire du Viennois » De (mauvaises) nouvelles de Mlle B.

De (mauvaises) nouvelles de Mlle B.

« Faut pas croire ce que disent les journaux »


vendredi 11 septembre 2020, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

En 1903, Mlle B, "institutrice libre" à Saint Clair du Rhône, est victime d’un grave accident. Il y a plus de six ans, je vous en racontais les circonstances...Aujourd’hui, je vous apporte de bien mauvaises nouvelles de Mlle B...dont certaines « à prendre avec des pincettes » !

En 2014 je publiais cet article : « Quand un fait divers anonyme devient l’occasion de rejoindre la Grande Histoire. »

Très récemment, en fouinant sur RetroNews, je trouve ; dans la rubrique des faits divers ; cet article de journal :

JPEG - 39.2 ko
« L’Autorité » du 2 août 1903

Beaucoup plus circonstancié que celui paru dans « Le Rappel » du 2 août 1903, il pose bien des questions restant à élucider.

Le 2 août 1903 étant un dimanche, l’accident aurait eu lieu le "mercredi, à onze heures" c’est-à-dire le 29 juillet...La pauvre Mlle B est emmenée "à l’hospice de Lyon". Quel est cet hôpital ? A l’époque à Lyon, il n’y a que l’Hôtel-Dieu, ou l’hôpital de La Charité, pour soigner ses blessures...situés à plus de 50 kilomètres au nord de Saint Clair. Comment fut-elle transférée ?

Méfiant, car je sais qu’il ne "faut pas croire ce que disent les journaux" (dixit Daniel Balavoine), je cherche d’autres articles.
Et je tombe sur celui dans "Le Petit Marseillais" du 28 juillet 1903...Donc la veille de la date présumée de l’accident :

JPEG - 44.6 ko
« Une institutrice brulée vive »

Le "journaliste" écrit : "On nous télégraphie de Saint Clair du Rhône (Isère) 27 juillet. Ce matin..." donc le lundi 27 et non le mercredi 29 !
Et la pauvre victime est, cette fois, "transportée à l’hospice de Coudrier" et non à celui de Lyon.

Coudrier ? Cette commune n’existe pas dans les environs de Saint Clair (et même en France !) Ce doit être plutôt Condrieu, à 3 kilomètres de là, de l’autre côté du Rhône...le ou la télégraphiste a dû mal retranscrire le message du correspondant local [1].

Cherchant à savoir ce qu’est devenue Mlle B, sur Geneanet je trouve cette tombe :

JPEG - 113.9 ko
Cimetière de Veyssilieu
« Ici repose Victorine Ballefin,
décédée le 26 juillet 1903, à l’âge de 25 ans.
Elle laisse à ses parents un regret éternel »
Les nom et prénom, la date du décès et l’âge indiqués semblent confirmer mon hypothèse : Mlle B serait bien Victorine Ballefin, née le 12 août 1878 à Veyssilieu, fille de François Joseph Ballefin et de Marie Chapot, cultivateurs au hameau de Colly...Sauf que, d’après cette plaque, elle serait morte le dimanche 26 et non le jour même de l’accident, lundi 27 juillet !

Reste à savoir où elle est décédée :

  • pas à Lyon car il est évident qu’elle n’est pas transportée à "l’hospice de Lyon".
    D’ailleurs, je n’ai rien trouvé dans l’état-civil lyonnais ni dans les "convois funéraires".
  • pas à Condrieu non plus : rien dans le registre de décès de 1903.

Peut être est-elle morte à Veyssilieu, l’hôpital l’ayant "rendue" à ses parents, ne pouvant plus rien pour elle ?

Je demande alors à la mairie si son acte de décès existe dans leurs registres et attends, avec impatience, sa réponse pour dénouer cette énigme.
Elle ne tarde pas :"Madame Victorine Ballefin n’est pas décédée à Veyssilieu, je n’ai pas d’acte de décès à son nom dans mes registres."

Le mystère reste donc entier...Mais le même jour "scoop de dernière minute" !
Grâce à la récente mise en ligne de registres sur le site des archives de l’Isère, j’y découvre "mon" acte [2] :

JPEG - 153.3 ko
Saint Clair du Rhône le 27 juillet 1903...
En 1903, « le vingt-sept du mois de juillet , à sept heures du matin », devant le maire Antoine Valin, « sont comparus » Joseph Levet, 54 ans, et Lucien Monot, 33 ans ; tous deux « propriétaires cultivateurs domiciliés à Saint Clair », non parents mais voisins de la défunte ; « lesquels nous ont déclaré que Ballerin Victorine Clémentine, vingt cinq ans, institutrice libre à Saint Clair du Rhône…célibataire, est décédée le jour d’hier à six heures du soir dans la maison Jullien, local de l’école situé au village… »

Tout concorde : Victorine est bien décédée des suites de ce fatal accident le 26 juillet au soir....comme indiqué sur sa tombe, et non le 27 ou encore moins le 29 juillet comme l’ont écrit les journaux.

Mais, au fait : le 26 juillet cette année là est un dimanche...

  • notre "institutrice libre" a t-elle bien fait la classe ce matin là avant d’aller préparer son repas ?
  • n’est-ce pas une "invention" de journalistes ?
  • a t-elle bien été transportée à l’hôpital ?
  • n’est-elle pas, tout simplement, soignée et morte sur place, dans son école ?
Le 4 septembre 1901 nait à Crémieu Marie Jeanne Thévenon. Son nom ne vous dit rien ? Sa mère s’appelle Joséphine Ballefin. Née le 19 mai 1881 à Veyssilieu, elle se marie le 1er décembre 1900 à Veyssilieu avec Joanny Thévenon, facteur des Postes à Crémieu.
C’est leur premier enfant...et la nièce de Mlle B ! Victorine l’a donc connu avant de mourir tragiquement.

