www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Entraide généalogique ou historique » Un insulaire en pleine terre ?

Un insulaire en pleine terre ?

Le vendredi 23 septembre 2022, par Lionel Griset

Cuzance est une petite agglomération rurale du nord du Quercy devenu Lot avec les départements. Les rivières Lot et Dordogne traversent le territoire mais aucun cours d’eau ne draine la commune. Alors comment un habitant du lieu, Pierre Lanoue, peut-il être qualifié d’insulaire à son décès en 1735 ?

La famille ne venait pas des îles, la taille du lieu ne laissait pas la place ni à un chef d’îlot ni à un îlotier.
Aucun personnage de cette famille bourgeoise ne permet de comprendre le passé du mort.

Les registres de Cuzance, consultés page à page, ne reprennent aucunement le terme insulaire, ce qui est d’autant plus curieux.
Est-ce, de la part du scribe, une méconnaissance du terme qui l’a fait prendre pour un autre, mystère ?
Est-ce qu’insulaire voudrait dire qui a perdu l’esprit, qui vit "dans une autre planète".
J’en suis là de ma réflexion.

Alors, qui peut m’aider à comprendre le terme d’insulaire ?
Merci d’avance à tous ceux feront progresser ma recherche.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

26 Messages

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 07:39, par Josiane Laurençon-Kuprys

    Cela pourrait faire référence à un manque de sociabilité de l’individu ?
    "L’insularité, c’est l’isolement."

    Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 07:49, par Roland Carrier

    Bonjour,
    Il a été inhumé dans la chapelle donc le fait qu’il ait perdu l’esprit ne me semble pas la plus probable.
    Peut-être a-t-il voyagé dans les iles (Martinique par exemple).
    Bonnes recherches
    Roland

    Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 08:12, par Vanwelkenhuyzen

    Il faudrait évidemment pousser la recherche sur le personnage... mais j’ai pensé à la ville de "Lille" ou à la région d’"Ile de France".

    Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 08:26, par Christophe CANIVET

    Un insulaire c’est un ermite, donc cherchez l’ermitage. Ils étaient assez nombreux dans le coin vu la configuration du Lot.

    Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 10:15, par Franck JUIN

    Bonjour,

    Peut-être un début d’explication, une piste :
    Dans le Ducange, on trouve : "Insularius, Custos Insulæ seu domus ab aliis separatæ, Gall. Concierge."
    soit : "Insulaire, gardien d’une île ou d’une maison séparrée des autres ; français : Concierge".
    source : http://ducange.enc.sorbonne.fr/INSULA#INSULA-4

    De là, si on repart à partir de « concierge » on trouve dans les sens anciens de ce mot :

    1. "Intendant, celui qui a la garde des portes d’un château, d’un hôtel, d’une prison, d’une maison en général"

    2. "Garde d’une forêt"
    Source : http://www.atilf.fr/dmf/definition/concierge

    En espérant que ceci vous apportera un début de réponse. Je n’ai pas trouvé mieux. Le Dictionnaire étymologique du français (Französisches Etymologisches Wörterbuch) ne donne rien de convaincant selon moi dans les différents sens d’insulaire (cette partie est en français) : https://lecteur-few.atilf.fr/index.php/page/lire/e/143950

    Cordialement,

    Franck Juin

    Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 11:26, par martine hautot

    Un ermite enterré dans une chapelle,cela paraît logique .Y-a-t-il d’autres personnes enterrées dans une chapelle dans le registre ?
    Ce serait l’équivalent de solitaire ?qui vit comme dans une île ?

    Répondre à ce message

    • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 11:42, par Christophe CANIVET

      L’ermite recherche l’insulation, tandis que l’îlien est sujet à l’insularisme. Pour utiliser un mot plus courant, on se rappellera que isolement vient lui aussi étymologiquement du mot île.

      Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 11:45, par Suzanne

    Bonjour, ses origines peut-être ?
    Etait il né dans une île, originaire d’ une île ?

    Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 11:56, par Suzanne

    En tapant dans les moteurs de recherche "Quercy et insulaire", on tombe sur cet intéressant article sur les moulins à fer du Quercy, qui parle d insularité...

    https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1969_num_81_93_4615&ved=2ahUKEwipyOGD0ar6AhWQSfEDHc4lD18QFnoECAgQAQ&usg=AOvVaw0sKQjGIpaugLWS9AoW5Wjb

    Répondre à ce message

    • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 12:36, par Christophe CANIVET

      Moulines et non Moulins

      Répondre à ce message

    • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 15:32, par MARTENS MF

      Je remercie "Suzanne" qui (selon son habitude) a donné une réponse qui me parait très pertinente et, de plus, m’a fait découvrir un aspect peu connu des ressources industrielles de l’ancien Quercy. Félicitations !

      Répondre à ce message

      • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 16:19, par Suzanne

        Merci... j’en rougis... 😊

        Répondre à ce message

      • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 17:36, par Christophe CANIVET

        Intéressant assurément mais hors-sujet.

        Il ne peut pas y avoir de mouline à Cuzance puisqu’il n’y a pas de cours d’eau permanent. Il n’y a d’ailleurs qu’une seule mouline recensée au nord de la Dordogne. En outre, pour se rapporter à Pierre LANOUE, il faudrait voir si ces moulines étaient encore exploitées au XVIIIe s.

        Je ne voudrais pas être rabat-joie mais ce n’est pas non plus une découverte : en présence d’un moulin à eau nécessitant un canal de dérivation, il y a presque toujours une parcelle qui forme une île entre ledit bief et le cours naturel de la rivière. Pour autant, va-t-on qualifier un éventuel habitant des lieux d’insulaire dans un document officiel ?

        Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 13:14, par catherine marquet

    Bonjour ;

    Il semblerait qu’il y ait lieu plusieurs épisode d’inondations à CUZANCE depuis les années 1980, donc cours d’eau ??
    Sinon, il existe dans le cerveau le cortex insulair, peut-être PIERRE LANOUE avait-il des problèmes psychologiques ou cognitifs ?
    Ou était-il isolé, ermite...?

    Répondre à ce message

    • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 17:44, par Christophe CANIVET

      C’étaient des inondations et coulées de boue suite à des orages, à cause de la nature argileuse des sols et du dénivelé mais pas à cause du débordement d’une rivière. Comme indiqué par l’auteur de l’article, il n’y a pas de cours d’eau permanent sur le territoire de la commune. Cuzance est sur le causse et ne descend même pas jusqu’à la Dordogne. Je ne parle même pas de la fiche wikipedia qui évoque un risque de débordement du Lot (qui passe à 60 km de là, et encore c’est à vol d’oiseau) ^^

      Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 14:50, par Suzanne

    Un ermite ?
    Il est noté qu’il a reçu les derniers sacrements. Donc que quelqu’un a prévenu le curé avant son décès qui devait s’annoncer.
    Et son âge est peu avancé, 34 ans ...

    Répondre à ce message

    • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 16:54, par Christophe CANIVET

      Votre interrogation est teintée d’anachronisme. Il faut toujours se référer au sens des mots au moment où ils sont utilisés et pas forcément dans leur sens actuel. En l’espèce, il faut donc se situer vers 1734.

      À l’époque, un ermite est avant tout un religieux (d’où, ici, son enterrement dans la chapelle et pas avec le commun des mortels). Généralement, c’est un moine qui a reçu une dispense de son abbé ou de son prieur afin de vivre une vie semi-solitaire. Son ermitage peut être adossé au monastère, c’est-à-dire situé sur le domaine principal où réside la communauté mais en retrait des bâtiments principaux, ou il peut se trouver sur une terre appartenant audit monastère mais située sur une autre paroisse. Vous aurez remarqué que le curé ne dit pas si le défunt était un de ses paroissiens. On ignore donc où se trouvait l’ermitage. On sait seulement que Pierre LANOÜE est mort et enterré à Cuzance.

      Vivre en ermite, c’est seulement vivre religieusement, en isolement de la société. Techniquement, un ermitage pourrait se trouver en pleine ville... De même, il faut éviter un autre cliché : on pouvait vivre à plusieurs dans un ermitage. Sans vivre les uns sur les autres, on pouvait au moins savoir si l’autre était en bonne santé ou malade. Si un autre moine vivait dans l’ermitage, il pouvait lui-même administrer les soins et les derniers sacrements. Vous noterez que le curé dit seulement que LANOÜE a reçu les derniers sacrements. Il ne dit pas formellement que c’est lui qui les a administrés ; il peut s’être contenté d’établir l’acte de sépulture en même temps qu’il procédait à l’inhumation en terre consacrée.

      En toute hypothèse (s’il résidait seul et sur la paroisse de Cuzance), vivre dans un endroit retiré, ce n’est pas forcément vivre très loin du monde. Le causse de Martel ce n’est pas l’Himalaya, Cuzance se traverse de part en part en moins de deux heures de marche. Sauf mort soudaine, l’intéressé n’allait donc pas mourir sans chercher à recevoir les derniers sacrements s’il sentait sa fin prochaine.

      Vivre en ermite, ce n’était pas vivre terré au fond des bois, niché dans un fourré sans jamais voir personne... Et malheureusement, les registres de l’époque sont également plein de gens qui mourraient sans avoir dépassé la trentaine.

      Répondre à ce message

      • Un insulaire en pleine terre ? 23 septembre 18:19, par Frigara

        Le Latin "insula" ne désigne pas uniquement une île, un endroit isolé. Insula, c’est aussi, chez les Romains, un pâté de maisons, un îlot d’immeubles à usage de location (cf Dictionnaire Latin-Français GAFFIOT), d’où le dérivé " insularius", insulaire , celui qui perçoit les loyers, gérant d’immeuble .
        Les termes de l’état civil/judiciaire étant très proches du latin, et compte tenu du fait que la profession d’un individu est souvent mentionnée après son patronyme dans lesdits actes, je pense donc qu’il ne faut pas chercher une interprétation du mot du côté géographique ou mental, mais du côté professionnel. Franck JUIN était sur la bonne piste.

        Répondre à ce message

  • Un insulaire en pleine terre ? 24 septembre 17:13, par jjleruth

    Un autre mot m’interroge dans ce recensement de décès : après avoir donné l’âge du défunt, il est écrit "oulnuiron". Je ne suis pas sûr d’avoir déchiffré correctement, mais n’ai pas la moindre idée de ce que cela veut dire. Est-ce un nom de métier, un lieu-dit, un endroit quelconque ? Mes sources restent muettes à ce sujet.

    Répondre à ce message

    • Un insulaire en pleine terre ? 24 septembre 18:11, par Jacques Seynaeve

      "Environ"

      Jacques

      Répondre à ce message

      • Un insulaire en pleine terre ? 24 septembre 18:25, par jjleruth

        Oui, merci ! Je l’ai lu après. Je réponds toujours un peu trop vite !

        Répondre à ce message

        • Un insulaire en pleine terre ? 25 septembre 11:48, par Lionel GRISET

          Outre les informations données dans la question, voici quelques renseignements supplémentaires pour répondre aux uns et aux autres que je remercie :
          . La famille Lanoue (Lanoüe, La Noue, de La Noue, Lanour, Lanous) était présente à Cuzance au moins dès 1653.
          . Les professions dans cette famille bourgeoise : avocat, chirurgien, notaire, prêtre, procureur d’office.
          . Comme l’insulaire, plusieurs Lanoue baptisés Pierre : en 1662 (parrain Pierre), en 1665, en 1728.
          . Comme l’insulaire, un maître chirurgien et son neveu notaire sont ensevelis (en 1742) dans la chapelle St-Agapit de l’église paroissiale.
          Ces détails répondent partiellement à certaines suppositions et en écartent d’autres.

          Répondre à ce message

          • Un insulaire en pleine terre ? 26 septembre 10:58, par Frigara

            Bonjour
            Je reste sur mes positions concernant l’origine du mot "insulaire" dérivé d’insula = pâté de maisons .
            Vu les origines bourgeoises de la famille du défunt, je pense
            que celui-ci n’était pas un simple gardien d’immeubles encaissant les loyers , mais un propriétaire-bailleur.

            Répondre à ce message

            • Un insulaire en pleine terre ? 27 septembre 18:42, par Christophe CANIVET

              un pâté de maisons à Cuzance ? ^^
              450 habitants en 1793, éparpillés entre le bourg et la campagne.
              Les notables cités avaient probablement le siège de leurs activités à Souillac (1300 habitants en 1793) et une maison de campagne sur le causse.
              *
              La chapelle en question est bien une des chapelles de l’église paroissiale (st-Pierre-aux-liens) et pas une chapelle isolée en campagne ? Il y a peut-être encore une inscription funéraire si c’est une des principales familles de la paroisse.
              On n’aurait pas un indice dans les cahiers de doléances ? Que disent les rôles du dixième ? En principe, ils dénombrent les privilégiés de la paroisse et donc on aurait peut-être mention d’un éventuel ermitage ou d’une maison occupée par ledit insulaire (ou d’un autre lui succédant)

              Répondre à ce message

              • Un insulaire en pleine terre ? 27 septembre 19:55, par Christophe CANIVET

                Précision : le rôle du dixième serait particulièrement intéressant en la matière puisque cette imposition a été rétablie en 1733. 1734 va être la première année d’imposition. Les collecteurs sont donc obligés de faire un point précis sur les immeubles et rentes relevant du territoire paroissial quel que soit l’identité de son propriétaire. Or LANOUE meurt l’année suivante. Donc s’il a été insulaire (quelle que soit la notion recouverte par ce mot) pendant plusieurs années à Cuzance, il devrait forcément y apparaître. Mais attention ! en 1734, vous allez trouver deux listes, ceux qui ont spontanément fait leur déclaration et ceux qui sont taxés d’office

                Répondre à ce message

              • Un insulaire en pleine terre ? 28 septembre 14:42, par Christophe CANIVET

                J’ai oublié de préciser que, sauf erreur de ma part, les rôles du dixième étaient archivés au chef-lieu de la généralité, où siégeait l’intendant, donc pour Cuzance c’est à Montauban.
                Mais mieux vaut vérifier avant de se déplacer (j’ai de la chance, pour mes ancêtres du Calvados c’est sur le net mais ils doivent être les seuls à les proposer en ligne)

                Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP