www.histoire-genealogie.com


----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Entraide - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Éditions Thisa


Accueil » Album photo » Villes et villages » Une vieille inscription surgit du passé...

Une vieille inscription surgit du passé...


jeudi 5 octobre 2017, par Thierry Sabot

Répondre à cet article

A l’occasion d’un chantier de rénovation d’une façade d’une boutique dans la Grand’Rue de Saint-Etienne, une inscription du passé, du « temps des diligences », est désormais visible près du 11 rue Gambetta.

DILIGENCE
partant tous les jours
à une heure et demi
pour Annonay
Monistrol
[Fir]miny

Dans son Voyage humoristique, politique et philosophique au Mont-Pilat (1er édition), publié en 1890, le docteur Francus, Albin Mazon de son vrai nom, évoque la diligence d’Annonay :

" Deux routes, presque parallèles, séparées par la vallée du Furens (ou Furand), partent de Saint-Etienne, dans la direction du mont Pilat.
L’une, la nationale, dite de Saint-Etienne à Grenoble, que suit la diligence d’Annonay, se dirige directement sur Bourg-Argental et Annonay, en passant par la République et la Grand-Bois [1].
L’autre, la départementale, qui serre de beaucoup plus près le massif de Pilat, gravit les cimes par Rochetaillée, arrive au col du Bessat, (...) et de là se ramifie, (...) d’un côté vers Bourg-Argental, de l’autre vers Saint-chamond, par la vallée du Gier (...).

Nous avions suivi autrefois la première de ces routes pour aller à Annonay. Il faut à la diligence une bonne heure et demie pour monter de Saint-Etienne à la République, petit hameau de la commune de Saint-Genest-Malifaux, ainsi appelé, bien avant 1848, parce qu’il y avait depuis la fin du siècle dernier une auberge à l’enseigne de la République. En cet endroit, la route est bordée, au sud-est, d’une rangée d’arbres de quatre mètres de largeur. Cette plantation fut faite, vers 1848, par M. Sénéclause, pépiniériste au Bourg-Argental, pour le prix de 25 000 francs, et cela suffit pour modifier l’état de la route. Il y avait là, autrefois des amoncellements de neige de deux et trois mètres de hauteur, qui rendaient le passage fort difficile, ou même absolument impossible, à la malle-poste de Paris à Marseille, qui suivait cette direction avant l’ouverture des voies ferrées. Depuis lors, la route est toujours praticable, même par les hivers les plus rigoureux ; seulement il faut y mettre parfois plusieurs attelages de bœufs.

Nous aurions pu profiter de la diligence d’Annonay pour aller jusqu’à la République et gagner de là, à pied, le Bessat, puis la grange de Pilat ; mais il était déjà un peu tard pour réaliser ce projet (...).

Bibliographie :

Notes

[1Le col de la République ou col de Grand Bois franchit les monts du Pilat à une altitude de 1 161 m.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2017 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Ours | Charte | Logo | Espace privé | Logiciels | édité avec SPIP