Notes

[1Cet article est repris quasi intégralement le lendemain dans "Le Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire" avec la même erreur !
Le 31 juillet, "La Lanterne" (qui écrit "Saint Clois" !) et "La Croix de l’Aube" eux aussi relatent, en résumant, l’accident.
Le 2 août, "La Politique Coloniale", "Le Voltaire", "Le XIXe siècle", "Le Rappel" reprennent, en se recopiant, les mêmes faits.

[2Acte de décès Victorine Ballerin le 27 juillet 1903 à Saint Clair du Rhône (Collection départementale 1875-1906 9NUM/5E379/11 archives de l’Isère)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

7 Messages

  • De (mauvaises) nouvelles de Mlle B. 11 septembre 10:24, par Pierrick Chuto

    Bravo Sherlock.
    Enquête rondement menée !
    Heureusement, j’ai peu de concurrents de cette classe dans ma Cornouaille. Autrement, je pointerais au chômage.
    Pierrick

    Répondre à ce message

  • De (mauvaises) nouvelles de Mlle B. 11 septembre 12:11, par VIGOUROUX Jean

    Les « fake-news »
    Fidèle lecteur de la presse de jadis dans « Rétronews », j’ai pu me rendre compte qu’un seul correspondant de presse alimentait plusieurs journaux d’où la prose, à la virgule près des faits relatés dans plusieurs journaux ... et la répétition des mêmes erreurs.
    Belle enquête.

    Répondre à ce message

  • De (mauvaises) nouvelles de Mlle B. 11 septembre 14:28, par André Vessot

    Bravo Michel,

    Quelle ténacité pour chercher la vérité sur ce fait divers.

    Mais tu me répondras certainement : élémentaire mon cher Watson !

    En tout c’est fort appréciable et ça donne des idées. Merci Michel.

    Bien amicalement.

    André

    Répondre à ce message

  • De (mauvaises) nouvelles de Mlle B. 12 septembre 12:01, par Sonia Landgrebe

    Pauvre Victorine ! Non seulement elle a connu une fin tragique, mais en plus les journaux se sont allègrement emparés de son histoire pour l’utiliser et la déformer à leur guise.

    Effectivement, j’ai pu constater par mes propres recherches que bien souvent les articles de faits divers de cette époque étaient repris par plusieurs journaux de régions différentes, soit mot pour mot, soit avec de légères différences, et des dates qui pouvaient être variables ...

    Merci pour cette enquête brillamment menée !

    Répondre à ce message

  • De (mauvaises) nouvelles de Mlle B. 12 septembre 17:53, par HAUCHARD DIDIER

    Cela montre comment les fausses nouvelles se propagent !
    Quant au « copié collé » , il n’est pas nouveau , un exemple :
    Ursule Aglaé LEPELLETIER tue d’un coup le fusil le 3 janvier 1914 ( violences conjugales et alcoolisme )son mari Anfril PRUNIER à Mesnil sous Jumièges .
    Le crime est relaté dans le journal de Rouen avec forces détails . par curiosité , j’ai recherché sur Gallica des articles sur ce meurtre . Les 4 et 5 janvier 1914 , 13 journaux relatent ce crime , dont l’ Aurore , l’Humanité , l’Echo d’Alger , Paris Midi , La Croix , l’Intransigeant , le Figaro , la Lanterne , Gil Blas ...
    Les titres sont différents , Drame de famille , une vannière tue son mari , Drame conjugal ...
    Mais dans 10 journaux sur les 13 , le texte suivant est reproduit à l’identique : " on suppose que la femme voulant se venger des brutalités de son mari , le tua pendant son sommeil et tenta ensuite de se suicider "
    Rien n’a changé de nos jours ...
    Michel , félicitations pour cette recherche précise et passionnante
    Didier

    Répondre à ce message

  • De (mauvaises) nouvelles de Mlle B. 12 septembre 19:39, par Jacqueline Isnel-Guérin

    Effectivement mauvaises nouvelles de Mlle B ... ! Mais soyons honnêtes : c’est grâce à « ses mauvaises nouvelles » que nous avons lu avec un vif intérêt cette enquête menée de mains de maître ! C’est cela LA Généalogie ! Bravo Michel !
    Tout de même je m’interroge : pourquoi Victorine est-elle allée se réfugier dans la cave plutôt que chez des voisins ? Bizarre bizarre !!! Quelque chose ne tourne pas rond dans cet événement...

    Répondre à ce message

  • De (mauvaises) nouvelles de Mlle B. 13 septembre 09:40, par sandrine Dartige Faichaud

    Bonjour Michel
    Merci de montrer qu’il ne faut jamais baisser les bras devant des recherches généalogiques épineuses ! C’EST UN VRAI PARCOURS DU COMBATTANT...
    Cela prouve que les erreurs de l’état civil ou les journaux peuvent être nombreuses et nous emporter sur de mauvaises pistes...
    Au vu de votre ingéniosité pour résoudre des énigmes, je vais poster quelque chose sur la Gazette... Au plaisir de lire vos lumières !!
    A très vite

    Sandrine Dartige

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP