www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Poilus de Saint-Clair-du-Rhône » Mort d’une jeune recrue de moins de 20 ans

Mort d’une jeune recrue de moins de 20 ans


jeudi 20 avril 2017, par Michel Guironnet

Répondre à cet article

Jean Marie Duplomb n’avait pas 20 ans. En avril 1916, alors qu’il est dans un bataillon d’instruction et loin du front, il meurt d’une fracture du crane provoquée « par la chute d’une bombe ennemie ». Que s’est-il passé ?

Jean Marie Duplomb

Né à Saint Clair du Rhône (Isère) le 15 août 1896, Jean Marie est le fils de Jean Duplomb et de Marie Bracoud. Il vit avec ses parents, cultivateurs, et ses frères et sœurs sur « le plateau de Glay », hameau sur les hauteurs de la commune.

Le pays est en guerre depuis bientôt deux ans… et l’Armée a besoin d’hommes sur le front. Le départ des jeunes conscrits est anticipé. A 19 ans à peine, Jean Marie Duplomb est incorporé, comme « jeune recrue de la classe 1916 », le 8 avril 1915 au 158e Régiment d’Infanterie.
Il est affecté au 9e bataillon, 34e Compagnie, caserné à Belfort. C’est un bataillon d’instruction, passage obligé avant de rejoindre, en renfort, le régiment sur le front. Ses troupes sont alors dans le Pas de Calais, dans le secteur Aix-Noulette Souchez.

Sa fiche sur le site « Mémoire des Hommes » précise : « Soldat de 2e classe, 158e Régiment d’Infanterie, 34e Cie… Mort pour la France le 17 avril 1916 à Belfort… Genre de mort : fracture de la base du crâne provoquée par la chute d’une bombe ennemie ».

Deux articles du quotidien « L’Alsace » [1] nous éclairent sur les circonstances de ce décès à Belfort :

JPEG - 96.3 ko
20 avril 1916
JPEG - 69.1 ko
21 avril 1916

Malgré la censure, qui impose alors de masquer les numéros de régiment, nous connaissons les deux autres victimes. Ce sont, comme Jean Marie Duplomb, de jeunes recrues de la classe 1896 au 158e Régiment d’Infanterie, originaires de la Loire :

- Jean Marie Joseph Charbonnier est né le 9 août 1896 à Saint Etienne ;
- Joseph Louis Bouclon est né le 23 avril 1896 aux Salles, près de Noirétable.

Sur la fiche de « Mémoire des Hommes » de Jean Marie Charbonnier, il est dit : « mort à l’hôpital de Belfort (des suites de) blessures de guerre » Celle de Joseph Louis Bouclon porte simplement « tué à l’ennemi ».

Adrien Léon Quitteville, du 233e régiment d’infanterie, meurt le 18 avril à l’hôpital de Belfort de blessures de guerre. Est-il lui aussi victime du bombardement ? Il ne semble pas car sa fiche matricule précise qu’il décède « à l’hôpital temporaire Ste Marie à Belfort (hémorragie après chute) ».

« Les bombardements aériens allemands commencent au début du mois de septembre 1914 sur Belfort ; d’autres villages comme Giromagny ou Valdoie sont également soumis à bombardements. En janvier 1915, le gouverneur militaire Thévenet établit un système d’alerte. L’alarme est donnée par une sonnerie de clairon provenant du poste du château et relayée par les différentes casernes de la place.
Les bombardements nocturnes ont un effet particulièrement désastreux pour le moral de la population… La construction d’abris se poursuit. Les raids allemands sont irréguliers et, par chance, la chasse française maîtrise le ciel ; cet ensemble de facteurs se traduit par un bilan en vies humaines plutôt moindre par rapport à ceux observés dans d’autres places fortes bombardées »
 [2]

A Saint Clair du Rhône, son acte de décès, transcrit dans les registres le 28 novembre 1916, nous apprend que Jean Marie meurt « à minuit trente ». Il repose à Belfort, au carré militaire « Brasse » tombe numéro 44.

JPEG - 61.2 ko
Carré militaire du cimetière de Brasse à Belfort
La croix de Jean-Marie Duplomb touche celle de Jean Marie Charbonnier enterré derrière lui.
JPEG - 44.2 ko
Merci à Jean Baptiste pour ces photos

Notes

[1Sur le site des archives départementales du Territoire de Belfort

[2Extrait de « 1914-1918 le Territoire de Belfort dans la Grande Guerre » publié à l’occasion du Centenaire de 1914 par les archives départementales du Territoire de Belfort.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

3 Messages

  • Mort d’une jeune recrue de moins de 20 ans 20 avril 09:34, par martine hautot

    Encore un de ces si nombreux ,« pas de chance ».Je remarque que des membres de sa famille étaient venus aux obsèques -de l’Isère ?-à moins que ses frères aient été convalescents dans un hôpital proche .Savez-vous ce qu’ils sont devenus ?
    Bien cordialement,
    Martine

    Répondre à ce message

    • Mort d’une jeune recrue de moins de 20 ans 20 avril 11:31, par Michel Guironnet

      Bonjour Martine,

      Les deux frères ont du faire le voyage en train depuis la Drôme pour Etienne et Lyon pour Marius Etienne.

      Etienne, né le 20 mai 1882, est engagé volontaire pour 4 ans en 1901 ; durant la guerre, il est « affecté spécial » à la compagnie de chemin de fer P.L.M ; il décède à Charolles en 1954.

      Marius Etienne, né le 18 juin 1890, est incorporé en août 1914 au 5e Régiment d’Infanterie Coloniale. Blessé le 29 août 1914 par une balle au talon gauche à Larifontaine.
      Il passe par plusieurs hopitaux, notamment à Lyon et est en convalescence fin 1915.
      Voir sa fiche matricule : classe 1910 recrutement de Vienne N° 658 (vue 106/185 dans 11NUM/1R 1500_02)
      Il décède à Roche la Molière (Loire) le 26 avril 1973.

      Cordialement.
      Michel Guironnet

      Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP