www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Poilus de Saint-Clair-du-Rhône » De retour au pays... plus de six ans après sa mort au combat

De retour au pays... plus de six ans après sa mort au combat


jeudi 15 novembre 2018, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Le 30 mai 1921 dans la petite église de Saint Clair du Rhône, la « sépulture ecclésiastique » est donnée à « Laurent Marius Ollagnon, soldat tué au Bois d’Ailly St Mihiel le 29 8bre (octobre) 1914 à l’âge de 21 ans » Jean Baptiste Piatton, prêtre originaire du village, lui donne "le dernier adieu".

JPEG - 93.3 ko
A mon frère regretté
Livre de pierre ouvert pour l’éternité sur le caveau de la famille Olagnon.
C’est l’hommage de son frère Marc.

« Ministère des Pensions. Service de la restitution des corps des militaires & marins Morts pour la France » « Brienne le Château le 24 mai 1921,
L’inspecteur de la Gare Régulatrice de Brienne le Château à Monsieur le Préfet du département de l’Isère à Grenoble.
J’ai l’honneur de vous adresser la confirmation de mon télégramme de ce jour ainsi conçu : le train spécial N° C.B.I du 27 mai à destination de la gare régionale de Bourg (en Bresse) comprend un wagon à destination de votre département. Ce wagon arrivera à la gare de Grenoble le 29 mai à 8 heures 47 »

Dans la liste des 22 cercueils de soldats pour l’Isère [1]

JPEG - 29 ko
Détail d’un document des archives de l’Isère.

« St Clair du Rhône Ollagnon Laurent 172e Inf Les Roches de Condrieux Mme Ollagnon 13, rue Jean Blachon à St Fons (Rhône) »

Laurent Marius Olagnon nait le 27 octobre 1893 à Saint Fons (Rhône), fils d’Etienne Laurent Olagnon, 28 ans, "serrurier" habitant 21 rue Carnot, et de Marie Louise Ferrand, 20 ans, son épouse. En mairie le lendemain, est présent avec son père : « Olagnon Laurent, âgé de cinquante six ans, épicier » domicilié à Saint Fons. C’est le grand-père du nouveau-né. Comme le père de l’enfant, il signe « Ollagnon »

Etienne Olagnon nait le 5 juillet 1865 aux Roches de Condrieu, fils de Laurent Olagnon et de Claudine Barjon. Il épouse Marie Louise Ferrand le 27 septembre 1892 à Heyrieux. C’est là qu’elle est née le 22 mars 1873, fille de Ferdinand Ferrand et de Marie Danon. Le couple Olagnon-Barjon, précédemment cultivateurs aux Roches mais nés à Saint Clair, "montent" à Lyon vers 1880 et s’installent comme épiciers à Saint Fons.

Dans le recensement de 1901, les époux Olagnon-Barjon sont toujours épiciers rue Carnot à Saint Fons. Etienne Laurent Olagnon, lui, est indiqué « entrepreneur de serrurerie » à la même adresse. A Saint-Fons, rue Devanlay, le 6 mai 1902, nait Marc, son deuxième garçon.

Vers 1905, les époux Olagnon-Barjon retournent s’établir comme agriculteurs à Saint Clair du Rhône. Le recensement de 1906 nous apprend que le couple Olagnon-Ferrand habite alors rue Blachon à Saint Fons, « maison Ollagnon ». Le 5 décembre 1908, Etienne se noie dans le Rhône à Ternay, au sud de Saint Fons.

Au Bois d’Ailly

Classe 1913, numéro matricule 1780 [2], Laurent Olagnon est incorporé comme soldat à partir du 29 novembre 1913 au 35e régiment d’infanterie. En août 1914, le jeune soldat encore sous les drapeaux "entre en guerre". C’est avec ce régiment qu’il combat durant les premiers mois de guerre.
Le 24 octobre 1914, il passe au 172e Régiment d’Infanterie.

« Dans la Forêt d’Apremont, où il est engagé dans les premiers jours d’octobre, (le 172e RI) fait preuve d’un tel allant dans les charges répétées qu’il exécute au Bois d’Ailly que l’ennemi, quoique très supérieur en nombre, s’arrête dans son avance et s’organise sur les positions qu’il occupe » [3]

JPEG - 206 ko
Fin 1914, dans la forêt d’Apremont
Les Archives de la Grande Guerre
Carte tirée du tome VII des "Archives de la Grande Guerre" illustrant l’article très documenté du Général Jean Rouquerol, "Devant Saint Mihiel (1914)" paru en épisodes dans les numéros de 1920 et 1921.

Dans la liste des soldats Morts pour la France du régiment : Ollagnon Laurent, classe 1913, « tué à l’ennemi » le 30 octobre 1914 "dans les combats du Bois d’Ailly, vers Saint-Mihiel (Meuse)". Il était à la 1re compagnie du régiment. Son acte de décès n’est rédigé à Marbotte que le 20 novembre 1914, transcrit dans les registres de Saint Fons le 11 juin 1915.

Du cimetière de Marbotte à celui de Mécrin

D’après sa fiche matricule, il est "inhumé au cimetière communal N°6 de Marbotte"

JPEG - 360.3 ko
L’un des nombreux cimetières de Marbotte

Le 7 janvier 1920, ses restes mortels ont été exhumés pour être réinhumés à la même date dans le cimetière militaire à Mécrin. [4]

Restitué à sa famille [5]

JPEG - 45.2 ko
« Moniteur viennois » du 7 mai 1921
Après la bataille
Je reviens de Marbotte, village dont il ne reste plus rien, à l’orée du bois d’Ailly...J’ai trouvé là-bas de nombreuses personnes venues de tous les coins de France pour disputer à la terre meusienne les restes des leurs : épouses dont les années n’ont pas effacé le deuil ; mères dont la peine déchire le cœur, vieillards à la tête chenue qui sanglotent comme des enfants.
Au terme de la route qui, par Sampigny, Mécrin et Marbotte serpente dans la vallée de la Meuse, j’ai trouvé un de nos plus délicats lettrés troyens chez qui de longues années de pratique militaire n’ont pas émoussé la sensibilité et la bonté. Je l’ai trouvé chargé du service de contrôle des exhumations, service dont il s’acquitte avec un tact au-dessus de tout éloge et qu’il élève à la hauteur d’un apostolat.
C’est qu’il faut dans ces fonctions un cœur accessible à toutes les minuties de ceux qui viennent là et dont le culte des morts est si grand qu’ils traversent la France en diagonale pour venir recueillir dans un suaire quelques ossements que le temps a ménagés.

Quelle horrible chose que celle de voir disputer à la terre des lambeaux de cadavres enfouis à même à une profondeur qui ne dépasse pas par endroits soixante-quinze centimètres. Une mère est devenue folle, il y a quelques jours, me disait mon interlocuteur. Je le crois sans peine, la guerre, longtemps après que le canon s’est tu, fait encore des victimes.

Quand on revoit ces vallons et ces coteaux où la nature reprend peu à peu ses droits avec une luxuriance qui fait disparaître les traces du grand crime, quand on revoit toute cette campagne verdoyante que le printemps vient de parer et dont la verdure est tachetée çà et là par la blancheur des petites croix des cimetières militaires, on ne peut s’empêcher de maudire ceux qui sont responsables du carnage, à quelque nation qu’ils appartiennent.

En foulant les chemins par lesquels tant de jeunes hommes sont montés vers les tranchées et vers la mort, on ne peut s’empêcher de faire à soi-même le serment de lutter de toutes ses forces contre la guerre et contre les bellicistes avoués ou inavoués.
Il faudrait, pour la punition de ces derniers, qu’ils fussent condamnés à procéder eux-mêmes, en ce moment, à l’exhumation des restes de tant de malheureux enfants.
.../...
Je reviens de ce pèlerinage, aux champs que mon frère a foulés de son pied, avec l’enthousiasme de ses vingt ans, et dont les dépouilles de vingt-mille soldats comme lui ont amendé le sol dont l’herbe pousse drue ; plus anti-guerrier que je l’étais hier.
« Je hais la guerre », disait Romain Rolland, mais je hais encore plus ceux qui la vantent sans la faire ». Aujourd’hui je hais même ceux, qui, l’ayant déjà faite, seraient disposés à la recommencer. Il est vrai qu’ils doivent être peu nombreux. René PLARD.

"La Dépêche de l’Aube" du 31 mai 1921
JPEG - 211.2 ko
Souvenir des exhumations à Marbotte

La dépouille du Poilu Olagnon part de la gare régulatrice de Brienne le Château le 24 mai 1921. Arrivée à Grenoble le 29 mai, le même jour à la gare des Roches de Condrieu, ses obsèques sont célébrées le 30 mai 1921. Il est inhumé dans le caveau familial des Olagnon au cimetière de Saint Clair du Rhône. Ses ancêtres y sont nés et y reposent.
Il figure sur le monument aux morts de Saint Fons, là où il est né et où sa mère réside encore après la guerre avec son fils Marc.

Notes

[113 R 42 Exhumation et transport des Corps des militaires « Morts pour la France » (actes de décès, instructions) de 1915 à 1923 archives départementales de l’Isère :

[2Fiche matricule dans 1 Rp 1199 Rhône central "en ligne" sur le site des archives du Rhône

[3« Historique du 172e Régiment d’Infanterie »

[4Information donnée le 12 février 2018 par Mme Yvette Raffa de l’Office National des anciens combattants et victimes de guerre, département de l’Entretien et de la Rénovation des Sépultures de Guerre,
Secteur de Verdun.

[5Le livre de Béatrix Pau "Le ballet des morts" est la référence sur le retour des corps de soldats.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

5 Messages

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2018 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP